Le Québécois Yan England, dont <i>Henry</i> a été nommé pour l'Oscar du meilleur court métrage en 2013.

Le Québécois Yan England, dont Henry a été nommé pour l'Oscar du meilleur court métrage en 2013.
Photo Credit: AFP / FREDERIC J. BROWN

Le cinéma québécois mérite bien quelques Oscars de plus

Share

La moitié de tous les films canadiens sont en fait des films québécois!

Cette semaine, à l’occasion des célébrations entourant les Rendez-vous du cinéma québécois qui se déroulent à Montréal au mois de février, nous répondons à La bonne question d’un internaute de Radio Canada International qui réside en France non loin de Paris.

M. Christian Lohou aimerait savoir quelle est l’importance relative du cinéma québécois par rapport au cinéma canadien et américain et sur l’espace réservé aux films québécois sur les écrans de nos grandes salles de cinéma.

S’affirmant culturellement distinct du cinéma canadien anglophone, le cinéma québécois a pris vraiment son essor à la fin des années 1950 seulement, puis lors de la Révolution tranquille dans les années 1960.

Depuis, le cinéma québécois s’est taillé un marché intérieur de 13 % de toutes les ventes en moyenne au Québec et il détient une reconnaissance internationale grâce à sa filmographie.

ÉCOUTEZ NOTRE ENTREVUE

Écoutez

cinema_quebecois

En connaissez-vous d’autres?
10 grands films qui ont marqué l’histoire du cinéma québécois

  1. Deux femmes en or de Claude Fournier (1970) – 2 000 000 entrées.
  2. Séraphin : Un homme et son péché de Charles Binamé (2002) – 1 341 602 entrées.
  3. Bon Cop, Bad Cop d’Erik Canuel (2006) – 1 318 801 entrées.
  4. De père en flic d’Émile Gaudreault (2009) – 1 242 300 entrées.
  5. La Grande Séduction de Jean-François Pouliot (2003) – 1 191 818 entrées.
  6. Les Boys de Louis Saïa (1997) – 1 125 182 entrées.
  7. Les Boys 2 de Louis Saïa (1998) – 1 039 578 entrées.
  8. Les invasions barbares de Denys Arcand (2003) – 913 946 entrées.
  9. C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée (2005) – 758 939 entrées.
  10. Ma vie en cinémascope de Denise Filiatrault (2004) – 724 162 entrées.
  11. Aurore de Luc Dionne (2005) – 687 929 entrées.

Ce qu’est et ce que n’est pas un film québécois

Pour être considéré comme étant québécois selon la loi sur le cinéma du gouvernement du Québec un film doit être produit par une entreprise située au Québec.

Il faut aussi que le producteur principal du film soit un résidant depuis au moins deux ans au Québec. Un système de pointage ensuite vérifie qu’un minimum de postes clefs sont bel et bien rempli par des résidents du Québec.

Enfin, les trois quarts des frais de post-production et salaires, sauf celui du producteur, doivent être déboursés au Québec et à des résidents du Québec.

Un peu d’histoire ancienne…

  • Ce sont les Français Louis Minier et Louis Pupier qui ont introduit le cinéma au Canada le 27 juin 1896 avec la représentation à Montréal d’un court métrage d’Auguste et Louis Lumière.
  • Jusqu’au début du xxe siècle, le cinéma est d’abord et avant tout considéré comme une attraction foraine; des projectionnistes ambulants sillonnaient la province et offraient des représentations lors de fêtes et de grands rassemblements.
  • Le premier film québécois est Danse Indienne (1898) de l’opérateur Gabriel Lumière.
À partir du 1er janvier 1906, date d’ouverture du Ouimetoscope, de nombreuses salles de cinéma seront créées dans la région de Montréal. On y en compte déjà 28 en 1908.
À partir du 1er janvier 1906, date d’ouverture du Ouimetoscope, de nombreuses salles de cinéma seront créées dans la région de Montréal. On y en compte déjà 28 en 1908. © Collection Cinémathèque québécoise. Fonds Léon H. Bélanger.

Liens externes 

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Le cinéma québécois mérite bien quelques Oscars de plus
  1. Avatar N'go Alban Dodo dit :

    C’est par le canal de TV5 ,onde que j’ai découvert le cinéma québécois. bien que ce ne soit pas mauvais, ce qui gêne c’est l’accent. Alors une suggestion:
    Pour le public international et même tenant compte des immigrés au Canada, les films québécois gagneraient à être doublés ou customisés.

  2. Avatar N'go Alban Dodo dit :

    Pour moi, bien que les États-Unis soit premiers en cinéma au monde, le meilleur pays en la matière est le Canada(même s’il produit moins de films que son voisin du Sud). Je le dis simplement parce que le Canada est plus polyvalent puisqu’il est capable de faire des films non seulement de style hollywoodien(les plus vus et aimés), mais aussi de style européen notamment français, par les films typiquement québecois mais avec de bons scénarios qui n’ont rien à avoir avec ceux des films français qui eux sont plutôt insidieux et incompréhensibles.