Photo : Tim Hortons

L’entreprise mère des Tim Hortons veut grossir à 40 000 restaurants

Share

La société mère des chaînes Tim Hortons, Burger King et Popeyes compte environ 26 000 restaurants. Photo : La Presse canadienne

Restaurant Brands International (RBI), qui détient également les bannières Burger King et Popeyes, compte environ 26 000 établissements.

Or, RBI prédit que ses trois chaînes de restauration rapide pourraient atteindre le chiffre de 40 000 établissements dans le monde d’ici les 10 prochaines années.

« Quarante mille restaurants dans le monde nous placeront parmi les plus grandes entreprises de restauration du monde », a fait valoir le chef de la direction de Restaurant Brands International, Jose Cil, mercredi à New York, devant une foule d’actionnaires.

Pour atteindre cet objectif, RBI devrait ajouter à son réseau environ 1400 restaurants chaque année au cours de la prochaine décennie.

C’est loin d’être irréaliste puisque RBI a ouvert plus de 1300 nouveaux restaurants en 2017 et en 2018. C’est l’équivalent d’un nouveau restaurant toutes les sept heures. Mais il s’agissait principalement de restaurants de Burger King.

Une gestion et une opération de croissance pour Tim Horton plus problématique au Canada 

Enseigne d’un restaurant Tim Hortons Photo : The Canadian Press / Eduardo Lima

Pour la bannière Tim Hortons, la Chine semble être un meilleur terrain de croissance dans l’immédiat. La chaîne de restaurants y a ouvert son premier café en février dernier et en a depuis ouvert trois autres avec son principal partenaire franchisé local.

RBI espère ouvrir plus de 1500 cafés dans ce pays d’ici 10 ans, soit un peu plus de 10 % de la cible d’ouverture de nouveaux établissements qu’elle s’est fixée.

« Il s’agit d’un énorme marché de consommateurs où la consommation de café par habitant augmente d’environ 15 % par année », note pour sa part le président de Tim Hortons, Alex Macedo.

La croissance et la gestion des restaurants d’origine canadienne Tim Hortons, achetés par RBI il y a quelques années, ont été cependant un peu plus compliqués pour la société mère. Elle a dû composer avec une rébellion de plusieurs propriétaires canadiens, et les critiques à répétitions des consommateurs en raison de pratiques polluantes pour l’environnement.

Il y a aussi eu le scandale en Ontario, l’an dernier, de restaurants qui ont tenté de pénaliser leurs employés parce que le gouvernement avait haussé le salaire minimum.

Durant l’année 2018, pendant laquelle la chaîne de restauration rapide a procédé à un premier appel public à l’épargne, les ventes de ses établissements ont augmenté de 8,9 % aux États-Unis, mais de seulement 7,5 % au Canada.

Découvrez Tim Hortons : née au Canada et maintenant à la croisée des chemins de la planète…

Le premier Tim Hortons a ouvert ses portes dans un garage reconverti, à Hamilton, le 17 mai 1964. Photo : Tim Hortons

D’une seule franchise à un empire de 4500 établissements dans le monde

Le Canadien Ron Joyce, le cofondateur de l’empire Tim Hortons, est décédé en janvier dernier. Il avait 88 ans. Photo: La Presse canadienne / Aaron Harris

Tim Horton, qui jouait à l’époque pour l’équipe de hockey des Maple Leafs de Toronto, a ouvert son premier restaurant Tim Horton à Hamilton, en Ontario, en 1964. Lorsqu’il a décidé d’agrandir, il a choisi Ron Joyce comme premier franchisé.

Après la mort de Tim Horton dans un accident de voiture en 1974, Ron Joyce a pris intégralement son activité en main et a supervisé sa croissance, jusqu’à en faire une entreprise valant des milliards de dollars. Il y a maintenant plus de 4500 établissements Tim Hortons dans le monde, dont 3600 au Canada.

Ron Joyce, à gauche, et Tim Horton, joueur de la LNH, ont démarré leur empire de beignes à Hamilton, en Ontario. Photo : Tim Hortons

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Michel Doucet, Jean-Pierre Girard et Claude Bernatchez de Radio-Canada

En complément

Mort de Ron Joyce, le cofondateur de la chaîne Tim Hortons – Radio-Canada 

Le biologiste Claude Villeneuve dénonce le concours Déroule le rebord de Tim Horton – Radio-Canada 

Déroule le rebord : le coût environnemental des gobelets à usage unique en vaut-il la peine? – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie, Histoire

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*