Les savoirs et le savoir-faire autochtones se dévoilent

8 juillet 2015
Par Didier Oti

Les autochtones ne sont pas nombreux au Canada. Selon Satistique Canada, en 2011, ils étaient 1 400 685, soit 4,3 % de la population canadienne. Leurs cultures ont beau préexisté à la confédération canadienne, elles ont beau avoir servi aux premiers colons européens en sol nord-américain, elles restent néanmoins marginales dans le paysage canadien.

Cela peut donc sembler paradoxal: menacées, et dans certains cas anéanties par les colons, les cultures, les langues et les structures sociales autochtones ont pourtant eu une influence cruciale dans la formation et le développement du Canada.

 rci-jardin-premieres-nat
Le Jardin des Premières Nations est un espace permanent au sein du Jardin botanique de Montréal © Ville de Montréal

Une influence diffuse, mais réelle

Des raquettes d’hiver, en passant par  les plantes médicinales, et autres produits agricoles, les colons ont intégré à leur mode de vie bien d’éléments autochtones.

L’objectif de l’exposition Savoirs et savoir-faire est donc de permettre au grand public de découvrir à la fois cet art, ce design et ces outils millénaires des Premières Nations et des Inuits qui, discrètement, constituent le socle de la moisaïque culturelle canadienne.

Sylvie Paré, Agente culurelle  au Jardin des Premières-Nations du Jardin botanique de Montréal explique la pertinence de l’exposition.



 rci-jardin-botanique
Les objets au Jardin des Premières Nations sont présentés comme s’ils étaient dans leur milieu naturel © Jardin botanique (Claude Lafond)

Canots d’écorce, paniers, porte-bébés, vêtements, outils de chasse et de pêche, ustensiles de cusine, racines d’épinettes et de sapin, peau de caribou et autres créations ingénieuses qui ont permis aux autochtones de maitriser un environnement pas toujours hospitalier, sont quelques unes des pièces vedettes de l’exposition.

Avatar

À propos de

Ph.D
Journaliste de télévision à la base, j’ai fait de la radio, la presse écrite et depuis quelque temps, le web. Je partage ma passion pour la politique, l’actualité internationale, la communication et les médias avec mon public, mais aussi avec mes étudiants à l’Université du Québec à Montréal.

Laisser un commentaire