Des jeunes filles inuites parlent d’image de soi en inuktitut sur YouTube

12 décembre 2014
Par Raymond Desmarteau

Lila Koonoo, étudiante au programme Nunavut Sivuniksavut à Ottawa.
Crédit photo : NunavutSivuniksavut1/YouTube


Des étudiantes inuites à Ottawa ont réalisé une vidéo et l’ont mise en ligne sur YouTube afin d’aider les femmes et les jeunes filles à ne pas se dénigrer et à s’aimer elles-mêmes, quelque soit leur aspect physique.

logo_imgLila Koonoo est une étudiante au programme Nunavut Sivuniksavut à Ottawa. C’est elle qui a lancé l’idée de cette production.body-image-video

« Comme toutes les autres filles, inuites ou non, nous lisons des magazines, nous regardons la télévision et on nous jette au visage l’importance d’être minces, en forme, d’avoir des yeux bleus et la peu blanche afin d’être considérées comme belles. C’est exactement ça qu’on nous serine du matin au soir, » dit-elle.

« Nous avons réalisé cette vidéo pour dire aux gens qu’il n’y a pas qu’une seule forme de beauté. »

La vidéo de trois minutes propose des réflexions personnelles d’étudiantes, toutes en Inuktitut, la langue des Inuit.

Avatar

À propos de

Homme de radio, Raymond Desmarteau compte plus de trente années derrière le micro, un peu partout au Canada et ailleurs sur la planète. Il a tour à tour été animateur à CIEL-MF à Longueuil, à Radio-Canada Toronto et Vancouver, avant d’être animateur du matin puis directeur des programmes à la radio des Forces canadiennes en Europe.
Il a animé nombre d’émissions diverses à Radio Canada International (RCI) dont Tam-Tam Canada durant sept ans. Toujours à RCI, il a été responsable du service des partenariats mondiaux en anglais - plus de 60 stations - et en français - plus de 125 stations - auxquelles il alimentait mensuellement des contenus de reportages à être diffusés sur leurs ondes locales, en Afrique, aux États-Unis et en Océanie.
On a aussi pu l’entendre sur les ondes de Radio-Classique Montréal.

1 commentaire

  1. Avatar
    |

    J’aurais bien aimé avoir des sous-titres en français pour comprendre ce que ces jeunes filles disaient.

Laisser un commentaire