©iStock/ ljubaphoto

Traite de personnes : qu’est-ce que c’est, comment savoir si l’on en est victime ou si l’on est à risque?

Share

Que ce soit les travailleurs migrants dans les champs agricoles ou les nounous dans une maison familiale ou encore des jeunes femmes autochtones dupées ou victimes d’exploitation sexuelle, le trafic de personnes a changé de visage dans le monde et le Canada ne fait pas exception.

Officiellement, au pays, le nombre de victimes de la traite des personnes en 2014 a été de 110, dont la plupart était des femmes (67), suivies par les filles (33), selon les derniers chiffres de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Toutefois, ceux qui travaillent avec des personnes vulnérables dans le pays croient que ce nombre ne serait que la pointe de l’iceberg, puisque des personnes victimes d’autres types d’abus et d’exploitation pourraient également être des victimes collatérales de la traite.

Pour comprendre ce phénomène complexe et difficilement quantifiable et pour offrir une aide à ceux qui pourraient en être victimes, une coalition d’organisations communautaires dans la ville de Toronto, dirigé par le centre de soutien du centre des réfugiés FCJ Refugee Centre ont organisé récemment le forum Déconstruire la traite des personnes : explorer le spectre de l’exploitation et protéger les survivants

Radio Canada International a parlé à Loly Rico, codirectrice du FCJ Refugee Centre. Elle explique de quelle manière le trafic des personnes peut aussi comprendre l’abus ou l’exploitation de travailleurs temporaires. 

« Notre objectif est de déconstruire le concept de traite de personnes pour pouvoir analyser les diverses manières d’exploitation qui existent. On ne parle pas ici que de l’exploitation sexuelle, le travail forcé ou les mariages forcés. Nous évoquons des situations dans lesquelles les autorités officielles peuvent être impliquées sans le savoir. Un exemple de ceci est le programme des travailleurs temporaires qui donne parfois l’occasion à des abus puisque les personnes sont affectées à un seul employeur. C’est le cas des travailleuses domestiques ou des travailleurs agricoles temporaires. Ce type de situation rend vulnérables ces personnes. Nous voulons également parler d’exploitation parce que de nos jours elle ne prend pas que la forme d’une personne enchaînée comme on voit à la télévision. L’exploitation peut prendre plusieurs formes. Et les personnes qui en sont victimes peuvent trouver de moyens de faire prévaloir leurs droits. »Loly Rico, codirectrice du FCJ Refugee Centre de Toronto

La traite de personnes est très difficile à mesurer. Le gouvernement ontarien a lancé en 2018 un projet gouvernemental pour quantifier les cas de traite de personnes. Pour ce faire, des organisations telles que le FCJ Refugee Centre ont été mises à contribution. Ce projet a documenté 20 cas de traite sur son territoire depuis le début de 2018.

Si une personne croit qu’elle est victime d’un type d’abus qui pourrait apparaître avec la traite des personnes, elle peut obtenir de l’aide. Loly Rico insiste pour que les personnes qui se sentent vulnérables entrent en contact avec les agences qui peuvent les soutenir. 

 L’Association canadienne d’échec au crime une ligne nationale de plainte qui met à la disposition de toute personne ayant des informations sur des crimes, des témoins ou des victimes : 1 800 222-8477  

Cette carte du monde illustre la situation de la traite de personnes dans différentes régions du monde :

Le forum Déconstruire la traite des personnes : explorer le spectre de l’exploitation et protéger les survivants a eu lieu à Toronto. C’était un projet coordonnée par le FCJ Refugee Centre dont Loly Rico est sa codirectrice.
Share
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*