Gilda Lakatos et sa mère Katalin Lakatos

Gilda Lakatos (droite) et sa mère Katalin Lakatos (gauche)
Photo Credit: Solidarité sans frontières

Une famille rom craint d’être déportée du Canada

Share

Dans quatre jours, si rien n’est fait d’ici là, Gilda Lakatos, 17 ans, et sa mère Katalin seront expulsées vers la Hongrie, pays qu’elles ont quitté en 2011.

À cette époque, elles avaient débarqué au Canada avec le père et le fils de la famille et avaient demandé le statut de réfugié pour fuir le racisme, la violence, la ségrégation et la ghettoïsation auxquels les Roms sont confrontés dans ce pays d’Europe de l’est. Ce racisme anti-rom aurait d’ailleurs  poussé le fils aîné au suicide en 2004.

« En tant que Rom, nous avons toujours vécu dans la peur, mais ces dernières années, la situation s’est empirée. À la télévision, les politiciens disaient que «les Roms sont des parasites qu’il faut éliminer». Dans les villages Roms, il y avait des groupes de skinheads habillés en soldat avec des drapeaux nazis qui marchaient autour des villages. Ils étaient devant les maisons roms et ils chantaient :  »Vous allez mourir ici ! » » Gilda Lakatos

Famille rom quittant son village hongrois avant l’arrivée d’une milice d’extrême-droite.
Famille rom quittant son village hongrois avant l’arrivée d’une milice d’extrême-droite en 2012 © AFP/ATTILA KISBENEDEK

En avril 2015, la demande d’asile au Canada de la famille Lakatos est refusée.

En septembre de la même année, la famille dépose une demande de résidence permanente sur des bases humanitaires. En octobre, les Lakatos reçoivent plutôt un avis de déportation.

En mars 2016, le père et le fils sont arrêtés lors d’un contrôle routier.  Tous deux sans-papiers, ils sont arrêtés et déportés vers la Hongrie.

« Maintenant, ils vivent dans une grande précarité en Hongrie. Je suis inquiète pour mon père. Il m’a dit qu’il ne dort plus, il ne mange plus. Ici, ma mère et moi vivons dans la peur constante de ce qui pourrait leur arriver » mentionne Gilda Lakatos.

Gilda et sa mère Katalin reçoivent ensuite un avis de déportation fixé au 12 mai 2016.

Mais, grâce à la pression publique, le gouvernement accepte de reporter leur renvoi et leur donne un sursis de deux mois.   Celui-ci arrive à expiration le 16 juillet.

Les deux femmes n’ont toujours pas eu de nouvelles de leur demande de statut permanent et craignent le pire.

Selon le Centre communautaire rom de Toronto, il y aurait un peu moins de 100 000 Roms au Canada.

Selon une récente recherche, les Roms déportés du Canada vivraient une double exclusion une fois de retour en Hongrie : « Ils sont non seulement discriminés en tant que Rom, mais aussi pour avoir mis en lumière le racisme qui existe en Hongrie en immigrant au Canada », précise Dafina Savic, de Romanipe, un groupe de défense des droits des Roms à Montréal.

Un autre organisme qui soutient les Lakatos, Solidarité sans frontières, déplore que les Roms soient une catégorie de réfugiés particulièrement discriminée et demande au ministre de l’Immigration du gouvernement Trudeau d’accepter la demande humanitaire de la famille avant l’expiration de son visa temporaire.

Quant aux deux femmes, elles  espèrent non seulement rester au Canada, mais y faire revenir le fils et le père.

En 2015, une étude portant sur la discrimination systémique envers les réfugiés roms venus de Hongrie avait révélé des «stéréotypes racistes» ayant influencé le traitement de leurs dossiers pendant les années de pouvoir du gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Entre 2008 et 2012, à peine 8,6 %  des 11 000 demandes d’asile faites par des Roms avaient été acceptées. Plus de la moitié avaient été abandonnées.

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Une famille rom craint d’être déportée du Canada»
  1. Avatar GERARD DELIER dit :

    Je ne comprends pas comment on peut expulser froidement une si jolie jeune femme avec sa maman et les laisser ainsi dans la détresse.
    Le Canada ferait mieux de donner la chance et de régulariser ces 2 femmes avec leur proches. Gilda est déjà une bien jolie petite femme et sera une bien jolie épouse à marier pour un gentil Canadien qui aura lui-même la chance d’avoir Gilda comme épouse. Cette jeune femme a besoin de douceur et d’une vie paisible.
    Le Canada soutient plus facilement l’Ukraine que la communauté Rom, ce qui ne m’étonne pas car le Canada comprend une communauté de migrants Ukrainiens.
    Mais les Ukrainiens ont aussi l’habitude de quémander de l’aide financière sous toutes formes diverses, y compris les femmes Ukrainiennes qui mentent en amour pour percevoir des western-unions.
    Les Ukrainiens sont en conflit permanent car il demeure encore beaucoup de néo-nazis en Ukraine. Nous en France, on ne veut pas et plus de guerre en Europe.
    Au lieu de chatouiller dangereusement nos amis Russes qui ont donné beaucoup dans la seconde guerre mondiale et qui ont fait basculer le cours de l’histoire vers la victoire en écrasant le nazisme (nous sommes des ingrats envers la Russie) Canadiens, occupez-vous de régulariser Gilda et ses proches, car c’est du non assistance à personne en danger que de jeter dehors, comme de vieilles chaussettes à la poubelle, la belle petite Gilda et ses proches.
    J’espère que vous ferez preuve d’humanité envers Gilda et pour l’avenir de Gilda au Canada et peut-être pour le bonheur d’un jeune canadien, futur bon époux de Gilda, j’en suis sûr.
    Pourquoi rendre la vie compliquée?