Une jeune femme porte le burkini sur la plage North Cronulla à Sydney en 2007.

Une jeune femme porte le burkini sur la plage North Cronulla à Sydney en 2007.
Photo Credit: TIM WIMBORNE / Reuters

Le Québec n’entend pas imiter la France et interdire la nouvelle mode du burkini musulman

Share

La décision de municipalités françaises qui viennent d’interdire le port du burkini par des femmes de confession musulmane sur les plages est jugée sévèrement dans bien des pays.

La ministre Vallée a annoncé une enveloppe supplémentaire de 2,2 millions de dollars pour le soutien à domicile en Outaouais.
La ministre Stéphanie Vallée © Radio-Canada
une femme porte un burkini
Une femme porte un burkini © WIMBORNE-REUTERS

Sans vouloir sauter de pleins pieds dans un débat qui s’internationalise, la ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, affirme que les femmes ont le droit de s’habiller comme bon leur semble et que son gouvernement du Parti libéral (PL) n’a pas l’intention d’intervenir.

Même celles qui s’habillent de façon « un peu plus choquante », précise-t-elle, ont le droit à leurs croyances et peuvent s’habiller comme ils le veulent la ministre. « C’est un débat qui est de l’autre côté de l’océan. On va le laisser de l’autre côté de l’océan », a-t-elle ajouté.

Mme Vallée ne croit pas que le burkini, contraction de burqa et de bikini, soit très fréquent au Québec. Il s’agit d’un type de maillot de bain intégral, ressemblant à une tenue d’exercice couvrant les jambes, les bras, le torse et la poitrine, assortie d’un voile.

La controverse autour du burkini s’explique en partie par le fait qu’il s’inspire étymologiquement de la burqa qui est ce fameux vêtement imposé par les talibans afghans, et qui couvre l’intégralité du corps et du visage, laissant simplement une bande ou une « grille » de tissu pour pouvoir voir. Le burkini, toutefois, laisse le visage découvert.

Une femme en burkini se baigne.
Une femme en burkini se baigne. © FETHI BELAID, GI

Le saviez-vous?
Aheda Zanetti, une Australienne d’origine libanaise, est La créatrice du burkini
Elle dit en avoir eu l’idée en 2004 à Sydney, en regardant sa nièce jouer au ballon.
Selon elle, la jeune fille peinait avec son long hijab (un voile simple sur le haut du corps) et son survêtement. « J’ai fait des recherches et je n’ai pas trouvé de tenues convenables pour les femmes sportives et pudiques », raconte-t-elle au quotidien français Le Monde.
L’Australienne a alors d’abord imaginé le mot « hijood », contraction de « hijab » et « hood ». Puis, l’idée du burkini s’impose à elle pour celles qui veulent se baigner en toute pudeur.

Burkini.com

Burkini.com

Ne pas stigmatiser les musulmanes au Québec

La ministre des Relations internationales du Québec, Christine St-Pierre
La ministre des Relations internationales du Québec, Christine St-Pierre © Jacques Boissinot, PC

La ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, a qualifié pour sa part la question « d’absolument délicate » et a précisé ne pas vouloir s’immiscer dans les décisions prises par les Français.

Elle est d’avis que le Québec a une certaine tolérance, mais que la province est aussi régie par la Charte québécoise et la Charte canadienne des droits et libertés. Ces deux chartes protègent la liberté de religion et la liberté d’expression.

« Dans l’espace public, c’est très difficile d’interdire », a-t-elle dit dans une mêlée de presse. Mme Saint-Pierre ne veut pas que ces femmes musulmanes soient stigmatisées ou restent enfermées chez elles si leur tenue de baignade est interdite.

Aide-mémoire…
Interdire au Québec les foulards islamiques et autres signes religieux
– En 2013, le gouvernement du Parti québécois (PQ) dans la province du Québec voulait non seulement bannir le foulard islamique et les autres signes religieux apparents de la fonction publique et des tribunaux, mais également des maternelles, des écoles et des hôpitaux.
– Le Parti libéral du Québec (PLQ) s’opposait à l’adoption d’une charte contre le port du voile, car il disait y voir une manoeuvre pour diviser les Québécois.
Lisez la suite…

Des manifestantes contre la charte des valeurs québécoises
Des manifestantes contre la charte des valeurs québécoises

Les partis d’opposition prennent position

Le Parti québécois qui s’était fait l’avocat en 2013-2014 d’une charte interdisant le port du voile s’est dit « mal à l’aise » face à l’imposition du Burkina aux femmes, mais il affirme qu’il « ne serait pas réaliste de pouvoir appliquer une telle interdiction.

La députée du parti de la Coalition avenir Québec (CAQ), Nathalie Roy, se dit en faveur de l’interdiction du burkini. : « C’est un symbole qui est très grave. Ce qu’on veut faire, c’est cacher le corps de la femme. Accepter le burkini, c’est admettre que le corps de la femme, c’est objet de tentation, et qu’on doit absolument le faire disparaître. »

Mme Roy a toutefois tenu à souligner qu’elle avait donné son opinion seulement parce que les journalistes lui ont posé la question. « Il n’y en a pas au Québec. C’est très hypothétique (…) Ce ne sera pas dans notre programme demain matin », a-t-elle indiqué.

« On est bien loin de là au Québec, cependant ce n’est pas anodin », a-t-elle ajouté.

La députée du petit parti Québec solidaire, Manon Massé, ne voit pas d’un bon œil qu’un gouvernement impose aux femmes, peu importe leur religion, comment elles devraient s’habiller à la plage. Si le gouvernement interdit le burkini, va-t-il interdire le wetsuit pour les surfeuses et les plongeuses?

« J’invite la classe politique québécoise à ne pas jouer dans ce film. Sur cette question précise, n’essayons pas d’imiter la France qui n’est certainement pas un modèle », a-t-elle conclu.

La députée caquiste Nathalie Roy
La députée caquiste Nathalie Roy © Radio-Canada
La députée Manon Massé accorde une entrevue durant le 11e congrès de Québec solidaire, le 28 mai 2016, à Montréal.
La députée Manon Massé © ICI Radio-Canada

Sur le même thème

Québec n’entend pas interdire le burkini – Radio-Canada 

Petite histoire du « burkini », des origines aux polémiques – Le Monde 

French ‘burkini’ ban: secularism or security? – Al Jazeera 

Fighting for the ‘Soul of France against the Burkini New York Times

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Religion

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*