Le nouveau gouvernement libéral canadien a promis d’accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année. (Photo: Robert Atanasovski Agence France-Presse)

Le gouvernement libéral a promis d’accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année. (Photo: Robert Atanasovski Agence France-Presse)

L’ONU presse le Canada d’accueillir non pas 25 000 Syriens, mais 125 000!

Share

Puisque le Canada « reçoit 280 000 résidents permanents et à peu près 200 000 travailleurs migrants temporaires annuellement », la cible de 25 000 nouveaux réfugiés syriens d’ici le mois de janvier que s’est fixé le nouveau gouvernement canadien n’apparait pas « très grosse ». C’est ce qu’affirme le rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l’homme et des migrants, François Crépeau.

Selon cet universitaire canadien, le Canada devrait ouvrir ses portes à 25 000 réfugiés syriens annuellement sur une période de cinq ans. Cela constituerait selon lui « un bel effort pour un petit pays de 36 millions d’habitants » en plus d’envoyer un « signal de solidarité ».

« Le Canada reçoit 280 000 résidents permanents et à peu près 200 000 travailleurs migrants temporaires annuellement, donc presque un demi-million de personnes. Vingt-cinq mille réfugiés, ça ne me paraît pas un très gros chiffre par rapport à ces chiffres-là » a-t-il illustré.

Aide-mémoire…
+ Le Canadien François Crépeau est professeur et titulaire de la chaire Hans et Tamar Oppenheimer en droit international public à la Faculté de droit de l’Université McGill de Montréal.
+ C’est en 2011 qu’il a été nommé rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme des migrants.

François Crépeau, rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit des migrants, professeur à l'Université McGill
François Crépeau, rapporteur spécial des Nations-Unies pour le droit des migrants, professeur à l’Université McGill © McGill

Le rapporteur critique le nouveau gouvernement canadien de Justin Trudeau

S’il salue la promesse du gouvernement libéral d’accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année, François Crépeau la juge irréaliste et croit que les libéraux devraient repousser de six mois l’échéancier.

« C’était peut-être utile en campagne électorale de proposer avant la fin de l’année, mais je pense que tout le monde est en train de se rendre compte qu’il y a peu de chances que ça se produise », a suggéré le rapporteur spécial des Nations unies.

« Prenons le temps de le faire bien la première fois et répétons ça année après année », a-t-il enchaîné à l’autre bout du fil.

Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, a réitéré mercredi de la semaine dernière que l’objectif des libéraux demeurait « ferme ». La veille, il précisait que près de 10 000 réfugiés syriens étaient déjà « enregistrés » pour venir au Canada.

CONSULTEZ NOTRE DOSSIER 
Le Canada réitère sa promesse : 25 000 réfugiés syriens arriveront bien d’ici 56 jours! – RCI

De jeunes réfugiés Syrien à Winnipeg.
De jeunes réfugiés Syrien à Winnipeg au Manitoba. © CBC/Chris Glover

125 000 réfugiés syriens pour le Canada. Est-ce plus que l’objectif des autres nations?

La cible de 125 000 sur cinq ans que propose François Crépeau pour le Canada est en fait largement supérieure à celle qu’ont annoncée certains pays européens, géographiquement plus près de la Syrie.

La Grande-Bretagne, par exemple, a promis d’accueillir d’ici 2020 quelque 20 000 Syriens qui fuient la guerre, tandis que la France se prépare à ouvrir ses portes à un total de 33 000 réfugiés au cours des deux prochaines années.

Ces nations « ne font pas leur effort » — et « par rapport à l’Allemagne et à la Suède, le Canada n’a à peu près rien fait jusqu’à présent. Si on annonce et qu’on réalise 25 000 par année pendant cinq ans, on envoie un signal de solidarité aux Européens », expose M. Crépeau.

La ministre de la Santé, Jane Philpott sur la gauche.
La ministre de la Santé, Jane Philpott sur la gauche. © PC/Adrian Wyld

Récemment dans l’actualité…
+ Un comité spécial vient d’être mandaté par le gouvernement canadien pour se pencher sur l’accueil des réfugiés de la Syrie, présidé par la ministre de la Santé, Jane Philpott, et il devait soumettre ses recommandations au conseil des ministres jeudi 12 novembre.
+ La logistique entourant cette vaste opération humanitaire est complexe: il faut notamment se pencher sur la sélection des réfugiés, les contrôles de sécurité et les questions de santé tout en organisant le transport et l’hébergement.
+ Le transporteur Air Canada offert il y a quelques au gouvernement fédéral de noliser des appareils afin de participer à l’effort. La compagnie ferroviaire Canadien National a également approché le gouvernement pour lui offrir ses services au pays, a signalé la semaine dernière le nouveau ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum.

Le ministre John McCallum en conférence de presse à Ottawa
Le ministre John McCallum en conférence de presse à Ottawa © PC/Sean Kilpatrick

RCI avec La Presse Canadienne

election-2015

Sur le même thème…

Réfugiés syriens : Ottawa doit voir plus grand, selon le rapporteur de l’ONU – Radio-Canada

L’Université Concordia de Montréal parrainera des étudiants syriens RCI

Comment aider les réfugiés syriens tout en s’informant – RCI

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «L’ONU presse le Canada d’accueillir non pas 25 000 Syriens, mais 125 000!»
  1. Avatar Helene dit :

    Ce qui presse, c’est de retirer de l’ONU tous les pays musulmans. À l’ONU, ils sont rendus qu’ils ne peuvent même plus prononcer le mot musulman ou islam…