Photo Credit: GI / Mladen Zivkovic

Mettre ou ne pas mettre les photos de nos enfants sur Facebook?

Share

Des parents se vantent de montrer leur nouveau bébé ou leurs enfants sur Facebook. Le réseau social a pourtant censuré récemment une vidéo virale sur l’accouchement d’une mère. En Allemagne, des publicités incitent les parents à ne plus « exhiber » leurs enfants sur Facebook. Ce qui relance le débat sur l’acceptabilité sociale de publier ce genre de photos sur le Web.

« Chère Maman, cher Paparazzi, qui vous a autorisés à poster cette photo? »

La photographe Nicole Monet, spécialiste dans la capture des photos des nouveau-nés, a publié sur Facebook une vidéo montrant l’accouchement d’une femme. Facebook a retiré cette vidéo virale qui a récolté plus de 100 millions de vues (et a même désactivé le compte Facebook de la photographe) car il a jugé que la vidéo ne respectait pas « les standards éthiques de la communauté Facebook », selon le réseau social. La photographe, qui accusait Facebook de censure sous des « prétextes éthiques », estime que le réseau social dessert la communauté Facebook en la privant de moments uniques de naissances de bébés et d’accouchements. Montrer des femmes dans des clips vidéo et des photos professionnelles donnant vie à des bébés démystifie l’accouchement et encourage d’autres personnes à en avoir, selon Nicole Monet.

Facebook a finalement rétropédalé sous la pression de plusieurs membres du réseau social. Il a réactivé le compte de Nicole Monet et a publié la vidéo censurée.

Par ailleurs, une mère et fondatrice du blogue Channel Mum a publié en février dernier son accouchement en direct sur Facebook live.

Des parents qui publient les photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux croient qu’ils immortalisent des moments uniques et spéciaux de leur vie et souhaitent les partager de façon efficace avec le maximum d’amis.

Les opposants à ces actions rappellent que les parents qui exposent leurs nouveau-nés et leurs enfants sur les réseaux sociaux sous-estiment les risques de sécurité inhérents (à titre d’exemple, un risque de vol du bébé suite à une géolocalisation de l’hôpital ou une réutilisation malicieuse de la photo de l’enfant dans des sites pédophiles).

Le fonds allemand pour l’enfance a lancé dernièrement une grande campagne publicitaire qui incite les parents à ne plus publier les photos et vidéos de leurs bébés et jeunes progénitures sur les réseaux sociaux :

« Chère Maman, cher Papa, je peux comprendre que vous êtes fiers de moi et que vous voulez partager avec vos amis des superbes et drôles photos sur moi! Mais Internet n’est pas un album privé », lit-on dans une de ces pubs.

« Chère Maman, cher Paparazzi, qui vous a autorisés à poster cette photo? » Source: Fonds allemand de l’enfance

Les réseaux sociaux, dont notamment Facebook, Pinterest et Instagram, surfent sur le désir des parents en quête d’une certaine « reconnaissance sociale » d’un accomplissement familial qui leur est cher. Une reconnaissance réalisable au bout de quelques clics.

Zoubeir Jazi

column-banner-zoubeir

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*