À l'occasion de la journée internationale de la forêt le 21 mars, la contribution en eau potable des forêts est soulignée

À l'occasion de la journée internationale de la forêt le 21 mars, la contribution en eau potable des forêts est soulignée
Photo Credit: iStockphoto

L’eau et la forêt : une relation vitale en tout temps

Share

Selon le l’Organisation des Nations Unies pour  l’alimentation et l’agriculture, plus d’un milliard de citadins dans le monde n’ont pas accès à de l’eau propre. Dans les pays en développement, c’est une personne sur cinq qui vit sans disponibilité fiable en eau. Ce n’est pas la ressource en elle-même qui fait défaut, mais des lacunes dans l’organisation de l’approvisionnement. La FAO souligne qu’il existe dans la nature tous les mécanismes pour ravitailler le monde en eau propre et salubre. Des forêts saines dans les bassins versants sont de ces mécanismes qui filtrent naturellement l’eau pour le bien-être de tous. Qu’en est-il du Canada?

La Forêt est un « élément central » dans l’histoire du Canada qui possède 10 % des forêts, 9 % des ressources renouvelables en eau de la planète, en plus de 24 % de la forêt boréale au monde.

Ainsi s’exprimait le ministre fédéral des Ressources naturelle, Jim Carr, à l’occasion de la journée internationale des forêts qui s’est célébrée avec pour thème central la relation entre la forêt et l’eau douce.

 […] Au moyen de la science, nous approfondissons nos connaissances et notre compréhension de la relation vitale qui existe entre l’eau et les forêts saine.

James Gordon Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada

La contribution des forêts à l'approvisionnement en eau potable dépend « de l'âge des espèces forestières, des types de sol, du climat et des régimes de gestion des bassins versants », d'où la nécessité de bien conserver les zones boisées ainsi que leurs eaux.
La contribution des forêts à l’approvisionnement en eau potable dépend « de l’âge des espèces forestières, des types de sol, du climat et des régimes de gestion des bassins versants », d’où la nécessité de bien conserver les zones boisées ainsi que leurs eaux. © PC/Matt Medler

La forêt :  élément dominant du paysage canadien, mais incapacités à fournir de l’eau pure aux autochtones

Au Canada, la recherche quotidienne de l’eau potable n’est pas une préoccupation pour la majorité de la population, si n’est au sein des populations autochtones vivant dans les réserves. Ce qui est paradoxal, compte tenu du fait que ces populations vivent principalement dans les zones forestières avec lesquelles elles ont créé des liens culturels solides.

Plusieurs recherches ont permis de démontrer que les forêts fournissent des « écoservices » tels que la purification de l’air et de l’eau, participent au cycle du carbone, préservent la flore indigène et la biodiversité de la faune.

Avec ses 348 millions d’hectares, la forêt canadienne devrait, en principe, permettre un approvisionnement en eau de bonne qualité pour ces populations autochtones, comme le démontre une étude du Fonds mondial pour la nature sur le rôle de protection de la forêt dans l’approvisionnement en eau potable.

Près de 11 millions de Canadiens sur une population totale de près de 36 millions vivent dans des zones boisées. Jusqu’à 9 % de la population autochtone qui représente 4,3 % de l’ensemble de la population canadienne selon le recensement de 2011, vivent en milieu forestier. Ici quelques uns de ces autochtones et des étudiants manifestent pour l’accès à l’eau potable pour tous.
Près de 11 millions de Canadiens sur une population totale de près de 36 millions vivent dans des zones boisées. Jusqu’à 9 % de la population autochtone qui représente 4,3 % de l’ensemble de la population canadienne selon le recensement de 2011, vivent en milieu forestier. Ici quelques uns de ces autochtones et des étudiants manifestent pour l’accès à l’eau potable pour tous. © Josianne Pelosse

 

Avantages en qualité, quantité et régularité

Les bonnes pratiques de gestion forestière sont importantes dans la préservation du rôle de purificateur de l’eau que joue la forêt, d’où la nécessité de bien la protéger contre toutes les formes de dégradation.

S’il y a moins de polluants qui rentrent dans le cour supérieur d’un cour d’eau, l’eau sera de meilleure qualité. Il en est ainsi de l’eau des bassins versants boisés contrairement à celle des autres bassins affectés à d’autres utilisations comme l’agriculture, l’industrie entre autres activités humaines qui augmentent la quantité de polluants dans le cour supérieur d’une rivière.

Pour une meilleure gestion du problème de l’approvisionnement en eau potable, les chercheurs recommandent aux gouvernements de se tourner vers des systèmes d’aménagement des terres pour pouvoir conserver de l’eau pure à la source, comme c’est le cas ici dans le bassin versant de la rivière Saint-Germain, dans la région du centre-Québec.
Pour une meilleure gestion du problème de l’approvisionnement en eau potable, les chercheurs recommandent aux gouvernements de se tourner vers des systèmes d’aménagement des terres pour pouvoir conserver de l’eau pure à la source, comme c’est le cas ici dans le bassin versant de la rivière Saint-Germain, dans la région du centre-Québec. © Pablo Desfossés (comm. scol. des Chênes)

Cela s’explique par le fait que les forêts, dans leur état pur, réduisent l’érosion du sol tout comme les charges solides, ce qui a un impact positif sur la qualité de l’eau potable qui n’a plus besoin d’être traitée.

D’un autre côté, certaines forêts augmentent le débit de l’eau et permettent de le maintenir constant, car il y a moins d’eau qui s’écoule hors des bassins versants boisés que des herbages ou des cultures agricoles.

Compte tenu de l’importance du bassin versant boisé dans l’approvisionnement en eau potable, au  Canada, le gouvernement a opté pour une gestion intégrée de ses bassins versants, pour dit-il « optimiser la contribution des ressources en eau — potable dans le bien-être de sa population tout en préservation les écosystèmes aquatiques ».

Entre cette déclaration de bonne intention et la réalité en ce qui concerne l’approvisionnement des peuples autochtones en eau potable, il y a tout un fossé.

Share
Catégories : Environnement, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*