Bonhomme en présence du premier ministre Stephen Harper.

Le premier ministre Stephen Harper dans la ville de Québec vendredi dernier au célèbre Carnaval de Québec.
Photo Credit: Radio-Canada

Les employés de Radio-Canada « détestent » les valeurs conservatrices selon Stephen Harper

Share

Le premier ministre Stephen Harper a utilisé en anglais le mot « hâte », pour décrire sa perception des attitudes de « beaucoup » d’employés de Radio-Canada à l’endroit des valeurs conservatrices de son parti.

La critique du premier ministre canadien a été diffusée moins de 24 heures après la présentation d’un grand spectacle à Montréal d’une trentaine d’artistes québécois en geste de soutien au diffuseur public. Radio-Canada et CBC sont aux prises avec des compressions budgétaires sévères.

Stephen Harper dit que ces valeurs qui sont détestées par de nombreux employés du réseau de langue française de Radio-Canada sont les mêmes que celles qui, selon lui, sont partagées pourtant par un grand nombre de Québécois.

Une attaque du premier ministre sur les ondes d’une station concurrente

Le premier ministre s’est attaqué aux personnel de Radio-Canada lors d’une entrevue en français avec la station de radio FM 93 FM dans la ville de Québec et qui avait été réalisée vendredi dernier.

Ses commentaires au sujet de Radio-Canada sont venus en réponse à une question qu’on lui posait sur la façon dont il espérait s’y prendre pour convaincre les Québécois de voter pour son parti à la prochaine élection fédérale qui est prévue pour le mois d’octobre prochain.

Les conservateurs détiennent seulement cinq sièges dans la province, comparativement à sept pour les libéraux et 54 pour les néo-démocrates.

Le premier ministre a commencé sa réponse en affirmant que les Québécois approuvent à ses yeux les mesures prises par son gouvernement comme la réduction des impôts, le combat contre le crime et la menace du terrorisme.

« Je reste convaincu que les Québécois ne sont pas gauchistes, contrairement à l’image véhiculée par certains médias ou les partis de l’opposition », dit Harper lors de l’entrevue.

Le premier ministre canadien Stephen Harper
« Je comprends qu’il y a beaucoup à Radio-Canada qui détestent ces valeurs, mais je pense que ces valeurs sont les vraies valeurs d’un grand pourcentage de Québécois. » © PC/Paul Chiasson

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement Harper dénonce publiquement Radio-Canada ou CBC

En février 2011, le ministre Jason Kenney a accusé le radiodiffuseur public de « mentir tout le temps ».

Plus récemment, un porte-parole de Stephen Harper, Carl Vallée, a écrit qu’il devenait « de plus en plus difficile pour lui de ne pas conclure que ses pires soupçons sur Radio-Canada sont vrais. »

Il réagissait à un documentaire diffusé l’an dernier par Radio-Canada à propos de la droite religieuse au Canada qui tentait d’explorer les liens entre les groupes chrétiens évangéliques et le gouvernement Harper.

Or, l’ombudsman de Radio-Canada ombudsman, Pierre Tourangeau, a conclu que « la règle sur la présentation des documentaires d’opinion des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada » n’avait pas été correctement appliquée dans ce cas.

Spectacle en appui à Radio-Canada le week-end dernier au Québec.
Spectacle en appui à Radio-Canada le week-end dernier au Québec. © Radio-Canada

Aide-mémoire…
Des compressions de 115 millions $ ont été imposées à Radio-Canada/CBC en 2012 par le gouvernement Harper.

  • Ces coupes de 115 millions $ ont été responsables de la suppression progressive de quelque 650 emplois.
  • Radio Canada International a été une des composantes les plus affectées, perdant 10 millions de dollars sur un budget total d’un peu plus de 13 millions.
  • À ces compressions s’ajoutent maintenant celles de 130 millions $ annoncées en 2014 par la direction de CBC Radio-Canada en raison d’une baisse des revenus publicitaires et d’un univers médiatique bouleversé par la montée de l’Internet.
  • Mais les compressions ne sont pas l’apanage des conservateurs : Radio-Canada a aussi subi une cure minceur sous les libéraux: le gouvernement de Jean Chrétien avait amputé son budget d’environ 400 millions $ en 1995.
    Jean Chrétien, ancien premier ministre du Canada
    Jean Chrétien, ancien premier ministre du Canada © PC/Adrian Wyld

Plus de détails

Harper attaque Radio-Canada de front – Le Devoir

Beaucoup d’employés de Radio-Canada « détestent » les valeurs conservatrices, croit Stephen Harper – Radio-Canada

Radio-Canada employees hate conservative values, Harper says – CBC News 

Harper says Radio-Canada employees hâte conservative values – Toronto Star

Le Canada de Stephen Harper – Radio Canada International

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*