Le magasinage des cadeaux de Noël sera plus hâtif cette année pour près des trois quarts des Canadiens.

Le magasinage des cadeaux de Noël sera plus hâtif cette année pour près des trois quarts des Canadiens.
Photo Credit: istock

Ces millions de petits Pères Noël canadiens qui partent à courir

Share

Plus de 40 pour cent des Canadiens ont déjà commencé leur magasinage des Fêtes

À la fin d’octobre déjà, défilant dans les rangées des grands magasins, plusieurs consommateurs canadiens avaient peine à en croire leurs yeux. Beaucoup de magasins n’ont pas attendu la fin de la fête de l’Halloween pour sortir leurs couleurs de Noël. Boules et guirlandes étaient en compétition pendant quelques jours sur les étagères avec les balais en plastique et les masques en latex des bonnes vieilles sorcières.

Dans les faits, sur le web, la course aux achats de Noël est lancée depuis déjà le mois d’août!

Écoutez

Le saviez-vous?
20 % des Canadiens envisagent d’acheter à Noël un ou plusieurs cadeaux sur Internet

  • Les personnes âgées de moins de 35 ans, les femmes, les résidents des centres urbains (excluant Montréal) et les ménages ayant des revenus élevés (60 000 $ et plus) sont les plus nombreux à vouloir faire leurs achats sur le Web.
  • Un récent sondage au Québec révélait que 32 % des Québécois se laissent guider par le meilleur prix, 28 % se limitent aux articles figurant sur leur liste et 20 % penchent pour des articles en promotion.
Défilé du Père Noël à Montréal, le 17 novembre 2011.
Défilé du Père Noël à Montréal, le 17 novembre 2011. © Radio-Canada

La course des Canadiens vers Noël est déjà bien amorcée

Le coup de départ a été officiellement livré par la publication de différents sondages, début novembre, signalant qu’un sur quatre était alors déjà en pleine course de ses achats pour Noêl et que les Canadiens allaient dépenser cette année une somme record de tout prêt de 700 dollars en moyenne pour leurs dépenses de Noël.

Les Canadiens ne semblent pas se souvenir de la récession de 2008-2009. Ils apparaissent vivre dans une bulle hors du temps qu’il leur est tout à fait particulière et enviée par les Européens ou les Américains.

Un peu d’histoire canadienne…
La coutume de donner des cadeaux à Noël est assez récente

  • Du début de la Nouvelle-France jusqu’à la fin du XIXe siècle, la distribution des étrennes se faisait au jour de l’An et non à Noël.
  • La publicité commerciale dans les journaux amena progressivement les gens à donner une partie des étrennes à Noël et à garder l’autre pour le jour de l’An.
  • Dans le dernier quart du XIXe siècle, du moins chez les familles bourgeoises, on commença à privilégier Noël pour remettre les cadeaux aux enfants.
  • Les grands magasins offraient pour Noël une grande variété de jouets et de jeux pour les enfants et un large éventail de suggestions de cadeaux pour les échanges entre adultes.
  • Avec la popularité grandissante du légendaire Santa Claus et, peu après, du père Noël au cours des années 1930, on en vint à distribuer les cadeaux uniquement à Noël et à négliger les étrennes au jour de l’An.

Le défilé du Père Noël à Montréal au mois de novembre (M, magazine web télé)

 

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*