Un bac de seringues dans un centre d'injection supervisée Photo : Radio-Canada

Échange d’aiguilles pour l’injection de drogues en prison : personnel et prisonniers en danger?

Share

Les Services correctionnels du Canada ont annoncé la mise en place d’un programme d’échange de seringues en prison à compter du 28 juin. Ce programme pilote est vivement critiqué par le Syndicat des Agences correctionnelles du Canada (UCCO-SACC-CSN) qui y voit une véritable menace, tant pour les prisonniers eux-mêmes que pour tout le personnel des centres correctionnels.

Un programme voulu pour prévenir et gérer les maladies infectieuses

Avec ce programme d’échange de seringues en prison dans des établissements pour hommes et pour femmes, au Nouveau-Brunswick et en Ontario, le Service correctionnel du Canada veut renforcer ses efforts continus pour prévenir et gérer les maladies infectieuses, aussi bien dans ces établissements qu’au sein de la collectivité.

C’est la phase initiale d’une approche progressive qui permettra de tirer des leçons en matière de pratiques exemplaires pour orienter sa mise en œuvre à l’échelle du Canada.

Ce programme permettra en effet aux détenus d’avoir accès à des aiguilles propres, ce qui éviterait la transmission de certaines maladies infectieuses, comme l’hépatite C ou le sida.

En leur donnant un accès continu à des services de réduction des méfaits et de santé fondé sur des données probantes, nous nous assurons que les établissements correctionnels sont des milieux sécurisés favorables à la réhabilitation des détenus, à la sécurité du personnel et à la protection du public. Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

Des seringues Photo : Mel Evans/Associated Press

L’absence de mesures d’accompagnement crée de l’inquiétude

Le syndicat des agents correctionnels du Canada s’est dit très préoccupé par l’annonce concernant la mise en œuvre dans quelques jours du programme d’échange de seringues en prison (PESP).

L’absence de mesures de sécurité supplémentaires et de formation pour les agents correctionnels sème l’inquiétude chez le syndicat.

Par ce programme, qui représente un tournant dangereux, le SCC choisit de fermer les yeux sur le trafic de stupéfiants dans nos établissements. Il choisit d’encourager des activités criminelles à l’intérieur des murs au lieu d’investir dans les soins et le traitement des détenus toxicomanes ou porteurs de maladies infectieuses. », affirme Jason Godin, président national d'UCCO-SACC-CSN.
À lire aussi :

Jusqu'à 300 injections par jour dans les centres supervisés de Montréal

Santé Canada prêt à autoriser trois centres d'injection supervisée à Montréa

Le fait pour le détenu d’avoir la possibilité d’obtenir des aiguilles, de les utiliser pour consommer des drogues par la voie veineuse, de les conserver par la suite dans leur cellule pour une prochaine réutilisation ferait planer un risque sur tous ceux qui gravitent autour de la prison.

En plus du danger que représente la circulation d’aiguilles pour le personnel et pour l’ensemble de la population carcérale, il y a aussi toute la notion d’évaluation de la menace et des risques qui doit être révisée. Lorsqu’un détenu va s’injecter avec une aiguille fournie par le SCC, les agentes et agents correctionnels feront quoi? Ils le regarderont faire ou entreront dans la cellule pour l’en empêcher? Jason Godin, président national d'UCCO-SACC-CSN.

Les pénitenciers connaissent en ce moment un manque crucial de ressources, déplore le syndicat, qui relève aussi que dans un contexte déjà fragilisé par la crise du fentanyl et de surdoses mortelles, l’implantation du programme d’échange de seringue représentera à coup sûr le coup de grâce pour les agents correctionnels et les détenus.

C’est ainsi qu’il réitère l’importance de maintenir la politique de tolérance zéro en ce qui concerne la présence de drogues dans les établissements carcéraux.

RCI avec le SCN

l

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Échange d’aiguilles pour l’injection de drogues en prison : personnel et prisonniers en danger?»
  1. Jean G. Parent dit :

    Étrange article négatif devant un tel progrès qui est recommandé depuis des années par les experts en santé publique et qui a fait ses preuves dans les prisons plusieurs pays. Travail journalistique médiocre.