Un visage, un nom : Appel historique pour identifier des Autochtones

8 juillet 2015
Par Maryse Jobin

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) demande l’aide des Canadiens pour identifier des milliers de photos historiques d’Autochtones dans le cadre de la deuxième phase de son projet Un visage, un nom.

Au cours des 13 dernières années, environ 8000 images ont été numérisées et près de 2000 Inuits ont été identifiés dans le cadre de la première phase du projet.

Le nouveau chapitre de cette initiative inclut maintenant les communautés inuites des Territoires du Nord-Ouest, du Nord-du-Québec (Nunavik) et du Labrador, de même que les deux autres groupes autochtones du Canada, soit les Premières Nations et les Métis.

Les photos numérisées qui proviennent de collections publiques et privées datent de la fin du 18e siècle et s’étendent jusqu’aux années 1970.

BAC affirme que « la majorité des personnes qui apparaissent sur les images des collections de BAC n’ont jamais été identifiées. De nombreuses descriptions à propos d’événements ou d’activités présentent des lacunes ou sont désuètes ».

 

Bibliothèque et Archives Canada espère que les Canadiens pourront les aider à identifier ces membres de la tribu Chippewa, près de la MR de Dufferin, au Manitoba
Bibliothèque et Archives Canada espère que les Canadiens pourront les aider à identifier ces membres de la tribu Chippewa, près de la MR de Dufferin, au Manitoba © Bibliothèque et Archives Canada

Le projet Un visage, un nom a pris naissance à Ottawa en 2002 lors d’une visite au BAC de Murray Angus, animateur du programme de formation Nunavut Sivuniksavut de l’Université Carleton d’Ottawa.

Depuis des années, il organise une visite annuelle de ses étudiants à BAC pour rechercher des photos de leurs collectivités dans les catalogues sur fiches.

Comme la plupart des Inuit représentés sur les photographies n’étaient pas identifiés, Angus a mis sur pied le projet pour donner aux résidents du Nunavut accès aux collections de photos d’Inuit conservées en archives afin d’identifier les photos.

Le projet a pris de l’expansion pour inclure d’autres collections photographiques explique la directrice du projet, Beth Greenhorn: « Ce que nous essayons de faire est d’aller à la rencontre des communautés où les photos ont été prises et aux communautés avoisinantes pour mettre des noms aux visages sur les photos. En plus d’identifier les personnes, on veut aussi retracer les lieux, les événements et les activités qui y sont immortalisés. »

Mme Greenhorn souligne que quelques milliers de photos de la collection ont été prises au Manitoba, dans les Prairies canadiennes.

Bibliothèque et Archives Canada mettra une photo en vedette sur son site Web tous les jeudis dans l’espoir que quelqu’un puisse identifier ceux qui s’y retrouvent.

RCI et Radio-Canada

Avatar

À propos de

Ma passion pour les entrevues. J’ai choisi de faire ce métier parce que je veux découvrir ce qui anime les gens et ce qui les pousse à se réaliser. Ma formation en sciences m’incite à la rigueur et à remettre en question les idées reçues. J’ai découvert ce goût d’interviewer en écoutant et regardant des expertes de cet art comme Christiane Charrette et la regrettée Barbara Frum. La culture, l’économie, les sciences et les enjeux de société sont autant de thèmes que j’aime explorer.

Laisser un commentaire