Le site de rencontres Ashley Madison encourage les relations extra-conjugales.

Le site de rencontres Ashley Madison encourage les relations extra-conjugales.
Photo Credit: Reuters

Toutes les données des clients d’un site web canadien pour adultères dévoilées à la face du monde

Share

Propriété de l’entreprise canadienne Avid Life Media, le site Ashley Madison compte pas moins de 38 millions de membres dans le monde.

Or, il est maintenant possible d’accéder aux noms, numéros de téléphone et adresses électroniques de toutes ces personnes-membres qui sont adeptes des relations extraconjugales ou qui à divers degrés rêvent d’en avoir.

Les données du site de rencontres Ashley Madison ont été publiées sur le « Web noir », accessible avec un navigateur spécialisé.

Les pirates ont en tout publié 9,7 Gigaoctets de données concernant les utilisateurs du portail.

L’ultimatum lancé par les pirates en juillet dernier

Le site Ashley Madison avait été piraté une première fois à la fin juillet et les pirates informatiques avaient alors menacé de rendre publiques toutes les données du site s’il n’était pas fermé.

Le groupe de pirates se donnant le nom « Impact Team » précisait avoir pris le contrôle des serveurs du site web basé dans la ville de Toronto.

« Fermer Ashley Madison vous coûtera cher, mais un refus serait encore plus coûteux », indiquait le message. « Nous publierons toutes les données des clients, les profils contenant les fantasmes sexuels secrets des abonnés, les photos de nus, les conversations et les transactions par carte de crédit qui y sont associées, les véritables noms et adresses et les documents et courriels des employés. »

Ashley Madison pourrait faire face à des poursuites de la part de ses clients après cette publication massive de données

Le Federal Bureau of Investigation (FBI) enquête sur ce vol de données de concert avec Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la police locale de Toronto.

Message d'avertissement laissé sur le site web canadien par les pirates en juillet dernier.

Message d’avertissement laissé sur le site web canadien par les pirates en juillet dernier.

Aide-mémoire
37 millions d’infidèles…

  • Le site Ashley Madison est banni dans certains pays, dont la Corée du Sud et Singapour.
  • Le site Ashley Madison, dont le slogan est « Life is short. Have an affair » (« La vie est courte. Prenez un amant ») et qui compte plus de 37 millions d’utilisateurs, est spécialisé dans les rencontres extraconjugales. Des utilisateurs de 46 pays sont inscrits sur le site, créé en 2001.
    Le controversé site web a utilisé l’image d’hommes politiques réputés infidèles à plusieurs reprises, afin de conquérir de nouveaux marchés dans le monde.

    Le controversé site web a utilisé l’image d’hommes politiques réputés infidèles à plusieurs reprises, afin de conquérir de nouveaux marchés dans le monde.

Ottawa, capitale canadienne des adultères?

Une personne sur cinq à Ottawa est inscrite au site Ashley Madison selon des données rendues publiques en 2013 par la Avid Life Media (ALM), la société torontoise à la tête du site.

En plus d’être la capitale du Canada, Ottawa serait aussi la capitale des adultères au pays, car 189 810 des abonnés du site Ashley Madisons était alors originaires d’Ottawa, alors que la population totale de cette ville avoisine les 880 000 habitants.

Les codes postaux les plus souvent utilisés au moment de s’inscrire sur le site correspondent fréquemment aussi à ceux de la Colline Parlementaire à Ottawa, le siège du pouvoir au pays.

Selon Avid Life Media, Ottawa arriverait en fait au sommet des villes dans le monde où les relations extraconjugales sont les plus répandues.

Classement selon le site Ashley Madison
Classement 2013 selon le site Ashley Madison.

Sur le même thème…

Ashley Madison data reportedly posted online by hackers – CBC News 

Les données piratées d’un site de liaisons adultères rendues publiques – Radio-Canada 

L’autre « piratage » d’Ashley Madison – Journal de Montréal

La question de la « moralité » des hackeurs – Le Monde

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*