Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile compte modifier la Loi antiterroriste le plus vite possible.

Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile compte modifier la Loi antiterroriste le plus vite possible.
Photo Credit: PC / Justin Tang

Alors que la terreur s’agrippe à l’Europe, le Canada veut dégriffer sa loi antiterroriste

Share

Pendant que l’Europe resserre sa sécurité et multiplie ses discussions sur la création de nouveaux outils pour stopper la terreur, le gouvernement canadien affirme que à la reprise des travaux du Parlement cet automne il ira de l’avant avec une série d’amendements à la loi C-51, comme promis lors des élections de l’automne dernier.

Le bureau du ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale dit qu’il n’a pas l’intention de retarder ses modifications promises à la controversée loi antiterroriste adoptée par le gouvernement conservateur précédent.

Il assure que les événements terroristes en rafale des dernières semaines ne changent rien à la promesse électorale des libéraux d’équilibrer un peu mieux les questions de sécurité et des libertés des Canadiens.

Rappelons que près de neuf mois après l’arrivée au pouvoir des libéraux à Ottawa, rien n’a encore vraiment bougé dans ce dossier.

Manifestation à Ottawa contre le projet de loi C-51 en avril dernier
Manifestation à Ottawa contre le projet de loi C-51 en avril 2015. © PC/Justin Tang

Les néo-démocrates s’impatientent

Randall Garrison
Randall Garrison © Radio-Canada

Le porte-parole néo-démocrate en matière de sécurité publique, Randall Garrison, affirme qu’il déposera à la première occasion un projet de loi pour abroger C-51 à la reprise des travaux parlementaires cet automne.

En point de presse à Ottawa, mercredi, il a rappelé que les troupes de Justin Trudeau avaient voté pour cette législation controversée des conservateurs, tout en promettant d’en annuler les dispositions jugées « problématiques ».

« Les Canadiens s’attendent toujours à ce que les libéraux agissent pour protéger nos libertés fondamentales, a soutenu M. Garrison. Et ils savent que cela peut être fait tout en restant en sécurité. »

« L’une de nos principales préoccupations était que C-51 élargissait tellement la définition de menace à la sécurité nationale que cela pouvait potentiellement toucher plusieurs formes de dissidence légitime », a souligné M. Garrison.

Aide-mémoire…
La loi C-51 permet notamment plus d’échange d’informations entre les ministères, les agences et le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).
Elle facilite par ailleurs les arrestations préventives et élargit l’interdiction de vol pour les personnes représentant une menace terroriste.
Les pouvoirs de l’agence d’espionnage canadienne sont également accrus. Tant le NPD que le Parti libéral du Canada (PLC) s’étaient inquiétés de la faiblesse de l’agence chargée de superviser les actions du SCRS et le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS).

La promesse électorale des Libéraux de Justin Trudeau

Dans leur plateforme électorale, les libéraux s’étaient engagés à garantir que tous les mandats du SCRS respectent la Charte canadienne des droits et libertés.

Ils ont également promis de clarifier les définitions trop vagues du projet de loi, dont celle de « propagande terroriste ».

Ils entendaient également créer un comité de surveillance de la sécurité nationale qui rassemblerait tous les partis.

Le gouvernement a bien déposé un projet de loi pour mettre sur pied ce comité, mais certains ne le juge pas assez indépendant, puisqu’il se rapporte au premier ministre et non à la Chambre des communes.

Sur le même thème

Le NPD promet un projet de loi pour abroger la loi antiterroriste C-51 – Le Devoir 

Le projet de loi antiterroriste C-51 est adopté aux Communes – Radio-Canada 

Les directives d’Ottawa au SCRS concernant le projet C-51 gardées secrètes – Radio-Canada 

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*