Julie Hlavacek-Larrondo, en 2014, au Very Large Array (VLA), un champ de 27 antennes paraboliques, situé dans la plaine de San Augustin au Nouveau-Mexique (É-U)qui, ensemble, forment un radiotélescope.
Photo Credit: Julie Hlavacek-Larrondo

Quoi de neuf dans l’univers des trous noirs?

Environ 20 % des étudiants au baccalauréat en sciences et en physique, dans les universités canadiennes, sont des femmes. Mais dès qu’on atteint les cycles supérieurs – maitrise, doctorat, postdoctorat, ce pourcentage tend à fortement diminuer.

À l’Université de Montréal, au sein du corps professoral de physique, il n’y a que trois femmes comparativement à une trentaine d’hommes. Comme quoi les préjugés sont tenaces.

Parmi ces trois femmes, Julie Hlavacek-Larrondo. Professeure adjointe à la Chaire de recherche en astrophysique observationnelle des trous noirs, elle passe ses journées à étudier les trous noirs supermassifs dans le domaine des ondes radio et des rayons X et… elle adore!

null
Julie Hlavacek-Larrondo

Julie Hlavacek-Larrondo n’a que faire des stéréotypes et veut les combattre dès le plus jeune âge.

Avec des collègues, elle a fondé D-PHY, le Comité diversité physique, pour explorer le statut de la femme en physique et augmenter la visibilité des minorités (genre, ethnie, orientations sexuelles) en physique et en sciences.

L’astrophysicienne a beau tourner son regard vers les trous noirs se cachant dans l’univers, elle est bien une enfant de la planète terre : Son père est Tchèque, sa mère est Chilienne. Elle-même est née dans l’ouest du Canada, en Alberta et a grandi au Québec. Quant à son mari, il est Libanais!

Écoutez
Catégories : International, Internet et technologies
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.