L'album Double Fantasy signé par John Lennon pour Mark David Chapman quelques heures avant sa mort.

L'album Double Fantasy signé par John Lennon pour Mark David Chapman quelques heures avant sa mort.
Photo Credit: CBC

Exposition de l’album autographié par John Lennon à son tueur

Share

Les citoyens de la ville de Vancouver peuvent se recueillir devant le dernier album autographié par John Lennon, et ce quelques heures avant d’être assassiné le 8 décembre 1980 par celui-là même qui lui avait tendu cet album, David Chapman.

Cet album qui est la fois un des objets les plus convoités de l’histoire du rock, mais aussi l’un des les plus controversés, est l’une des pièces vedettes d’une exposition au Pacific National Exhibition à Vancouver.

Le jour de la mort de John Lennon, le 8 décembre 1980, Mark David Chapman avait attendu une partie de la journée à la sortie de l’appartement du chanteur, à New York. Chapman avait vu ses efforts récompensés lorsque Lennon avait autographié l’album en question, en quittant son domicile.

Quelques heures plus tard, Chapman déchargeait son revolver sur John Lennon.

Acquisition et curiosité morbide

Le collectionneur torontois qui a fait l’acquisition de l’album de Lennon et de Yoko Ono Double Fantasy, il y a trois ans, se dit lui-même ambivalent quant à l’importance de cette pièce.

« [Cette acquisition] a été une expérience troublante », expliquait cette semaine le collectionneur Peter Miniaci en entrevue à l’émission On The Coast à la radio de CBC, ajoutant que l’album autographié revêt un caractère morbide.

« Ça représente la fin des Beatles, explique Miniaci. Comme George Harrison a déjà dit, il n’y a “pas de réunion des Beatles sans John Lennon”. »

Le collectionneur Peter Miniaci
Le collectionneur Peter Miniaci

Aide-mémoire…


  • Le 8 décembre 1980 vers 17 heures, John Lennon et son épouse Yoko Ono partent enregistrer Walking on Thin Ice, une chanson d’Ono dans laquelle Lennon tient la guitare solo.
    Alors que Lennon et Ono marchent jusqu’à leur limousine, plusieurs personnes s’approchent pour leur demander un autographe, ce à quoi ils sont habitués. Parmi elles se trouve Mark David Chapman un agent de sécurité originaire d’Honolulu.
    Il tend silencieusement à Lennon un exemplaire de son album Double Fantasy, et le musicien le lui dédicace.
    Après l’avoir signé, Lennon lui demande poliment : « C’est tout ce que vous désirez? », et Chapman répond d’un signe de tête affirmatif.
    La scène est immortalisée par un photographe admirateur de Lennon, Paul Goresh, qui prend cette photo de la rencontre.

    John Lennon autographie un album pour Mark David Chapman (à droite), à la sortie de son appartement de New York le 8 décembre 1980.
    John Lennon autographie un album pour Mark David Chapman (à droite), à la sortie de son appartement de New York le 8 décembre 1980. © CP PHOTO

    Les Lennon passent plusieurs heures au studio Record Plant, avant de rentrer à leur résidence vers 22 h 50.
    Alors que John Lennon entre sous une arche, Chapman tire sur lui, à cinq reprises, avec un revolver.

    Après la fusillade, Lennon a gravi les marches (au fond à droite) avant de s'écrouler dans le poste de sécurité.

    Après la fusillade, Lennon a gravi les marches (au fond à droite) avant de s’écrouler dans le poste de sécurité.

Un album dont personne ne voulait

Pour une raison inconnue, une fois autographié par John Lennon, David Chapman l’a alors dissimulé dans un bac à fleurs tout près.

Découvert par un préposé à l’entretien, il a été remis à la police. Les autorités l’ont alors offert à Yoko Ono, qui l’a refusé, puis à son propriétaire, Mark David Chapman, qui a également décliné l’offre.

L’album autographié a finalement été remis à celui qui l’a découvert. Il a par la suite été acquis par un collectionneur de la Californie puis par un collectionneur canadien.

D’autres objets ayant appartenu au chanteur ont également été vendus aux enchères. Ainsi, en 2000, le piano sur lequel il a composé Imagine est acheté par le chanteur George Michael pour plus de deux millions de livres sterling.

En 2007, un collectionneur britannique achète une paire de lunettes ayant appartenu à Lennon, pour une somme tenue secrète.

En 2010, le manuscrit de paroles de la chanson A Day in the Life est vendu pour 1,2 million de dollars

Sur le même thème…

L’album autographié par John Lennon à son tueur exposé à Vancouver – Radio-Canada

Paul McCartney: ses souvenirs de l’assassinat de John Lennon – Montréal Métro 

John Lennon’s final autograph to his killer – CBC News

Share
Catégories : Arts et spectacles, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*