Portrait de Nelson Mandela

Portrait de Nelson Mandela
Photo Credit: AFP / ALEXANDER JOE

Tout le Canada pleure Nelson Mandela, ce citoyen honorifique canadien

Share

Le Canada brillait fort dans le cœur de Mandela et vice et versa

Dans les minutes jeudi suivant l’annonce du décès de Nelson Mandela, le premier ministre canadien Stephen Harper s’est empressé de dire que « tout le Canada pleure Nelson Mandela ».

Le Canada qui avait offert à Mandela la citoyenneté honorifique a souvent été cité par le légendaire défenseur des droits de la personne comme une source d’inspiration dans sa propre lutte en Afrique du Sud.

Mais l’estime du Canada pour M. Mandela est née bien avant qu’il ne soit célébré à travers le monde pour avoir contribué à mettre un terme à l’apartheid et défendu les droits des personnes de couleur dans son pays natal.

Le saviez-vous?

  • Le Canada lui a multiplié les honneurs.
  • Lors de la deuxième visite au pays de Nelson Mandela, en septembre 1998, il est devenu un Compagnon de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction de l’Ordre.
  • Au cours de son troisième passage au Canada, en 2001, il est devenu le deuxième étranger à se voir accorder la citoyenneté canadienne honoraire. Seulement trois autres, depuis, ont eu droit à pareil honneur.
Mandela prend un bain de foule dans la cadre d’une visite de trois jours à Ottawa, en 1998, au cours de laquelle il deviendra un Compagnon de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction de l’Ordre.
Mandela prend un bain de foule dans la cadre d’une visite de trois jours à Ottawa, en 1998, au cours de laquelle il deviendra un Compagnon de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction de l’Ordre. © AFP/DAVE CHAN

Témoignage émouvant de l’ancienne cheffe d’État du Canada

En 2006, Michaël Jean a effectué un grand voyage en Afrique à titre de Gouverneure générale du Canada et donc de la représentante officielle de la reine au Canada. L’un des cinq pays visités était l’Afrique du Sud. Elle était la troisième femme, la deuxième immigrante et la première noire à occuper ce poste au Canada. Elle a quitté son pays natal, Haïti, à l’âge de 11 ans, avec ses parents qui fuyaient le régime du dictateur haïtien François Duvalier.

Écoutez

Appuis moraux et politiques du Canada

M. Mandela affirmait qu’il avait trouvé au Canada du soutien pour sa cause quand il était incapable de se battre pour elle. Une congrégation religieuse au centre-ville de Montréal regroupant notamment plusieurs personnes d’origine africaines avait maintenu la tradition tout le long de son long emprisonnement de lui envoyer chaque année des messages de soutiens.

Nelson Mandela ne l’a jamais oublié et lors d’une visite au Canada peu après sa libération il avait donné un discours remarquable devant les membres de cette congrégation.

Des organisations dénonçant l’apartheid ont commencé à se former en sol canadien dès les années 1970.

Des groupes religieux, des organismes communautaires et des antennes canadiennes du Congrès national africain (ANC), le parti politique de Nelson Mandela, avaient alors mobilisé leurs efforts pour combattre le régime raciste alors que le chef du mouvement croupissait derrière les barreaux après avoir écopé une peine d’emprisonnement à vie pour avoir tenté de renverser le gouvernement ségrégationniste.

Nelson Mandela salue la foule lors de son arrivée à Ottawa le 17 juin 1990. Il est en compagnie du premier ministre Brian Mulroney (G).
Nelson Mandela salue la foule lors de son arrivée à Ottawa le 17 juin 1990. Il est en compagnie du premier ministre Brian Mulroney (G). © PC/Wm. DeKay

Le Canada a tardé politiquement à choisir le camp de Nelson Mandella

Selon des historiens, les tentatives de tous les petits groupes de citoyens au Canada qui militaient pour la cause ne Nelson Mandela se sont à l’origine heurtées à un manque d’intérêt du gouvernement canadien et de notre milieu des affaires. Plusieurs premiers ministres canadiens, de John Diefenbaker à John Turner, auraient peu fait pour mettre un frein à la lucrative relation commerciale du Canada avec l’Afrique du Sud.

Le Canada s’est finalement rangé dans le camp de Mandella sous le premier ministre Brian Mulroney arrivé au pouvoir en 1985 qui s’est révélé un ardent défenseur et imposé des sanctions économiques sévères au gouvernement sud-africain.

Le premier séjour de Mandella au Canada a eu lieu quatre mois seulement après qu’il eut recouvré sa liberté en 1990.

Le gouverneur général du Canada, Roméo Leblanc, accorde l'ordre du Canada au président sud-africain, à Rideau Hall, en novembre 1998.
Le gouverneur général du Canada, Roméo Leblanc, accorde l’Ordre du Canada au président sud-africain, à Rideau Hall, en novembre 1998. © Gouvernement du Canada

Il considérait le Canada  comme un modèle

« Votre respect pour la diversité au sein de votre société, et votre tolérance et approche civilisée pour affronter les défis de la différence et de la diversité nous avaient toujours inspirés », avait déclaré M. Mandela lors de sa première allocution au Parlement canadien en 1990.

Puis, lorsque M. Mandela a été élu président quatre ans après sa libération, ses adjoints et lui-même ont examiné les politiques et les pratiques d’autres pays qui pouvaient servir d’exemple à une jeune démocratie.
Le Canada aurait alors servi de modèle dans des domaines aussi variés que l’éducation, le traitement des eaux et la politique sociale.

L’héritage de Nelson Mandela (Radio-Canada)

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Tout le Canada pleure Nelson Mandela, ce citoyen honorifique canadien
  1. Avatar Agide Melloni dit :

    E’ stato un grande personaggio, Mandiba. I deboli di questo mondo debbono essere orgogliosi di averlo avuto come amico e difensore dei loro diritti. I potenti di questo mondo dovrebbero vergognarsi di averlo considerato -quando iniziò la sua lotta- un nemico da combattere!

  2. Avatar Guénette Nic dit :

    Quel grand homme! La preuve que pour se battre pour ses convictions profondes peut se faire en PAIX ce visage de Mandela est d’une luminosité qui dépasse l’être humain. Oui tout combat se fait à travers des souffrances mais quelle Amour profond doit nous habiter pour pardonner à ceux et celles qui peuvent nous blesser profondément et se pardonner à soi-même les faux pas qui mène à une PAIX PROFONDE et une GRANDE SÉRÉNITÉ. Je pense que cet homme si humble plus grand que nature est un exemple que devrait suivre nos dirigeants apprendre l’humilité et la VOLONTÉ PROFONDE de croire que chaque personne à droit à un minimum de respect pour vivre et aux EXPLOITEURS qui s’enrichissent aux dépends des plus démunis et qui vont mourir comme tout le monde que le vrai BONHEUR est celui de donner et que chacun a besoin de recevoir ce qui ne s’achète pas AMOUR RESPECT ….

  3. Avatar Alexandre Hamel dit :

    ’est un peu dramatique votre titre « tout le Canada pleure Nelson Mandela ». Mais en lisant j’ai compris que ça venait pas de vous mais de notre distingué premier ministre Harper.

    J’ai bien aimé l’entrevue avec Michaël Jean. On sent l’émotion de tout le peuple noir. Mais j’aurais aimé que vous me donniez plus de réactions. Que disent les communautés noires du Canada, ect. Vous vous ête limité un peu trop à faire l’histoire des bons sentiments entre le Canada et Nelson Mandela.

    Je vous donne un B- monsieur Parent pour l’effort. Vous pouvez donc faire mieux j’en suis certain.