Immigration Canada - approved grunge concept

De plus en plus difficile d’obtenir un visa pour visiter le Canada

Share

Une enquête du journal canadien The Globe and Mail a révélé que, l’an dernier seulement, le Canada a refusé un visa de visiteur à près de 600 000 personnes qui voulaient effectuer un court séjour au pays.

Que ce soit dans le cadre d’une visite touristique, scolaire, commerciale ou simplement pour voir leur famille, ces refus continuent d’augmenter rapidement puisque, selon les données obtenues par le Globe and Mail, ce nombre a plus que doublé depuis 2012.

L’enquête du journal a aussi révélé que les décisions d’entrée sont laissées aux fonctionnaires de niveau intermédiaire, et peu d’information est fournie aux demandeurs, même si le nombre croissant de refus et le processus de demande opaque peuvent nuire au processus de demande.

Selon le Forum économique mondial, en 2017, le Canada se classait au 9e rang sur 136 pays pour ce qui est du tourisme et des voyages. Cependant, ce même indice publié chaque année a classé le pays au 120e rang quant à sa politique en matière de visas, au 61e rang pour son ouverture internationale et au 43e quant à la priorité accordée par le gouvernement canadien au secteur des voyages et du tourisme. Voir tableau ci-bas (en anglais seulement) :

Le Canada atteint la 9e place, soit une position de plus que l’édition précédente. Le Canada offre de très bonnes conditions pour développer un secteur du tourisme et des voyages grâce au transport aérien le plus efficace au monde (1er), à la bonne infrastructure du secteur du tourisme (10e), aux ressources humaines (14e) et à un niveau de sécurité élevé (23e). De plus, le Canada est avisé sur le plan technologique (28e), est relativement plus concurrentiel sur le plan des prix que la plupart des économies avancées (97e) et, en moyenne, met en place des politiques environnementales adéquates (20e). Ces conditions permettent au secteur des T&T de tirer profit des riches ressources naturelles du Canada (19e), des ressources culturelles et des voyages d’affaires (15e). L’amélioration du classement cette année est principalement due à une réduction importante des prix, à une meilleure utilisation des TIC et à une ouverture internationale accrue. Pourtant, le Canada pourrait encore améliorer cette dimension en assouplissant sa politique en matière de visas, qui se classe actuellement au 120e rang. De plus, le rendement du Canada en matière de santé est relativement faible (59e), en raison de la capacité inférieure des établissements hospitaliers par rapport à d’autres économies développées. De plus, le Canada pourrait améliorer sa politique de tourisme et voyages en améliorant ses activités de marketing et d’image de marque, ainsi qu’en priorisant davantage le secteur (43e et perdant 7 places) dans sa stratégie de développement. © Forum économique mondial.

Selon le quotidien, le processus est d’ailleurs sur le point de devenir encore plus difficile. À compter du 31 juillet, les demandeurs de visa d’Afrique, d’Europe et du Moyen-Orient devront remettre leurs empreintes digitales à un centre de traitement des demandes à l’étranger. La règle sera imposée aux Asiatiques et aux Latino-Américains à la fin du mois de décembre.

Dans la plupart des cas de refus de visa, les responsables canadiens affirment qu’ils ne sont pas convaincus que les demandeurs quitteraient le pays à la fin de leur visite. Les fonctionnaires peuvent rejeter une demande s’ils croient que le demandeur n’a pas montré qu’il n’a pas suffisamment de fonds pour payer son séjour, ou qu’il a des liens familiaux ou financiers étroits avec le Canada et des liens moins étroits avec son pays d’origine.

Avec des informations du journal The Globe and Mail et du Forum économique mondial. 
Share
Mots-clés :
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*