Maquette du futur brise-glace Diefenbaker

Maquette du futur brise-glace Diefenbaker
Photo Credit: Garde côtière canadienne

Brise-glace canadien géant taillé sur mesure : un chantier du Québec veut terminer la construction

Le chantier Davie veut construire le prochain brise-glace géant canadien à la place de Vancouver.

Selon Radio-Canada a appris le chantier naval Davie près de la ville de Québec à l’embouchure du Fleuve Saint-Laurent tenterait de damer le pion à un chantier naval à l’autre bout du pays près de Vancouver et qui accuse de très longs retards dans son contrat de construction du plus grand brise-glace de toute l’histoire navale canadienne.

Non seulement sa construction fait-elle l’objet de plusieurs années de retard, mais elle fait face aussi à des dépassements de coûts considérables.

Les responsables du chantier Davie auraient ainsi offert au gouvernement canadien de compléter eux-mêmes la construction de ce futur brise-glace polaire baptisé Diefenbaker du nom d’un ancien premier ministre canadien (1957-1963).

Aide-mémoire

  • La construction du navire Diefenbaker, le plus grand et le plus puissant brise-glace de l’histoire canadienne accusent maintenant plusieurs années de retard et fait face à des dépassements de coûts considérables.
  • La mise à l’eau du bateau qui était prévue pour 2017 est officiellement repoussée de trois ans. Mais des sources confirment à Radio-Canada qu’au rythme où vont les choses, le Diefenbaker pourrait même ne pas être livré avant 2025, soit huit ans plus tard que prévu.
  • Quant au budget, il a bondi de 720 millions de dollars, à 1,3 milliard de dollars.
    Un brise-glace de la Garde-Côtière aide un naviere marchant à se tracer un chemin dans les glaces du Fleuve Saint-Laurent.
    Un brise-glace de la Garde-Côtière aide un naviere marchant à se tracer un chemin dans les glaces du Fleuve Saint-Laurent. Radio-Canada

Le Québec à la rescousse du futur brise-glace canadien?

Le chantier naval propose de prendre la relève de son concurrent Seaspan de Vancouver, qui avait été un des deux chantiers maritimes à avoir été sélectionnés en 2011 par Ottawa pour les projets de construction de grands navires militaires et de la garde côtière.

Cette décision à l’époque de ne pas accorder de contrat au chantier naval québécois avait profondément hérité les responsables du chantier naval québécois qui depuis plus de 20 ans se retrouve périodiquement à la merci d’une fermeture en raison de la rareté de nouveaux contrats.

Compléter au Québec le contrat représenterait 1500 emplois pour le chantier qui se trouve dans la ville de  Lévis en face de la ville de Québec.

Le chantier Davie qui a ouvert discrètement un nouveau bureau à Ottawa affirme pouvoir commencer les travaux rapidement et à moindres coûts pour les contribuables.  Le chantier affirme toujours attendre d’une réponse du gouvernement, mais assure que sa proposition a été bien accueillie.

Le gouvernement canadien ne réagit pas officiellement

Le gouvernement ne veut pas se prononcer sur tout ce dossier qui est politiquement très délicat. « Ce qui est important pour le gouvernement canadien, c’est de s’assurer que les processus sont transparents et que les contribuables sont gagnants », se contente de répondre le ministre conservateur Steven Blaney, élu dans la circonscription de Lévis-Bellechasse.

Le ministre souligne toutefois que le chantier Davie est en train de démontrer qu’il a « la capacité et l’expertise de construire des navires de qualité au pays ».

Le chantier maritime Davie.
Le chantier maritime Davie.

Le saviez-vous?
Les superbes brise-glace canadiens.

  • Trois pays, dont le Canada, sont connus pour leurs brise-glace. La Norvège possède la flotte la plus moderne. Quant à la Russie, elle dispose de la flotte la plus puissante; en général, ses brise-glace peuvent passer au travers de glaces plus épaisses que ne le peuvent les brise-glace canadiens.
  • Le Canada exploite 20 des 110 brise-glace qui existent dans le monde: 18 appartiennent à La Garde côtière canadienne (GCC), et 2, à des sociétés minières ou pétrolières. Les brise-glace de la GCC sont ainsi classés: lourds (2), moyens (6) et légers (11).
  • Le brise-glace le plus puissant du Canada est le Louis S. St-Laurent. D’une capacité de 14 000 tonnes, il est un peu plus petit que les 4 grands brise-glace nucléaires russes en service.
  • En général, les brise-glace lourds de la GCC naviguent dans les eaux du sud en hiver et dans l’Arctique en été. Bien que le Louis S. St-Laurent se soit déjà rendu dans la baie d’Hudson en décembre, aucun brise-glace en service au Canada n’est en mesure de pénétrer dans les eaux de l’Arctique durant l’hiver rigoureux qui dure de novembre à mai.

Liens externes

Le chantier Davie veut construire le prochain brise-glace canadien – Radio-Canada

La flotte de brise-glace canadiens – Gouvernement du Canada

Le plus célèbre des brise-glaces canadiens – Université Laval

Nos articles récents

Catégories : Économie, Internet et technologies
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.