Racisme et inclusion : des employés de Starbucks au Canada en formation
Starbucks en Californie

Après les États-Unis, les employés canadiens de Starbucks reçoivent une formation sur le racisme et l'inclusion.
Photo Credit: Mike Blake / Reuters

Racisme et inclusion : des employés de Starbucks au Canada en formation

Share

Les amateurs de café au Canada devront se faire plaisir ailleurs que dans un Starbucks lundi après-midi. Les quelque 1100 établissements canadiens de cette chaîne américaine seront fermés, le temps d’offrir aux employés une formation sur le racisme et l’inclusion.

Il y a une dizaine de jours, les 175 000 employés américains de Starbucks étaient soumis à une formation de quatre heures sur le racisme et l’inclusion. Une initiative motivée par l’indignation suscitée par l’arrestation de deux jeunes Noirs dans un de cafés de la chaîne à Philadelphie le 17 avril dernier. Rashon Nelson et Donte Robinson, qui n’avaient pas fait d’achat et attendaient une connaissance pour une réunion d’affaires, avaient été arrêtés pour flânage. Accusation que les procureurs ont abandonnée. MM. Nelson et Robinson, tous deux de 23 ans, ont finalement conclu un accord à l’amiable avec la Ville de Seattle et Starbucks.

L’incident avait été filmé sur des téléphones portables et abondamment diffusé sur les réseaux sociaux. Ce qui avait donné lieu à des manifestations et des appels au boycottage de Starbucks. Pour redorer son image ternie, Starbucks, qui compte 8000 établissements aux États-Unis et environ 100 millions de clients par semaine dans le monde, a eu l’idée de cet atelier sur le racisme et l’inclusion. Un atelier conçu avec la collaboration de Perception Institute, un groupe de recherche et de conseil indépendant américain. La chaîne a également sollicité l’avis de plusieurs chercheurs en sciences sociales pour enrichir la formation.

Le PDG de Starbucks, Howard Schultz
Le président du conseil d’administration de Starbucks, Howard Schultz, a fait d’une petite épicerie de Seattle une multinationale de 28000 cafés. © PC/AP/Kin Cheung

D’abord offert aux États-Unis, le cours intensif sur la justice sociale est agrémenté d’un documentaire sur l’histoire des Noirs américains, d’un message enregistré par un rappeur et du partage d’expériences sur les préjugés quotidiens. Dans une vidéo, on peut voir l’artiste Common explique qu’il est parfois préférable d’embrasser les différences plutôt que de s’acharner à trouver des similitudes. Le documentariste Stanley Nelson fils, dans une autre vidéo donne un aperçu des incidents marquants de l’ère des droits civiques et des vidéos virales sur les incidents raciaux.

Au Canada, la formation de lundi devrait avoir des contours similaires. Le président de Starbucks Canada, Michael Conway, dit que celle-ci sera une occasion pour les employés de partager leurs expériences, d’écouter des experts, et de réfléchir aux inégalités dans la société et, enfin, de contribuer à la création d’un environnement où tout le monde se sent accepté.

Starbucks veut continuer à faire de ses cafés des lieux ouverts à tous. © Starbucks

(Avec des informations de l’AFP, du New York Times et de PC)

Quelques données sur Starbucks 

  • Chiffre d’affaires : 44 230 milliards
  • Création : 1971
  • Siège social : Seattle, Washington
  • Nombre d’employés : 238 000
  • Revenues annuels : 22 387 000 000
  • Présence mondiale : 64 pays
  • Action boursière : 74,23 $
  • Valeur boursière : 77,87 G$
  • Valeur annuelle des activations de cartes-cadeaux : 925 000 000 $
  • Répartition des ventes de produits Starbucks pourcentage des ventes
    – Boissons : 75 %
    – Nourriture : 19 %
    – Café emballé et en portion individuelle : 4 %
    – Matériel de préparation du café et autres marchandises : 2 %

(Source: tatistic Brain Research Institute)

Lire aussi

Café Starbucks au Canada : une goutte d’alcool avec ça?

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Économie, International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*