Les femmes sont sous-représentées dans l’univers de nouvelles technologies et elles bénéficient de moins de financements. Photo : iStock

« Les femmes entrepreneures du secteur des sciences et technologies sont sous-financées au Canada » – Evolocity

Share

Le groupe financier Evolocity constate que les financements accordés aux femmes entrepreneures du domaine des sciences et technologies sont insuffisants. C’est pourquoi, pour la troisième année de suite, ce groupe a décidé d’augmenter sa contribution au Fonds des fondatrices. Il invite les fondatrices canadiennes d’entreprises émergente en sciences et technologies à déposer leurs demandes de financements.

RCI avec le groupe financier Evolocity et des informations du gouvernement fédéral
Il y a un énorme déséquilibre dans le nombre de femmes travaillant dans le domaine des sciences et de la technologie, en particulier en tant que fondatrices. David Souaid, président d'Evolocity.

Cette question a fait l’objet de débats lors du dernier Sommet du G7. À cette occasion, la directrice scientifique de l’institut de la santé des femmes et des hommes aux Instituts de recherche en santé du Canada s’est inquiétée de cette sous-représentation à l’heure de la recherche en intelligence artificielle.

On entre dans un avenir où tout va être contrôlé par des ordinateurs, [par] l’intelligence artificielle. Si on n’a pas des équipes diversifiées, il se peut que la programmation de ces ordinateurs-là soit un peu biaisée. Cara Tannenbaum, directrice scientifique de l'Institut de la santé des femmes et des hommes aux Instituts de recherche en santé du Canada,

Ce problème de la sous-représentation des femmes dans les métiers des sciences et technologies occupe une place importante dans le budget 2018 du gouvernement fédéral. Ce budget met de l’avant une nouvelle stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. L’idée est de faire en sorte qu’elles soient plus présentes dans ces métiers et qu’elles fassent prospérer leurs entreprises.

Elles se heurtent pour le moment à plusieurs obstacles, dont celui du financement.

Les femmes entrepreneures sont aux prises avec des obstacles uniques comparativement à leurs homologues masculins, liés à l’accès au capital, aux chaînes d’approvisionnement et aux programmes d’exportation. Les femmes entrepreneures peuvent également avoir plus de difficultés à recevoir de la formation et à trouver du mentorat.Gouvernement du Canada

Pour aider ces femmes entrepreneures à prospérer, le budget mise sur le renforcement de leurs capacités de gestion en affaires, mentorat, réseautage, mais surtout souhaite élargir leur accès aux financements et aux programmes fédéraux de soutien à l’innovation.

Favoriser la croissance des entreprises dirigées par les femmes

Budget 2018 : 105 millions de dollars sur cinq ans remis aux agences de développement régional à l’appui d’investissements dans les entreprises dirigées par des femmes. Le but est de les aider à s’adapter et à croître.

Le gouvernement fédéral aura à investir 10 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2018-2019, pour faire bénéficier les femmes des services accrus en matière de soutien aux exportations grâce au programme Femmes d’affaires en commerce international.

Il est question de faire en sorte qu’elles puissent tirer profit des possibilités venant de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne et de l’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste.

Femmes en sciences et technologies Crédit : Gouvernement du Canada

Parmi les PME qui participent à l’approvisionnement fédéral, 10 % appartiennent à des entrepreneures.

Le gouvernement a l’intention d’instaurer des mesures visant à accroître ce taux de participation de moitié (à au moins 15 %) afin qu’il corresponde à la proportion actuelle des petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes dans la population en général.

Afin de mieux soutenir la croissance des entreprises dirigées par des femmes et d’en faire des entreprises concurrentielles et viables, le gouvernement mettra à la disposition des entrepreneures par l’entremise de la BDC un montant de 1,4 milliard de dollars réparti sur trois ans à compter de 2018-2019.

Cet engagement s’ajoute à une augmentation de 200 millions de dollars (du montant de 70 millions) d’investissements sur cinq ans dans les entreprises de technologies dirigées par des femmes par l’entremise de la BDC.

Pour offrir des solutions de financement et d’assurance pour les entreprises détenues et dirigées par des femmes qui font des exportations ou qui cherchent à en faire, le gouvernement offrira 250 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2018-2019, par l’entremise d’Exportation et développement Canada (EDC).

Photo Credit: IS / iStockphoto.com

Groupe financier Evolocity : une contribution non négligeable

Malgré les espoirs qu’offre le budget du gouvernement fédéral pour l’année 2018, en ce qui concerne le soutien financier aux femmes entrepreneures, le groupe financier Evolocity estime que beaucoup reste à faire, car ce soutien demeure insuffisant.

4% des investissements en capital de risque au Canada vont à des entreprises dirigées par des femmes. Le déséquilibre des financements alloués aux femmes entrepreneurs dans les domaines des sciences et des technologies est encore plus grand. Nous voulions continuer une conversation qui met en lumière cette question au Canada. David Souaid, président d'Evolocity.

Quelques constats négatifs d’Evolocity sur l’accès des femmes au capital au Canada:

4 % des investissements en capital de risque vont aux entreprises dirigées par des femmes.

En 2017, 5 % des entreprises technologiques avaient une femme fondatrice qui travaillait seule et seulement 13% avaient une cofondatrice.

En moyenne, les femmes ne représentent que 13 % des équipes de direction d’une entreprise technologique et 53 % n’ont aucune femme cadre.

8 % des administrateurs des conseils d’administration de sociétés technologiques canadiennes sont des femmes et 73 % des conseils d’administration ne comptent aucune femme.

Photo : iStock

Pour la troisième année d’affilée, le groupe financier Evolocity a augmenté sa contribution au Fonds des fondatrices. À titre de rappel, le groupe mentionne que le Fonds octroie des subventions aux entrepreneures au Canada, par conséquent, il n’y a pas de prêt à rembourser.

Les demandes de financement sont acceptées jusqu’au 31 août. Les bénéficiaires seront annoncés à la Journée des Startups sur la colline du Parlement, le 18 octobre, à Ottawa.

Chaque dollar que l’on peut obtenir pour maintenir son entreprise à un stade précoce a un impact majeur. Nous l’avons utilisé pour louer un espace dans un incubateur, ce qui nous a permis d’avoir accès à des mentors et d’autres services essentiels. Élizabeth Audette-Bourdeau, bénéficiaire de financement en 2016 et cofondatrice de Welbi.

Sur le même sujet :

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*