Des milliers de Québécois sont déjà descendus dans les rues pour protester contre les mesures d'économies imposées par le gouvernement.
Photo Credit: PC / Graham Hughes/Presse Canadienne

Les étudiants québécois se préparent à la grève

Share

Au Québec, des associations étudiantes, les syndicats et divers regroupements promettent depuis plusieurs mois que le printemps sera mouvementé, marqué par des manifestations — et possiblement une grève sociale — contre les coupes budgétaires imposées par le gouvernement libéral élu il y a un an.

Lors du dépôt de son premier budget en juin, le ministre des Finances Carlos Leitao avait annoncé une réduction de l’augmentation des dépenses de l’État de l’ordre de 1,9%, qui se traduirait par des compressions de 2,7 milliards de dollars en 2014-2015, et de 2,4 milliards en 2015-2016.

Une douzaine de ministères ont été contraints de trouver des économies, dont celui de l’Éducation.  Par conséquent, les universités et les collèges d’enseignement général et professionnel, appelés cégeps, ont vu leurs subventions réduites de 200 millions de dollars.

Le prochain budget du gouvernement est attendu le 26 mars et si la plus importante fédération étudiante universitaire (FEUQ), qui représente environ 125 000 étudiants, affirme être en campagne de sensibilisation et ne pas avoir encore prévu de mobilisation, des dizaines d’associations étudiantes n’ont pas attendu pour préparer leur riposte.

Un nouveau «Printemps érable»?

Selon le « Compteur des grévistes » du Comité Printemps 2015, 39 associations étudiantes comptant plus de 38 000 étudiants ont obtenu un mandat pour déclencher une grève générale illimitée et 71 autres associations représentant plus de 150 000 étudiants prévoient tenir un vote dans les prochains jours.

Certaines, plus militantes, ont évoqué une reprise du «Printemps érable», le mouvement de contestations étudiantes sans précédent qui a paralysé certains établissements d’enseignement supérieur en 2012.

Les grévistes, qui portaient un carré rouge pour signifier leur solidarité, réclamaient alors l’annulation de la hausse projetée des droits de scolarité.

Des étudiants souhaitant pouvoir continuer d’assister à leurs cours ont monté leur propre campagne, allant jusqu’à s’adresser aux tribunaux pour demander des injonctions.

Des étudiants manifestent contre la hausse des droits de scolarité, en mars 2012.  (Crédit photo: Graham Hughes/PC)

Des étudiants manifestent contre la hausse des droits de scolarité, en mars 2012. (Crédit photo: Graham Hughes/PC)

Toujours divisés

Des dons leur ont permis de s’organiser et de mettre sur pied un organisme à but non lucratif, la Fondation 1625, pour poursuivre et élargir leur lutte.

Cette semaine en conférence de presse, son directeur des affaires juridiques, Migaël Bergeron, a déclaré que les opposants au mouvement des grèves étudiantes sont prêts à tout pour empêcher que leurs études soient perturbées de nouveau.

« Nous agirons dès les premiers jours des grèves illégales, car nous sommes structurés et disposons maintenant de ressources pour faire respecter nos droits.  Si les carrés rouges veulent nous priver de notre éducation, ils nous trouveront sur leur chemin. »

Écoutez

La Fondation 1625 allègue que les taux de participation aux votes des associations sont insignifiants et que la majorité de leurs membres sont en fait « pris en otage » par de « petits révolutionnaires du dimanche ».  Ses représentants soutiennent par ailleurs que le débrayage étudiant est illégal.

Faux, dit le président de la Fédération étudiante universitaire du Québec, Jonathan Bouchard.  « Aucune loi n’empêche les étudiants de faire la grève. »

Et il ajoute que les « décisions sont prises par les membres, par les étudiants eux-mêmes, qui sont votées démocratiquement, et à cet effet, le respect de la démocratie est plus important que le désir d’individus.  Dans une démocratie, dans tous les pays, il y a toujours des dissidents, mais ces dissidents doivent se rallier à la majorité. »

En entrevue avec RCI, Jonathan Bouchard explique la position de la FEUQ:

Écoutez
Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*