Campagne BringBackOurGirls pour les jeunes écolières enlevées par Boko Haram.

Photo Credit: GI / Dan Kitwood

Le Parti québécois veut plus de pression du Canada autour des adolescentes enlevées au Nigéria

Carole Poirier est la députée d’Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l’opposition officielle au Québec en matière de condition féminine et de relations internationales.

Elle déposera dès la rentrée parlementaire une motion dénonçant l’enlèvement de jeunes filles nigérianes par Boko Haram, un groupe terroriste qui rejette l’accès à l’éducation pour les jeunes filles et provoque la terreur dans les villages au Nigeria.

Elle réclame que l’Assemblée nationale dénonce cette violence et demande à la Mission permanente du Canada auprès des Nations Unies d’exiger que la Communauté internationale agisse afin de mettre un terme à la violence faite aux femmes au Nigeria.

« Encore aujourd’hui et trop souvent, dans le cadre de conflits, on utilise la violence faite aux femmes comme arme de guerre, affirme la députée d’Hochelaga-Maisonneuve.

Aide-mémoire…

  • Boko Haram revendique par les armes et des actions terroristes la création d’un État islamique dans le nord du Nigeria.
  • Le groupe est accusé d’avoir tué plusieurs centaines de personnes depuis le début de l’année.
  • Il exige la libération de ses militants et veut imposer la loi coranique, la charia, dans son interprétation la plus sévère, dans tout le Nigeria, divisé entre le sud, à majorité chrétienne, et le nord, à majorité musulmane.
Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a annoncé lundi dernier que des Canadiens étaient sur le terrain au Nigeria pour aider à la libération des jeunes filles enlevées.
Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a annoncé lundi dernier que des Canadiens étaient sur le terrain au Nigeria pour aider à la libération des jeunes filles enlevées.

Le Canada déjà à pied d’oeuvre sur le terrain

Pendant que la France tente de jouer les médiateurs dans cette affaire, le Canada et les États-Unis ont déployé des experts au Nigéria notamment des forces militaires d’intervention rapide pour tenter de dénouer la crise et de libérer les jeunes otages. On ne possède pas cependant beaucoup d’autres détails.

Le Canada a déployé des experts au Nigéria notamment une force militaire d’intervention rapide pour tenter de dénouer la crise et de libérer les jeunes otages.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, n’a pas identifié les personnes que le Canada a envoyées dans le pays africain, pour des raisons de sécurité.

« Des Canadiens ont foulé le sol du Nigeria, et ils travaillent avec les États-Unis et le Royaume-Uni pour libérer ces jeunes filles », a indiqué le ministre Baird, lundi dernier.

Rappel…

  • Au total, 276 étudiantes du Nigéria ont été enlevées à la mi-avril à Chibok, ville où habite une communauté chrétienne importante.
  • Selon les policiers du Nigéria, 223 d’entre elles sont toujours portées kidnappées.
  • Cet enlèvement collectif a provoqué l’indignation de la communauté internationale après que le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, eut annoncé dans une première vidéo, le 5 mai, qu’il allait vendre ces jeunes femmes comme esclaves ou les marier de force.
  • La communauté internationale ignore où elles sont tenues captives.
  • Boko Haram proposait la semaine dernière un troc : étudiantes enlevées contre prisonniers.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez

Le monde s’indigne des tactiques de Boko Haram

Dans une nouvelle vidéo diffusée il y a 7 jours, le groupe islamiste-terroriste Boko Haram exige la libération de tous ses agents détenus par les autorités locales au Nigéria. En échange, l’organisation se dit prête à libérer 200 adolescentes qu’elle a enlevées à la mi-avril.

Dans cette vidéo d’une durée de 27 minutes, on aperçoit 130 jeunes femmes vêtues de tchadors noirs et gris en train de prier dans un lieu inconnu. Trois des adolescentes sont interrogées directement à la caméra. Deux de ces jeunes otages affirment s’être convertis à l’islam. La troisième déclare pour sa part qu’elle était déjà musulmane.

Puis on aperçoit le chef de la secte terroriste, Abubakar Shekau, qui affirme : « Ces filles dont vous vous préoccupez tant, nous les avons en fait libérées […] et vous savez comment on les a libérées? Ces filles sont devenues musulmanes. » — Abubakar Shekau « Nous ne les libérerons qu’après que vous avez libéré nos frères », ajoute Abubakar Shekau.

Regardez la version intégrale de la deuxième vidéo de Boko Haram

https://www.youtube.com/watch?v=GaZKDaC3MCU

Liens externes

Paris joue les médiateurs dans la lutte contre Boko Haram – Libération

Washington ne se prive pas pour tacler la politique d’Abuja – Jeune Afrique 

Le Nigeria et ses voisins déclarent la guerre à Boko Haram – Radio-Canada 

Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*