Un violeur en série prend pour cible une université canadienne

Share

Un seul homme est l’auteur de 6 agressions sexuelles sur des étudiantes

Six agressions sexuelles ont eu lieu sur le campus de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) depuis avril dernier, selon le sergent Peter Thiessen de la Gendarmerie Royale du Canada à Vancouver sur la côte ouest canadienne.

Dans chaque cas, ce sont des femmes qui ont été attaquées alors qu’elles se déplaçaient sur le campus tard la nuit ou très tôt le matin.

À la suite des interviews avec les victimes et les témoins, les policiers croient qu’une seule personne est à l’origine des attaques.

Cette personne est un homme blanc au teint basané, âgé de la mi-vingtaine à la mi-trentaine, élancé et mesurant de 176 à 188 cm. Il a le visage et le menton long et rond, le nez droit, le front large et les cheveux courts et noirs.

La plus récente attaque a eu lieu vers 1 h 30 dans la nuit de samedi à dimanche dernier

Dans cet incident, une jeune femme venait de quitter Gage Hall sur le boulevard Student Union pour se rendre à sa résidence.  Elle a senti une ombre et a été attaquée par l’arrière. Le suspect s’est enfui quand elle a agité ses bras dans tous les sens pour se dégager, a expliqué le sergent Thiessen.

Le sergent Peter Thiessen de la GRC.
Le sergent Peter Thiessen de la GRC. © Radio-Canada

Toutes les ressources policières peuvent être mobilisées

Le sergent Peter Thiessen indique que la GRC a désormais la capacité d’augmenter son équipe selon les besoins de l’enquête et qu’elle faisait appel à toutes les ressources nécessaires pour tenter d’arrêter le suspect.

Elle a entre autres fait appel à sa division des sciences du comportement pour établir un profil criminel et géographique du suspect.

Le groupe des crimes graves de la GRC qui mène désormais l’enquête a également consulté le système d’analyse des liens de la violence associés aux crimes (SALVAC). Ce système permet de dégager les tendances et les liens pour aider les enquêteurs à cerner les crimes sériels et à établir le profil de leurs auteurs.

Quelque 200 personnes ont participé mercredi soir à la manifestation
Quelque 200 personnes ont participé mercredi soir à la manifestation « Reprenez la nuit », sur le campus de UBC à la suite d’une série de six agressions sexuelles. © Fanny Bédard/Radio-Canada

C’est le moment de résister à la peur selon le président de l’Université

Le président de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) a déclaré que la révélation mardi que six agressions sexuelles avaient eu lieu sur le campus depuis avril était très inquiétante, mais que l’Université faisait tout ce qui était possible pour assurer la sécurité du campus.

Selon Stephen Toope « C’est le moment de résister à la peur et de lutter contre cette personne qui entraîne notre communauté à se sentir vulnérable. »

Le président de UBC a souligné que des millions de dollars avaient été dépensés depuis deux ans pour améliorer l’illumination sur le campus et les lumières qui longent toutes les grandes artères qui traversent le campus de part en part avaient été remplacées.

L’Université de la Colombie-Britannique (UBC) a de plus annoncé qu’elle allait augmenter la sécurité dans les résidences et offrir plus de services de raccompagnement bénévoles.

La vice présidente responsable des étudiants Louise Cowen et le président de UBC Stephen Toope en conférence de presse.
La vice présidente responsable des étudiants Louise Cowen et le président de UBC Stephen Toope en conférence de presse. © Radio-Canada

Vivre et étudier à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC, en anglais)

Share
Catégories : International, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*