Les cracks de l'informatique, installés dans une grande salle au 9e étage de l'hôpital

Les cracks de l'informatique, installés dans une grande salle au 9e étage de l'hôpital
Photo Credit: Myriam Fimbry

Le Canada, un bon vivier pour les entreprises technologiques

Share

Le Canada est un endroit idéal pour démarrer et faire croître des entreprises technologiques. C’est ce que soutient la firme d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC) Canada.

Dans son 12e rapport annuel sur l’état des sociétés émergentes du secteur des technologies, PwC Canada indique que d’un océan à l’autre, le Canada est un foyer d’innovateurs technologiques et d’entrepreneurs dont les idées ont contribué à transformer la façon dont nous communiquons, faisons les courses ou menons des affaires ici et ailleurs dans le monde.

Au cours des dernières années, note le rapport, les gouvernements fédéral et provinciaux ont investi des sommes significatives pour stimuler la croissance des écosystèmes de démarrage des entreprises technologiques.

Christine Pouliot, leader du groupe Transactions pour le secteur des technologies au Québec chez PwC Canada commente les points saillants du rapport.

Écoutez
Des jeunes s'affrontent dans une épreuve d'électricité lors des 21es Olympiades canadiennes des métiers et des technologies, à Saskatoon.
Des jeunes canadiens lors d’une épreuve d’électricité aux 21es Olympiades canadiennes des métiers et des technologies, à Saskatoon. © Chanss Lagaden/CBC

Financement gouvernemental non exploité

L’un des défis auxquels les entreprises technologiques émergentes canadiennes sont confrontées est celui du financement. Près d’un tiers d’entre elles, interrogées cette année par PwC, soutiennent même que le financement est leur défi d’affaires le plus important.

Or, rappelle le cabinet d’audit et de conseil, une multitude de sources de financement gouvernementales sont disponibles et ne demandent qu’à être exploitées. PwC cite par exemple le Programme de recherche industrielle (PARI ), le Programme de la recherche scientifique et du développement expérimental (RS&DE), les crédits d’impôt, le Northleaf Venture Catalyst Fund créé dans le cadre du Plan d’action sur le capital de risque (PACR), le Programme canadien des accélérateurs et des incubateurs (PCAI), etc.

À ces sources de financement fédérales s’ajoutent des programmes de soutien aux technologies de l’innovation et à l’entrepreunariat au niveau provincial. PwC Canada se désole que les jeunes entreprises ne se prévalent pas de ces facilités.

L’enquête de PwC Canada a été réalisée en ligne et en personne auprès de quelque 150 chefs de la direction d’entreprises technologiques émergentes canadiennes.

travail bureau femme patronne ordinateur réseaux sociaux
De plus en plus de Canadiennes occupent des postes de direction au sein des entreprises technologiques © IS/iStockphoto.com

Quelques données du sondage

  • 56 % des entrepreneurs sondés s’attendent à des revenus estimés entre 500 000 $ et 1 M$ – 11 % s’attendent à des revenus variant entre 5 M$ et 25 M$ en 2015.
  • 63 % des entreprises sondées ont comme stratégie de sortie du marché de faire l’objet d’une acquisition
  • 44 % des entreprises sondées préfèrent solliciter les anges financiers, avec lesquels les transactions sont souvent plus rapides et moins complexes.
  • Hausse de 23% du nombre de femmes occupant des postes de direction dans les entreprises de technologie et de 33 % pour des postes de marketing et de ventes.

(source : PwC Canada)

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*