Joan Stirling

Joan Stirling
Photo Credit: CBC

Une Torontoise de 99 ans obtient sa citoyenneté canadienne, 80 ans plus tard

Share

Immigration Canada reconnaît finalement qu’une Torontoise de 99 ans, qui vit au pays depuis 1933, a la citoyenneté canadienne et peut obtenir une carte-santé permanente. Joan Stirling a obtenu gain de cause après l’intervention de la CBC.

Immigration Canada a donc finalement reconnu que Mme Stirling était bel et bien une citoyenne canadienne, selon une vieille loi remontant à 1947.

En vertu de cette loi, tout Britannique ayant déménagé au Canada avant 1947 obtenait automatiquement la citoyenneté canadienne.

La demande de citoyenneté de Joan Stirling avait été rejetée par Citoyenneté et Immigration Canada parce qu’elle ne pouvait pas produire une pièce précise d’identification, son certificat de naissance, qui lui a été émis il y a un siècle.

Selon l’enquête menée par CBC News, son amie de longue date, Diana Watson, se battait depuis 2012 pour qu’elle soit reconnue comme une citoyenne canadienne de sorte qu’elle puisse accéder à l’ensemble des soins de santé publique gratuits.

Diana Watson dit avoir fourni à Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) une véritable montagne de preuves, spécifiquement une vingtaine de documents qui ont documenté la vie de son amie, sa naissance à Stirling au Royaume-Uni, son arrivée peu après au Canada, et sa longue vie menée ici dans notre pays.

Une preuve insuffisante selon les fonctionnaires canadiens

Diana Watson
Diana Watson © CBC

Ces documents montrent effectivement que Joan Stirling a vécu à Toronto depuis les années 1930, qu’elle a travaillé et payé ses impôts et aussi votée à presque chaque élection. Mais Diana Watson dit qu’une pièce d’identité – le certificat de naissance de Stirling – est difficile à trouver, même après avoir contacté les autorités du Royaume-Uni.

Malgré tous les autres éléments de preuve, Watson dit que le ministère de l’Immigration refusait avant l’intervention de la CBC de fournir à Joan Stirling un certificat de citoyenneté.

« Cela me semble ridicule. C’est de la bureaucratie totale. J’ai envoyé cette immense enveloppe. Et j’ai tout simplement reçu une lettre d’une page disant que nous avons besoin d’un certificat de naissance sans lequel la procédure administrative est à l’arrêt ».

La version des faits selon Joan Stirling

Joan Stirling, qui est né à Londres, en Angleterre en 1916, a pris le chemin des États-Unis, puis a traversé la frontière du Canada en 1933 quand elle avait 17 ans. « Personne ne m’a jamais demandé à la frontière pourquoi nous traversions ou combien de temps nous allions rester ou quoi que ce soit, » dit-elle.

Stirling ne s’est jamais marié, n’a jamais eu de passeport ou de permis de conduire, et n’a jamais eu besoin d’une carte de santé, jusqu’à récemment.

Compte tenu de son âge avancé, les risques étaient grands qu’elle aura besoin d’accéder au système de soins de santé. Les économies de la dame presque centenaire seraient également presque épuisées et elle ne serait plus en mesure de payer son loyer dans une maison de retraite. Sans une carte de santé, elle ne pouvait pas avoir accès à des soins de longues durées du gouvernement.

RCI avec Rosa Marchitelli, CBC News et Radio-Canada

Sur le même thème

Une Torontoise de 99 ans obtient sa citoyenneté canadienne, 80 ans plus tard – Radio-Canada

Woman, 99, denied citizenship despite living in Canada since 1933 – CBC News

Nos baby-boomers voudront-ils « finir » dans des résidences pour personnes âgées? – RCI

Se réfugier au Canada. Rêves et réalités – RCI

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, Politique
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Une Torontoise de 99 ans obtient sa citoyenneté canadienne, 80 ans plus tard»
  1. Avatar Gilles Talbot dit :

    Je me pose la Question? Lesquelles des Parties étais en pouvoir et qui aurais du facilité les choses S V P ne me dite pas M Harper.