Deux chasseurs CF-18 se dirigent vers la piste de décollage de Bagotville pour s'envoler vers le Koweït.

Deux chasseurs CF-18 se dirigent vers la piste de décollage de Bagotville pour s'envoler vers le Koweït.
Photo Credit: Radio-Canada

Nos CF-18 canadiens toujours cloués au sol au Koweït

Share

Nos avions de chasse sont parachutés dans un pays peu sympathique à une nouvelle guerre.

Les préparatifs et l’organisation des équipes militaires canadiennes de soutien se poursuivent au Koweït. Nos avions de chasse CF-18 ainsi que les avions de surveillance CP-140 Aurora devraient éventuellement rejoindre la coalition menée par les États-Unis afin d’amorcer une campagne de bombardements contre le groupe armé État islamique (EI) en Irak, et ce dans les prochains jours espère-t-on.

Mais ces préparatifs à la guerre se déroulent sur fond de tensions intérieures au Koweït, un pays dont le gouvernement parvient difficilement pour le moment à freiner la colère des simples Koweitiens et les incursions sur son territoire des extrémistes islamiques.

Autour des aérodromes koweïtiens, on peut ressentir de la colère des citoyens alors qu’une troisième guerre en deux décennies s’apprête à frapper leur région. La sécurité autour des bases militaires occidentales est très stricte, et depuis le début de la semaine, les Canadiens ont besoin d’une permission spéciale afin de quitter les camps fortifiés du Koweït.

Aide-mémoire
Six avions et 600 militaires canadiens pendant six mois.

  • Six avions de combat canadiens ont quitté le Canada mardi de la semaine dernière pour se rendre au Koweït, où sont basées les opérations du Canada contre le groupe État islamique en Irak.
  • Environ 600 membres du personnel militaire canadien, deux avions de surveillance et deux avions-citernes ont aussi été dépêchés à cette base.
    Un CF-18 décolle de la base de Bagotville en direction du Koweït.
    Un CF-18 décolle de la base de Bagotville en direction du Koweït. © Radio-Canada

Un conflit lointain selon des Koweïtiens

Puisque les combattants de l’EI se trouvent à environ 600 kilomètres au nord de la capitale irakienne, Bagdad, certains au Koweït remettent en question la gravité de la menace que pose le mouvement extrémiste et se demandent si l’idéologie fanatique représente un danger politique à long terme.

George E. Irani

George E. Irani

« La position officielle ici est pro-occidentale, tout en maintenant une certaine neutralité », explique George E. Irani, professeur en études internationales à l’Université américaine du Koweït. « Oui, au niveau local, il y a certainement une présence islamiste importante et puissante.

Il y a quelques jours, les forces de sécurité du Koweït ont démantelé une présumée cellule de l’EI à l’intérieur des frontières du pays.

Les autorités en Arabie saoudite ont également condamné 14 personnes la semaine dernière pour avoir comploté en vue de commettre des attentats-suicide contre des cibles militaires au Koweït et au Qatar.

Certains suggèrent que l’EI n’a pas besoin de sortir des frontières irakiennes pour créer le désordre et que la menace peut venir de « radicaux locaux » qui trouvent leur inspiration sur Internet.

Le saviez-vous?

La mission en Irak reçoit l’appui de 58 % des Canadiens.

  • Les Canadiens veulent que leur pays intervienne contrela menace du groupe armé État islamique, mais ils sont beaucoup moins nombreux à appuyer l’envoi de troupes de combats sur le terrain en Irak et en Syrie. 62 % des Canadiens s’opposent à cette idée.
  • 21 % des Canadiens veulent que leur pays se limite à des frappes aériennes, tandis que 23 % combineraient ces frappes à une intervention militaire au sol.

Liens externes

Les CF-18 canadiens au Koweït, en attendant d’intervenir contre l’EI – Radio Canada

Le Canada mènera des frappes aériennes en Irak contre l’EI – Radio-Canada 

Nos articles récents

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*