Photo Credit: SRC/AFP/Jesus Alcazar

Peur soudaine des Canadiens face aux grippes H1N1 et H5N1

Grande préoccupation des citoyens et gros sujet de conversation des médias.

Des Canadiens se sentent agrippés soudainement depuis quelques jours par la peur d’attraper une forme virulente de la grippe.

Chaque année à ce moment-ci de l’année c’est pourtant normalement la même chanson : mon pays c’est l’hiver, mon pays c’est la grippe.

Mais en ce début d’année 2014, les médias canadiens multiplient les reportages sur les décès causés par le virus H1N1, une forme généralement bénigne de la grippe.

Des familles font la queue pour se faire vacciner contre la grippe à Edmonton, la capitale de la province de l'Alberta à l'ouest du Canada.
Des familles font la queue pour se faire vacciner contre la grippe à Edmonton, la capitale de la province de l’Alberta à l’ouest du Canada. © CBC

L’Alberta au coeur de la vague de peur

Au début de la semaine, on recensait en Alberta dans l’ouest du pays la mort de 10 personnes. Puis en milieu de semaine, l’attention des Canadiens se déplaçait vers le centre du pays alors qu’on révélait le décès d’une demi-dizaine de personnes.

La vague de grippe comme un tsunami arrive maintenant au Québec où des citoyens inquiets qui ne s’étaient pas encore fait vacciner prennent d’assaut les cliniques de santé à la recherche d’un vaccin, normalement offert gratuitement.

Pour ajouter aux craintes des citoyens, voilà que le Canada a annoncé mercredi un premier cas de décès dû à la grippe H5N1, une forme plus virulente de grippe qui tue 60 % de ses victimes. À nouveau, c’est la province de l’Alberta qui est frappée.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez

Combattre la grippe (Agence de la santé publique du Canada)

Catégories : Économie, International, Internet et technologies, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.