Selon le Centre canadien de protection de l’enfance, la prolifération de pornographie juvénile sur Internet est un problème important qui continue de prendre de l’ampleur. Photo : Radio-Canada

La prolifération de pornographies juvéniles sur Internet est un problème important qui continue de prendre de l’ampleur au Canada. Photo : Radio-Canada

Prévention de la criminalité : la sécurité publique du Québec en croisade contre le partage de la pornographie juvénile

Share

En cette semaine de prévention de la criminalité, la sécurité publique du Québec a émis plusieurs directives afin de sensibiliser le public sur l’importance de protéger les jeunes en évitant le partage et la possession de leurs photos intimes.

RCI avec des informations de la sécurité publique du Québec, du ministère de la Justice et de la Centrale canadienne de signalement de cas d’exploitation sexuelle d’enfants sur Internet

La pornographie juvénile : un phénomène qui prend de l’ampleur

Cette année, la semaine de prévention de la criminalité, du 4 au 10 novembre, a pour thème Des actions locales pour prévenir la criminalité.

La sécurité publique du Québec souligne la nécessité de mettre les jeunes à l’abri du sextage, un phénomène qui prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux.

« L’autoexploitation juvénile, aussi appelée sextage ou partage non consensuel d’images intimes, se définit comme le fait pour un autre jeune, de créer et de transmettre ou de partager avec d’autres jeunes, par l’entremise d’Internet ou d’appareils électroniques, des photos ou des vidéos à caractère sexuel. L’autoexploitation juvénile se fait au moyen d’un téléphone cellulaire, d’une application de messagerie vidéo, d’un réseau social, etc. »

À moins de 18 ans, il est totalement prohibé d’échanger des images intimes d’un jeune. En le faisant, les personnes, jeunes ou adultes contreviennent à plusieurs lois provinciales et nationales sur la pornographie juvénile.

Un aperçu des infractions en lien avec la pornographie juvénile :

  • production de pornographie juvénile;
  • impression de pornographie juvénile;
  • publication de pornographie juvénile.

  • distribution de pornographie juvénile;
  • rendre accessible la pornographie juvénile;
  • vendre, importer ou exporter de la pornographie juvénile;
  • posséder de la pornographie juvénile;
  • accéder à la pornographie juvénile;
  • en faire la publicité.

Tout fournisseur d’accès Internet est appelé à signaler des cas à la police, surtout s’il a des motifs raisonnables de croire que ses services ont été utilisés pour perpétrer des actes condamnés par la loi. Les contrevenants risquent de 1 à 14 ans de prison avec des amendes salées.

Depuis les 10 dernières années, une forte croissance des infractions de pornographie juvénile est enregistrée au Québec. En 2004, 117 infractions ont été comptabilisées comparativement à 528 en 2013. Il s’agit d’une augmentation annuelle moyenne de 16,3 %. Toutefois, ces infractions ont augmenté de 52,6 % en 2013 par rapport à 2012.Sécurité publique du Québec

Mettre l’accent sur la prévention

La Centrale canadienne de signalement de cas d’exploitation sexuelle d’enfants sur Internet note aussi une hausse de 40 % des signalements concernant des jeunes ciblés par des tactiques de sextorsion en 2018 au pays.

La Centrale appelle les jeunes eux-mêmes à faire partie de la solution, en évitant de publier des contenus à caractère sexuel d’eux-mêmes.

Ils doivent faire attention à certaines applications qui leur semblent à première vue populaires et leur offrent de faux sentiments de sécurité en leur donnant l’impression d’effacer systématiquement leurs publications au bout de quelques secondes.

Certains sites commerciaux peuvent garder des publications de leurs membres qui deviennent difficilement effaçables, laissant des traces indélébiles sur Internet, avec toutes sortes de conséquences psychologiques et juridiques pour les jeunes.

C’est ainsi qu’ils doivent toujours se rappeler que la confidentialité et l’anonymat sont quasi inexistants sur Internet, les traces finissent toujours par remonter en surface, ce qui peut être fortement dommageable pour eux et leur entourage.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*