Beaucoup de gens au Canada aiment utiliser Facebook.

Beaucoup de gens au Canada aiment utiliser Facebook.
Photo Credit: Paul Sakuma

Panique au pédophile sur Facebook

Share

Un vent de panique a soufflé ces jours-ci dans une école québécoise de Repentigny, une ville située à quelques kilomètres à l’est de Montréal.

Plusieurs parents d’élèves qui fréquentent l’école secondaire Le Gardeur ont sonné l’alerte après la publication d’un article sur Facebook d’une mère qui se disait inquiète par rapport à un potentiel prédateur sexuel. L’histoire s’avère non fondée, selon les policiers, qui tentent maintenant de rassurer la population. Mais, le feu est difficile à éteindre.

Suspect vu dans un parc

Le sergent Bruno Marier, de la police de Repentigny, explique que tout à commencer samedi dernier : « Samedi, une dame a vu un homme parler à ses enfants au parc des Artisans. Elle a cru qu’il s’intéressait à ses enfants et elle a pris l’initiative d’écrire un message sur Facebook ».

Vent de panique sur Facebook après une fausse alerte au prédateur sexuel.
Vent de panique sur Facebook après une fausse alerte au prédateur sexuel. © Facebook

Alerte donnée sur les boîtes postales du quartier

En plus de son appel à la vigilance sur Facebook, la citoyenne a placardé un message d’alerte aux poteaux et les boîtes postales de son quartier.

En fin d’après-midi mardi, l’alerte sur Facebook concernant le prétendu pédophile avait été partagée près de 9000 fois sur le réseau social.

Ce chiffre augmente toujours. Tout comme le nombre de commentaires de parents, faussement alarmés.

Alerte au pédophile sur les bôites postales à Repentigny au Québec.
Alerte au pédophile sur les bôites postales à Repentigny au Québec. © Radio-Canada

De nombreux parents toujours inquiets 

« La boîte vocale téléphonique de l’école Jean-Duceppe était pleine ce matin (mardi) », indique un porte-parole de l’école, Éric Ladouceur. Les parents inquiets sont rappelés « un par un, pour les rassurer », dit-il.

Sur place, plusieurs parents attendant leurs enfants à la sortie de l’école se sont dits inquiets malgré tout.

« J’étais inquiète. J’ai parlé à mes enfants pour leur donner des conseils. On va surveiller un peu plus ce qui se passe dans le quartier », affirme Julie Clermont, mère de trois enfants fréquentant l’école.

Je n’ai rien fait !

Les policiers confirment qu’un homme s’est présenté au poste de police ce week-end, craignant qu’on ne le confonde avec celui décrit dans le message de la mère de famille. Il était à la recherche samedi dernier dans le parc de ses neveux, a-t-il dit aux policiers.

« C’est réglé. C’est fini. C’est une fausse alerte », indique le sergent de police Bruno Marier, ajoutant que, à sa connaissance, aucun enlèvement n’a eu lieu sur le territoire desservi par les policiers de Repentigny au cours des 20 dernières années.

Le sergent Bruno Marier souligne par contre qu’une autre enquête est en cours au sujet d’un événement survenu celui-là le 27 avril dernier. Un homme aurait parlé à deux petites filles au même parc des Artisans, sans conséquence fâcheuses. Des parents ont rapporté les faits aux policiers.

Le saviez-vous?

  • Au Québec, les statistiques du ministère de la Sécurité publique estiment que près de 90 % des agressions sexuelles ne sont pas dénoncées aux policiers.
  • Selon ces mêmes statistiques québécoises, 62 % des victimes d’agressions sexuelles seraient mineurs.
  • 36 % des enfants victimes d’agressions sexuelles sont âgés entre 12 et 18 ans, 22 % des jeunes victimes ont entre 6 et 11 ans et 10 % entre 1 jour et 5 ans.
  • Une étude canadienne d’incidence de mauvais traitements envers les enfants estime que 55 % des enfants sont victimes d’attouchements sexuels, 11 % de contacts oraux-génitaux, 7 % de relations sexuelles avec tentatives de pénétration, 7 % de pénétration, 7 % de propos sexuels, 6 % de comportements d’exhibitionnisme et 1 % de voyeurisme.
Share
Catégories : Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*