©iStock/kreicher

Un groupe de juifs hassidiques sera expulsé de sa propriété dans une petite ville au Québec

Share

La petite municipalité québécoise de Sainte-Agathe-des-Monts, au nord de Montréal, a confirmé lundi avoir obtenu une injonction pour expulser un groupe de juifs hassidiques de leur lieu de résidence dès le 26 juillet. 

« Ils causent des nuisances. Il y a des déchets tout autour de la résidence. Ils vont se coucher à 2 h et ils jouent du tambour. On leur donne jusqu’au 26 juillet [pour partir] parce qu’il y a de jeunes enfants avec eux. »Maire de la municipalité lors d'une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne

Le maire Denis Chalifoux avait fait appel à la Cour supérieure du Québec en arguant que des dizaines de personnes s’installent temporairement à ce lieu de résidence et l’utilisent aussi comme lieu de culte, ce qu’interdit le règlement de zonage. Chaque été, a dit le maire, ils organisent de bruyants rassemblements qui nuisent à la quiétude du voisinage.

M. Chalifoux affirme que le quartier est situé dans une zone résidentielle. Le règlement ne permet pas à une propriété d’être utilisée comme un lieu de culte, un dortoir ou un camp d’été.

Pour leur part, les membres de la communauté juive semblent heurtés. Dans un article publié par le journal La Presse samedi, l’un d’entre eux reprochait à ses voisins d’avoir un comportement antisémite.

«Le problème n’est pas notre comportement, le problème est que nous sommes juifs.»Membre de la communauté juive de Sainte-Agathe-des-Monts

Le maire nie que l’expulsion soit de l’antisémitisme, faisant valoir que plusieurs juifs vivent dans la région depuis 100 ans sans que cela ne cause des conflits. Cette communauté, dit-il, a fondé la ville avec nous. « Nous avons de bonnes relations avec elle. »

Dans le site Internet de la municipalité, on peut lire que la communauté juive de Sainte-Agathe-des-Monts a fait construire le sanatorium du Mont Sinaï qui a offert gratuitement ses services aux personnes de toute confession religieuse jusqu’en 1920.

Un jeune enfant allume les chandelles d’une ménorah. ©iStock/tovfla

Ce n’est pas la première fois

Les tensions entre la communauté juive de Sainte-Agathe-des-Monts et la municipalité ne sont pas nouvelles. Déjà, en 2015, une dizaine de résidences occupées par des juifs hassidiques ont reçu la visite des inspecteurs de la municipalité qui voulaient s’assurer de la salubrité intérieure et extérieure des bâtiments et vérifier l’usage des lieux. À l’époque, des membres de la communauté avaient demandé d’être laissés tranquilles.

Un autre événement a eu lieu en 2016. On avait alors installé des ménorahs (chandelier à sept branches) un peu partout sur le territoire de la municipalité. Les réactions avaient été vives dans la communauté agathoise. Le rabbin Emanuel Carlebach avait dit à un journal local qu’à son avis il y avait encore beaucoup de travail pour faire tomber les préjugés face à sa communauté.

« Nous avons tous intérêt à mieux nous connaître pour mieux vivre ensemble », avait-il dit. Ses commentaires de l’époque font écho de ceux du maire actuel aujourd’hui puisque les deux sont d’avis que les relations sont bonnes. 
« Les relations entre les communautés juive et agathoise sont très bonnes malgré tout. Rien à voir avec le climat antisémite des années 1920 où des affiches, placardées sur les poteaux, réclamaient ouvertement le départ des Juifs. La communauté juive a fait beaucoup pour Sainte-Agathe-des-Monts, tant au niveau de la santé, avec l’Hôpital Mont-Sinaï, qu’au niveau commercial. »Emanuel Carlebach, en 2016, au journal L'Information du Nord de Sainte-Agathe
L’injonction officielle ordonnait au groupe de quitter les lieux dès dimanche, mais le maire Denis Chalifoux a fait savoir que la ville a accepté de prolonger le délai jusqu’au 26 juillet.
Ni La Presse canadienne ni RCI n’ont réussi à obtenir les commentaires des représentants du groupe de juifs hassidiques sur cette décision de la Ville.
Avec les informations de la Presse canadienne, site internet de la municipalité de Sainte-Agathe-des-Monts. 
Share
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*