À chacun ses fantasmes...

À chacun ses fantasmes...
Photo Credit: iStockphoto

Quelles sont les préférences sexuelles « anormales » des Québécois?

Plusieurs comportements sexuels considérés au Québec comme déviants il y a 50 ans ou 60 ans et dont on ne parlait qu’à mots couverts sont aujourd’hui sortis des placards.

Pourtant, un système d’éducation au Québec moins flexible qu’ailleurs et des institutions religieuses plus rigides qu’ailleurs ont laissé des traces.

Encore aujourd’hui, dans un monde éclaté où l’internet ouvre la fenêtre sur tous les comportements sexuels, petits et grands ou aberrants, il n’est pas toujours facile de savoir si nos propres fantasmes sexuels sont « normaux ».

Pour comprendre les préférences sexuelles des Québécois, que l’on décrit depuis longtemps comme étant plus variées ou spontanées que celles de nos voisins anglo-saxons du reste du continent, il faut frapper à la porte des spécialistes québécois dans le domaine. Au plan théorique, bien entendu.

Écoutez
Quels sont vos fantasmes? Sont-ils normaux ou anormaux?
Quels sont vos fantasmes? Sont-ils normaux ou anormaux? © iStockphoto

De la théorie à la pratique : comment des chercheurs peuvent-ils guider votre libido?

Cliniquement, il semblerait être assez facile de définir ce qu’est un fantasme sexuel « anormal » ou pathologique, puisque ce type de comportement implique habituellement au bout de la ligne des partenaires non consentants, ce qui peut provoquer de la souffrance chez ce partenaire.

Mais quand il y a absence de partenaire, quand on rentre en relation avec des aides mécaniques, allant du vibrateur à la poupée gonflable en n’oubliant pas non plus les futurs robots, définir ce qu’est un fantasme « anormal » ou simplement atypique peut se transformer en un exercice  le regard moralisateur des autres risque de faire de nous des victimes.

La nature des fantasmes sexuels de la population générale est maintenant mieux cernée grâce à une étude réalisée à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal, affilié à l’Université de Montréal.

Cette étude tentait de répondre à la question : qu’est-ce qu’un fantasme sexuel normal ou anormal?

L'Organisation mondiale de la santé préfère parler de fantasmes « inhabituels ». Mais inhabituel pour qui, dans quelles cultures? Sur quel continent?
L’Organisation mondiale de la santé préfère parler de fantasmes « inhabituels ». Mais inhabituel pour qui? Dans quelles cultures? Sur quel continent? © Istock (montage)

L’Institut Philippe-Pinel mène l’enquête sur vos fantasmes sexuels

L’enquête a été réalisée en 2014 auprès de 1517 adultes québécois (799 hommes et 718 femmes; âge moyen de 30 ans). On a demandé aux participants de décrire dans un questionnaire leurs propres fantasmes sexuels favoris.

On a découvert que la nature des fantasmes sexuels est variée parmi la population québécoise en générale. En fait, très peu de fantasmes peuvent être considérés comme statistiquement rares, inhabituels ou typiques. Les hommes cependant ont plus de fantasmes et ils sont d’une plus grande intensité que les femmes. L’un des résultats particuliers de l’enquête concerne le nombre non négligeable de fantasmes masculins particuliers, par exemple les shemales, le sexe anal chez les hétérosexuels et l’idée de regarder sa partenaire avoir une relation sexuelle avec un autre homme.

Une proportion importante de femmes (30 % à 60 %) évoque des thèmes associés à la soumission (ex. être attachée, être tapée sur les fesses, être forcée à avoir une relation sexuelle, etc.). Contrairement aux hommes, les femmes, en général, distinguent bien les fantasmes des souhaits. Ainsi, plusieurs d’entre elles qui expriment des fantasmes de soumission plus extrêmes (ex. : se faire prendre par un inconnu dominant) spécifient ne jamais vouloir qu’ils se réalisent. Tandis que les hommes, en majorité, voudraient bien réaliser leurs fantasmes.

Et le sexe avec des robots, c’est cool ou pas?

Pour voir si votre attirance envers le dur métal et les courbes arrondies de votre robot préféré est normale, nous vous invitons à écouter notre reportage affiché plus haut sur cette page…

Yangyang, un robot humanoïde capable de clignoter des yeux, de donner une accolade et de bien plus encore... dévoilée le printemps dernier en Chine. (Kim Kyung-Hoon / Reuters)
Yangyang, un robot humanoïde capable de clignoter des yeux, de donner une accolade et de bien plus encore… dévoilée le printemps dernier en Chine. (Kim Kyung-Hoon / Reuters)

Avec la contribution de Catherine Lachaussée, Arnaud Decroix, Franco Nuovo et Marjorie April de Radio-Canada

Sur le même thème

Fantasmes sexuels : êtes-vous normal? – Université de Montréal 

Fantasmes sexuels : êtes-vous normal? – Radio-Canada

Hot Robots Won’t End Sex – Motherboard

Sex robots will be ‘detrimental’ to society – CBC

Catégories : Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*