Photo Credit: Kacper Pempel/Reuters

Un chef de file mondial d’espionnage informatique piraté

Share

La compagnie Hacking Team, fournisseur d’outils de surveillance et d’espionnage pour des services de renseignements à travers le monde a elle-même été victime de piratage. L’arroseur est arrosé.

L’entreprise italienne Hacking Team se définit comme un fournisseur de solutions de cybersécurité « offensives et faciles à utiliser pour les forces de l’ordre et les agences de renseignements du monde entier ».

Parmi ces services, le logiciel espion Galileo qui intercepte les communications sur Skype et sur SMS. Galileo recueille des données, enregistre des voix et des vidéos par l’entremise d’espiogiciels qui s’installent sur les ordinateurs des cibles à surveiller.

Le laboratoire de recherche, Citizen Lab,  de l’Université de Toronto, avait montré du doigt la responsabilité de Hacking Team dans la surveillance et l’espionnage de journalistes, d’activistes des droits de l’homme et de simples citoyens de pays gouvernés par des régimes autoritaires.

L’ONG internationale Reporters sans Frontières (RSF) considère Hacking Team comme un « ennemi d’Internet »

Plus de 400 GO de données ont été interceptés par des pirates non identifiés qui les ont publiés sur le Web. On apprend entre autres, dans ces documents, que parmi les clients de Hacking Team on trouve les services de sécurité de la Russie, de l’Espagne, de l’Australie, du Chili, des Émirats Arabes Unis ainsi que le FBI.

Dans un communiqué, Hacking Team a nié offrir ses services à des régimes répressifs ou à des états mis sur liste noire par l’Union européenne, l’OTAN et les États-Unis.

Selon le site spécialisé Motherboard, Hacking Team a demandé à ses clients de suspendre l’utilisation de son logiciel espion Galileo, le temps de colmater cette brèche de sécurité.

Cordonnier mal chaussé

Les documents piratés ont révélé que les mots de passe de l’un des fondateurs de Hacking Team, Christian Pozzi, sont « Passw0rd » ou « Pas$w0rd ». Des mots de passe faciles à décrypter qui pourraient être l’une des portes d’entrée des pirates informatiques.

Zoubeir Jazi
column-banner-zoubeir

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Un chef de file mondial d’espionnage informatique piraté
  1. Avatar espion dit :

    Salut,
    Tant qu’on maîtrise les nouvelles technologies, ce n’est plus une surprise d’entendre de telles informations. La vulnérabilité des systèmes informatiques est malheureusement une réalité.

  2. Avatar fred dit :

    Le téléchargement de contenus illégaux tue la culture. C’est l’un des arguments avancés par l’industrie culturelle pour mettre en avant la lutte contre le « téléchargement illégal ». Les internautes préfèrent parler de « partage ».
    Voilà où commence la bataille du téléchargement : sur le choix des mots et sur leur ancrage dans l’inconscient des internautes.