Photo Credit: Dan Haber

De Quaqtaq à Montréal, Beatrice Deer chante le Nord

Share

Vivre dans le nord du Canada, c’est grandir trop vite selon Beatrice Deer. La jeune femme, originaire de Quaqtaq, un petit village isolé de l’arctique, le raconte dans une de ses chansons qu’elle dédie à ses enfants. La pièce « Uvikkaulaukagit » est interprétée en Inuktitut, comme plusieurs autres de ses compositions. Mais l’artiste écrit aussi en anglais, racontant la vie dans son coin de pays.

Beatrice Deer vit à Montréal depuis quelques années. En plus de travailler à l’Institut culturel Avataq, elle fait partie du Beatrice Deer Band. Son répertoire inclut les traditionnels chants de gorge des Inuits et la musique contemporaine, que ce soit le folk, le pop ou le rock.

Beatrice nous raconte sa vie, sa musique et son coin de pays.

Écoutez
null
Quaqtaq au Nunavik © Beatrice Deer

Beatrice Deer Band

Beatrice Deer sur Facebook

« Just Béa », le premier album de Beatrice Deer a gagné le prix du meilleur album culturel inuit aux Canadian Aboriginal Music Awards en 2005.

En 2010, elle lance un album éponyme qu’elle présente aux jeux Olympiques d’hivers de Vancouver la même année lors de la performance des Autochtones. En 2011, juste à temps pour Noël, elle sort « An Arctic Christmas » un album présentant des chants de noël en anglais et en Inuktitut.

L’Institut culturel Avataq se consacre à la protection et à la promotion de la langue et de la culture des Inuits du Nunavik (Nord du Québec).

null
© High Arctic Adventures

Quaqtaq

Signification : Ver intestinal
Population : environ 375 habitants

Le village de Quaqtaq est situé sur la rive est de la baie Diana, appelée Tuvaaluk (la grande banquise) en inuktitut, sur une péninsule qui avance dans le détroit d’Hudson, là où il se confond avec la baie d’Ungava. Des montagnes se dressent sur la péninsule au nord et il y a de basses collines rocheuses au sud-ouest. Les alentours de la baie Diana regorgent de mammifères terrestres et marins, de même que de poissons et de fruits de mer, dont les moules, les pétoncles et les myes.

Jusqu’au début des années 1930, l’endroit était connu sous le nom de Nuvukutaaq (la longue pointe). Toutefois, selon les histoires que l’on raconte encore aujourd’hui, un homme serait un jour venu dans la région pour chasser le béluga et aurait trouvé des parasites vivants dans ses selles. Ses compagnons de chasse auraient alors donné le nom de Quaqtaq (ver intestinal) à l’endroit et l’utilisation de cette nouvelle appellation se serait rapidement répandue.

Des objets trouvés lors de fouilles archéologiques indiquent que divers peuples ont occupé la région depuis environ 3500 ans. Les Thuléens, les ancêtres des Inuit d’aujourd’hui, seraient arrivés dans la région aux alentours de 1400 ou 1500 de notre ère.

Tiré du site Tourisme Nunavik

Share
Catégories : Arts et spectacles, Autochtones
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*