Le maire d'Ottawa, Jim Watson.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson.

Capitale du Canada : Le maire d’Ottawa dit qu’il ne cédera aux pressions pour que la ville soit bilingue

Jim Watson, le maire d’Ottawa, n’a pas l’intention de céder aux pressions des citoyens qui réclament une capitale bilingue. Et ce, même si le débat se transporte maintenant sur la scène provinciale et fédérale.

Le Parti libéral du Canada et le Nouveau Parti démocratique soutiennent l’idée de faire d’Ottawa une ville officiellement bilingue, en vue des festivités entourant le 150e anniversaire du Canada qui aura lieu en 2017.

C’est à ce moment que le Canada célèbrera le 150e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, qui donna naissance au Canada (maintenant la Loi constitutionnelle de 1867) le 1er juillet 1867.

Le maire Watson persiste et signe : personne ne le fera changer d’idée, pas même les partis fédéraux. Le maire affirme que donner un statut officiel de bilinguisme à la ville d’Ottawa n’est pas un enjeu.

« Ma position est la même position que j’ai donnée aux médias anglophones, francophones, l’année passée et dans le futur, a indiqué Jim Watson. Je pense que la plupart des francophones appuient notre politique, parce que notre politique marche » Jim Watson, maire d’Ottawa.

Alors qu’il répondait aux questions des journalistes, dimanche, il a semblé exaspéré de se faire poser la question une fois de plus. Jim Watson dit que cette année, il a cogné à près de 5000 portes et que les familles d’Ottawa qu’il a rencontrées n’ont jamais soulevé l’importance d’une telle désignation.

Le député libéral d’Ottawa-Centre, Yasir Naqvi, est également de cet avis. Appuyant le maire dans sa campagne électorale, il croit que ce n’est pas une nécessité. « Ce n’est pas quelque chose dont j’entends beaucoup parler, dit-il. Les gens ont le sentiment de recevoir les services dans les deux langues ».

Appui pour une capitale bilingue au conseil municipal

Même si le maire Watson n’appuie pas le projet d’une capitale bilingue, l’idée recueille l’appui du conseiller francophone Mathieu Fleury.

Le conseiller d'Ottawa Mathieu Fleury
Le conseiller d’Ottawa Mathieu Fleury

Celui-ci s’est prononcé en faveur qu’Otawa soit désignée ville bilingue. Il croit que le Mouvement pour une capitale nationale officiellement bilingue devrait aller chercher d’autres appuis pour arriver à ses fins, notamment celui du milieu anglophone.

Il croit aussi que l’effort de persuasion doit se poursuivre. « Je pense qu’il va falloir convaincre d’autres élus, il va falloir convaincre aussi monsieur le maire », Mathieu Fleury.

Selon M. Fleury, la mobilisation est la clef. « S’il y a un engouement, s’il y a une énergie, s’il y a beaucoup d’appui à ce niveau-là, je pense qu’on peut le faire changer d’idée », soutient le conseiller du quartier Rideau-Vanier de la ville d’Ottawa.

Politique de bilinguisme de la Ville d’Ottawa

Énoncé de principe

La Ville d’Ottawa entend accorder les mêmes droits, statuts et privilèges aux deux groupes de langues officielles.

Pour ce faire elle doit :

Langue de travail

Encourager les employés à travailler dans la langue officielle de leur choix;
Dispenser un service de formation linguistique approprié;
Mettre sur pied un service d’aide à la rédaction pour ceux et celles qui veulent et/ou doivent travailler en français;
Organiser et mettre sur pied les programmes de perfectionnement dans les deux langues officielles.

Langue de service

Prendre les mesures nécessaires pour qu’il y ait en tout temps un nombre suffisant d’employés bilingues;
Nommer des employés répondant aux exigences linguistiques des unités s’il se produit des vacances et, le cas échéant, assurer la formation linguistique des nouveaux titulaires.

Programmes culturels

Voir à ce que les programmes culturels destinés à un groupe linguistique officiel soient conçus par des employés connaissant à fond la culture concernée.

Service de plaintes

Voir à ce que la Direction des services de secrétariat (Division des services en français) donne suite aux plaintes de citoyens en matière de services dans les deux langues officielles.

Communications

Voir à ce que tout document publié par la Ville d’Ottawa ou ses organismes et destiné au public (interne et externe), paraisse dans les deux langues officielles.

Source: Ville d’Ottawa

RCI et Radio-Canada

Ottawa : Mobilisation citoyenne pour désigner la capitale du pays officiellement bilingue

Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Capitale du Canada : Le maire d’Ottawa dit qu’il ne cédera aux pressions pour que la ville soit bilingue»
  1. Avatar Bruno Lagacé dit :

    Jim Watson a besoin qu’on lui brasse la cage. Il doit ressentir une pression réelle ou il ne bougera pas.

    Trois entités vous demandent de faire connaître votre position sur cette question. Votre action immediate est donc requise.

    (1) Le « Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue » dont je fais partie est une initiative citoyenne qui a un ambitieux projet pour fêter le 150e anniversaire de la Confédération: que, dans la capitale fédérale, le français et l’anglais aient un statut d’égalité totale. Allez sur http://documentationcapitale.ca/index.cfm?Repertoire_No=-751102913&voir=centre_detail&Id=5627 Choisissez le formulaire d’appui approprié, remplissez-le et envoyez-le à notre coordonnateur ici à Ottawa.

    (2) Le « Regroupement Étudiant Franco Ontario (RÉFO) qui représente les 22 000 étudiant.e.s qui poursuivent des études post-secondaires en français en Ontario a posté une pétition en ligne qu’il vous demande de remplir en appui au « Mouvement ». Allez sur chn.ge/YA7nSg et signez la pétition.

    (3) La campagne COOL : « Capitale Ottawa Officiellement Bi-Lingue » qui est endossée par le Commissariat aux langues officielles du Canada vous invite à participer à cette pétition.