Des pharmaciens au travail

Des pharmaciens au travail
Photo Credit: Radio-Canada/Tamara Altéresco

Les risques d’une assurance médicaments exclusivement publique

Share

Dans une nouvelle  étude, l’Institut économique de Montréal (IEDM) affirme que le régime mixte public-privé d’assurance médicaments est plus efficace qu’un régime exclusivement public.

Au Canada, la loi sur la santé oblige l’État à assurer et à subventionner toute la pharmacothérapie nécessaire administrée dans un hôpital canadien. En dehors de l’hôpital, le relais est assuré par les gouvernements provinciaux et territoriaux qui administrent eux-mêmes leurs programmes publics d’assurance-médicaments.

Ce régime public cohabite avec une multitude de programmes privés. Ainsi, la majorité des Canadiens ont accès à une assurance publique ou privée qui couvre les médicaments d’ordonnance.

Pour ou contre le monopole du régime public?

Mais certains souhaitent l’adoption d’un régime national d’assurance médicaments entièrement public en remplacement du système mixte public-privé géré par les provinces. C’est le cas de l’Union des consommateurs qui affirme que les Canadiens paient leurs médicaments 30% plus cher que dans les autres pays de l’OCDE, et que le Canada est le deuxième pays le plus cher au monde, après la Suisse, pour le prix de ses médicaments

L’union des consommateurs soutient également qu’au Québec, le pouvoir de négociation du gouvernement avec les pharmaceutiques faible étant donné que seulement 43% de la population est assurée avec le gouvernement pour ses achats de médicaments contre 57% qui l’est par des régimes privés d’assurances collectives.

En mars dernier, le Commissaire à la santé et au bien être du Québec publiait le rapport « Les médicaments d’ordonnance : agir sur les coûts et l’usage au bénéfice du patient et de la pérennité du système ». Document dans lequel il appelait le gouvernement à réfléchir sur les iniquités générées par l’actuel régime d’assurance médicaments.

Mais dans la Note économique intitulée « A-t-on besoin d’un monopole public d’assurance médicaments au Canada? », Yanick Labrie, économiste à l’Institut économique de Montréal met en garde contre les dangers d’un régime entièrement public

Écoutez
Des médicaments à base de plante dans un commerce canadien.
Les Canadiens dans le besoin bénéficient de programmes d’assurance-médicaments subventionnés par l’État © CBC

Programmes gouvernementaux ciblés

Ottawa, les provinces et les Territoires offrent divers types d’assurance publique, assortis de conditions d’admissibilité, primes et franchises.

Les personnes dans le besoin bénéficient de programmes d’assurance médicaments subventionnés par l’État, en fonction de leur âge, leur revenu et leur état de santé.

Le gouvernement fédéral offre ainsi un régime public d’assurance médicaments à environ un million de Canadiens qui font partie de groupes admissibles. On y retrouve les Premières nations et les Inuits, les militaires, les anciens combattants, les membres de la Gendarmerie royale du Canada ainsi que les détenus des pénitenciers fédéraux.

La RAMQ réclame 300 000$ à la Ville de Québec.
La Régie de l’assurance maladie du Québec adminstre le régime public de médicaments de la province

La couverture universelle et ses coûts

Au niveau des gouvernements provinciaux et territoriaux, on offre en outre des programmes particuliers pour des groupes ayant besoin d’une couverture bonifiée en raison des coûts de médicaments élevés : les aînés, les prestataires d’aide sociale, les personnes malades ou ayant un état de santé associé à des coûts de médicaments élevés.

Au Québec, depuis 1997, la loi oblige tout le monde à détenir une assurance-médicaments publique ou privée. La raison? Éviter que des personnes malades et sans assurance paient une fortune pour leurs médicaments ou qu’elles décident de s’en priver, faute d’argent.  Le régime public, sommaire, couvre quelque 7 000 médicaments.

Mais de l’aveu même du ministre de la santé du Québec, Gaétan Barrette, les médicaments coûtent trop cher à la province. En janvier dernier, il insinuait qu’une négociation plus serrée de l’achat de médicaments permettrait à la province d’économiser entre 600 et 800 millions $ par année sur les 3 milliards qu’elle dépense. M. Barrette réagissait alors à l’étude de l’économiste et politologue de l’Université Carleton à Ottawa, Marc-André Gagnon qui soutenait que le Québec pouvait réaliser des économies annuelles de 3,3 milliards $ grâce à un achat regroupé des médicaments des régimes public et privés.

Share
Catégories : International, Politique, Santé
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Les risques d’une assurance médicaments exclusivement publique»
  1. Avatar dufresne ronald dit :

    je paies mon assurance public mais je pensais que jetais assurer a 100% sur mes médicaments(et non 1 minimun a payer chaque mois et payer selement a 1 pourcentage
    de ma prescription
    je trouves cette obligation a avoir assurance,doit tout payer(car le montant de cette assurance est eleve