Un Boeing 737-800 de CanJet arrive à St. Maarten.Photo: Jason RabinowitzAirlineFlyer

Un Boeing 737-800 de CanJet arrive à St. Maarten.Photo: Jason RabinowitzAirlineFlyer

Où s’arrêtera la chute de la compagnie canadienne Canjet?

Share

CanJet Airlines met à pied 47 de ses 62 pilotes et 68 de ses 100 agents de bord.

La compagnie canadienne CanJet Airlines se départit de plus des trois quarts de son personnel (70 %) en raison de trop faibles revenus sur ses trajets européens.

Basée à Halifax, la compagnie de type charter annule donc tous ses vols vers l’Europe et examine maintenant toutes les options, y compris celle du retour à des vols réguliers au Canada.

La compagnie aérienne a cessé ses opérations en Europe, parce que le risque « n’est tout simplement pas rentable», a déclaré le président de l’entreprise Stephen Rowe dans un courriel.

CanJet, a lancé ses propres forfaits de vacances l’année dernière dans le Sud et elle fournit également des vols charters au nom de Vacances Transat, mais ce partenariat viendra bientôt à sa fin, résultant en des pertes de revenus supplémentaires.

Un peu d’histoire…
CanJet avait 572 employés lors de son sommet en 2007.

  • CanJet a commencé ses opérations en 2000 en tant que compagnie à bas coût faisant des liaisons intérieures et transfrontalières.
  • Avant le 10 septembre 2006, CanJet desservait 15 villes au Canada et aux États-Unis comme compagnie aérienne à rabais.
  • Le 5 septembre 2006, CanJet a annoncé qu’elle cesserait vols réguliers, mais continuerait à fonctionner comme une compagnie aérienne à charte.
  • En 2006, à la suite de problèmes financiers, CanJet a laissé tomber le créneau des vols réguliers pour se concentrer uniquement au créneau des vols nolisés.
  • CanJet a signé un contrat avec Transat A.T. en 2008, pour opérer des vols vers des destinations soleil.
    Un avion de CanJet Airlines à l'aéroport international de Golosón au Honduras en 2010. Photo: Wikipédia
    Un avion de CanJet Airlines à l’aéroport international de Golosón au Honduras en 2010. Photo: Wikipédia

Licenciements à répétition

Stephen Rowe
Stephen Rowe © Canjet

CanJet a été en proie au cours des dernières années à des vagues répétés de licenciements avec la perte il y a quelques mois de 18 agents de bord résidant à Halifax dans la province de la Nouvelle-Écosse.

L’hiver dernier toujours, la compagnie a annulé 40 pour cent de ses vols prévus et mis à pied 21 pilotes.

Stephen Rowe avait alors déclaré que son entreprise procédait à des coupes parce qu’elle avait surestimé les ventes pour ses trajets voyages-vacances.

Rowe soutient que Vacances CanJet pourrait vivre, mais il a aussi admis que les prix dans ce secteur d’activité sont très concurrentiels.

Le Syndicat pointe un doigt accusateur

Le syndicat représentant les pilotes de la compagnie aérienne suggère que Vacances CanJet pourrait également être condamné à disparaitre bientôt.

L’Air Line Pilots Association écrit : « Nous avons été informés que le sort de Vacances CanJet n’est pas tout à fait clair ».

Le syndicat a également critiqué la façon dont CanJet gère les coupes : « Il est malheureux que nous ayons été mis dans cette situation, » le mémo dit, ajoutant que les travailleurs éprouvent le sentiment d’être trompés et méprisés.

« Il est regrettable que nous soyons assis ici maintenant avec des avis de licenciement après notre propre président ait publié une note dans le passé nous disant de ne pas nous inquiéter, de ne pas quitter », déclare le mémo.

Le 19 avril 2009, de vol 918 de CanJet a été pris en otage par un homme armé qui était parvenu à se faufiler à travers les contrôles de sécurité à l'aéroport international Sangster, à Montego Bay, en Jamaïque. Tous les passagers ont été libérés rapidement, mais six membres d'équipage de CanJet ont été gardés en otage pendant plusieurs heures. Les otages ont finalement été secourus par la police jamaïcaine, qui ont envahi avec succès l'avion, à la suite de négociations qui ont impliqué le premier ministre jamaïcain Bruce Golding. Presse Canadienne.
Le 19 avril 2009, ce vol 918 de CanJet a été pris en otage par un homme armé qui était parvenu à se faufiler à travers les contrôles de sécurité à l’aéroport international Sangster, à Montego Bay, en Jamaïque. Tous les passagers ont été libérés rapidement, mais six membres d’équipage de CanJet ont été gardés en otage pendant plusieurs heures. Les otages ont finalement été secourus par la police jamaïcaine, qui ont envahi avec succès l’avion, à la suite de négociations qui ont impliqué le premier

Pour en savoir plus

CanJet Airlines to lay off most of its staff, as European routes dropped – CBC News

Mises à pied majeures à CanJet – Radio-Canada

CanJet’s future in doubt after mass layoffs – Globe and Mail 

Share
Catégories : Économie
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*