La masse pondérale chez l'homme

Le nombre de Canadiens obèses a triplé depuis le milieu des années 80
Photo Credit: iStockphoto

Trois fois plus de Canadiens obèses qu’en 1985, révèle une nouvelle étude

Share

Le nombre d’adultes obèses au Canada a augmenté de 200% depuis 1985, révèle une étude de publiée dans la revue de l’Association médicale canadienne.

L’étude de l’Université Memorial, à Terre-Neuve a été réalisée à partir de trois sondages de Statistique Canada effectués sur 26 ans. En 2011, 18% adultes étaient considérés obèses, soit 6 % de plus qu’en 1985.

« Les nouvelles données qu’on vient de voir viennent  nous démontrer qu’on n’a pas réussi encore à renverser la tendance ni à freiner la croissance de l’obésité au Canada et au Québec, » constate Corinne Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids, un organisme qui revendique des politiques publiques pour prévenir les problèmes de poids.

C’est au Nouveau-Brunswick que la situation est la plus inquiétante : 63 % de la population a un surplus de poids et jusqu’à 28% est obèse. La province a aussi le taux le plus élevé d’obésité morbide de classe 3*, soit 2,85%.

Au Québec, la situation est moins grave, mais inspire aussi de l’inquétude.

« Au Québec on a déjà mis certaines mesures de l’avant pour pouvoir freiner l’obésité. Ce n’est pas suffisant, on le voit bien. Il va falloir faire plus, » insiste Mme. Voyer.

Obésité infantile
L’obésité coute entre 4 et 7 milliards de dollars par année au gouvernement. © iStockPhoto

Un système de santé au bord de la rupture

Mme. Voyer se dit encore plus préoccupée par une autre donnée de l’étude : si la tendance se maintient, d’ici 2019 un Canadien sur cinq sera obèse.

« C’est vraiment inquiétant de voir ces tendances-là, surtout qu’avec l’obésité il y a une panoplie de maladies chroniques qui sont associées, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, le cancer… Ça engorge le système de santé. Et notre système de santé actuel est au bord de la rupture. »

Selon Corinne Voyer, le gouvernement doit développer des politiques publiques. Parmi les pistes de solution, elle suggère la diminution de la présence des restaurants de « fast-food » autour des écoles, la réduction des portions des boissons sucrées et un encadrement au niveau du marketing.

«Les enfants sont plus sollicités que jamais par les plateformes qui publicisent la malbouffe. Des produits comme les boissons sucrés … se sont multipliés énormément dans les dernières années, »  dit-elle.

La population canadienne est aussi de plus en plus sédentaire, rappelle Corinne Voyer.

«  Les gens se déplacent moins à pied ou à vélo. Ce ne sont pas tous les milieux qui sont développés pour favoriser l’activité physique. »

La directrice de Coalition poids espère que les résultats de cette étude encourageront le gouvernement à agir.

« Le gouvernement a l’idée qu’il faut investir en prévention, mais comme les retombées ne sont pas immédiates, on a tendance à vouloir le reporter, mais il n’aura pas le choix. »

En 2013, un rapport de l’Unicef sur le bien-être des enfants dans les pays riches situait le Canada au 3e rang des pays affichant les taux d’obésité infantile les plus élevés, parmi les 29 pays à l’étude.

Gilda Salomone s’entretient avec Corinne Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids.

Écoutez

* Un individu est considéré obèse lorsque son indice de masse corporelle (IMC) est égal ou supérieur à 30. L’obésité morbide est présente lorsque l’IMC est égal ou supérieur à 40. Cette obésité correspond à un excès de poids d’environ 100 lb (45 kg), et ses répercussions physiques, psychiques et sociales sont importantes. (Source :Chaire de recherche sur l’obésité de l’Université Laval, au Québec)

Liens externes:

Coalition poids

Share
Catégories : Santé
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*