Québec : fini le couvre-feu de 20 h pour les mineurs sur les terrasses
terrasse

Les mineurs accompagnés d'adultes pourront rester plus longtemps sur les terrasses au Québec.
Photo Credit: ICI Radio-Canada/Marc-Antoine Mageau

Québec : fini le couvre-feu de 20 h pour les mineurs sur les terrasses

Share

L’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité mardi le projet de loi 170. Comme son titre l’indique, le texte vise à moderniser le régime juridique applicable aux permis d’alcool et modifie diverses dispositions législatives en matière de boissons alcoolisées.

Autre nouveauté qui fera l’affaire de nombreux clients, il sera désormais possible, dans un établissement où est exploité un permis de restaurant, que des boissons alcoolisées soient servies aux clients sans qu’ils soient obligés d’y consommer des aliments. Et dans ce type d’établissement, les employés sont tenus de suivre une formation sur la consommation responsable de boissons alcoolisées.

Parmi les nombreuses mesures qui retiennent l’attention, il y a la possibilité qu’une personne mineure puisse désormais rester sur une terrasse au Québec jusqu’à 23 h à condition qu’elle soit accompagnée d’un adulte qui assume l’autorité parentale. Jusqu’à l’adoption du projet de loi, la limite était 20 h.

L’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité le projet de loi 170 qui modernise le régime d’exploitation des établissements servant des boissons alcoolisées © Radio-Canada

Par ailleurs, le nouveau texte interdit au titulaire de permis de bar d’admettre une personne dans les pièces ou sur les terrasses indiquées sur le permis en dehors des heures permises. Il ne peut non plus consentir qu’une personne y demeure plus de 30 minutes après l’heure à laquelle ce permis doit cesser d’être exploité, à moins qu’il ne s’agisse d’un employé de l’établissement.

Une autre disposition du projet de loi 170 réjouira certainement les nouveaux arrivants qui veulent se lancer dans l’industrie de la restauration et de la vente des boissons alcoolisées. Même si une personne n’a pas la citoyenneté canadienne ou qu’elle n’est pas résidente permanente du Québec, elle peut néanmoins obtenir une autorisation d’exploitation si elle détient un permis de travail délivré par les autorités canadiennes de l’immigration.

Une femme déguste une boisson alcoolisée.
On pourra désormais prendre uniquement de l’alcool, même dans un établissement qui offre en plus de la nourriture, sans consommer celle-ci. © iStock

Par contre, si cette personne a commis un crime ou une infraction dans les cinq années avant la demande, la Régie des alcools, des courses et des jeux ne lui délivrera pas de permis.

Notons aussi que le nouveau texte permet l’ouverture à l’avance des bouteilles de boissons alcooliques, la préparation à l’avance de carafons de vin ou de mélanges de boissons alcooliques, l’utilisation de bouteilles de boissons alcooliques vides et non timbrées à des fins décoratives ainsi que l’usage ou la fabrication de boissons alcooliques à des fins pédagogiques ou pour la recherche.

Lire aussi :

À quel âge peut-on consommer de l’alcool au Canada? Devrait-on plutôt dire « à quels âges »?

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Économie, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*