Travailleurs spécialisés

Deux travailleurs devant une installation de forage gazier en Alberta. Plusieurs entreprises canadiennes semblent déjà tracer dans le sable leur nouvelle ligne de défense contre la légalisation éventuelle de la marijuana au Canada en 2017 : l'adoption de tests antidrogue permanents.
Photo Credit: Todd Korol / Reuters

Insécurité au travail par rapport à la décriminalisation de la marijuana au Canada

Share

Au tour maintenant des compagnies canadiennes dans le secteur minier d’exprimer ouvertement leurs inquiétudes par rapport aux dangers posés par des travailleurs drogués.

Enform, une organisation qui s’occupe des questions de sécurité au travail pour les compagnies pétrolières au Canada, a fait parvenir une lettre au groupe de travail canadien sur la légalisation de la drogue, qui doit remettre son rapport au gouvernement d’ici la fin novembre. Le dépôt du projet de loi sur la légalisation de la marijuana à des fins récréatives est prévu au printemps 2017.

Les entreprises pétrolières et gazières demandent dans cette lettre d’Enform que le gouvernement interdise la consommation de marijuana sur les lieux de travail ainsi qu’à l’approche d’un quart de travail sur un chantier.

Enform ne précise toutefois pas, dans sa lettre de six pages datée du 29 août, combien de temps à l’avance un travailleur devra cesser de consommer de la marijuana. Mais on y cite des études qui dressent la liste des effets ressentis de 24 heures à 28 jours après l’absorption de l’ingrédient actif du THC.

Le saviez-vous
– Selon le département du Travail américain, l’alcool et les drogues seraient responsables de 47 % des blessures en milieu industriel.
– Pour le moment, la majorité des incidents liés à la conduite avec les facultés affaiblies sont causés au Canada par l’alcool. Seulement 3 % sont attribuables à la drogue.
– Des études et des sondages suggèrent cependant que le nombre de signalements liés à la drogue au travail ou au volant est inférieur à la réalité.

Une étude de l'administration des services en toxicomanie et en santé mentale (Substance Abuse and Mental Health Services Administration SAMHSA) aux États-Unis a démontré en 2000 que les mineurs sont parmi les travailleurs qui ont les plus hauts taux de consommation de drogue et d'alcool.
Une étude de l’administration des services en toxicomanie et en santé mentale (Substance Abuse and Mental Health Services Administration SAMHSA) aux États-Unis a démontré en 2000 que les mineurs sont parmi les travailleurs qui ont les plus hauts taux de consommation de drogue et d’alcool. © David Stobbe/Reuters

Détecter la drogue sur les lieux du travail

Les réflexions des entreprises portent sur des moyens de détecter efficacement et à tout moment la présence de drogue dans le sang de leurs travailleurs. Plusieurs minières imposent déjà des tests de dépistage à l’embauche ou au début du quart de travail. Mais un testage permanent pourrait maintenant être possible grâce à de nouveaux outils de détection mis a l’épreuve en France et en Australie notamment.

Si plusieurs Canadiens s’interrogent sur la légalité de programmes permanents de surveillance en milieu de travail, des spécialistes de la toxicomanie craignent, quant à eux, l’utilisation potentiellement erronée des résultats de ces tests.

Tout ce débat prend forme alors que les corps policiers canadiens disent eux aussi s’inquiéter de l’impact des conducteurs drogués sur nos routes.

Écoutez

La Gendarmerie royale du Canada teste de nouveaux détecteurs controversés

La Gendarmerie royale du Canada va bientôt mettre à l’essai en conditions réelles trois dispositifs différents qui nécessitent un échantillon de salive d’un conducteur pour détecter la présence de drogue. Ces tests pourraient-ils être utiles aussi aux employeurs au pays?

En trois minutes, un policier peut savoir si une personne a consommé du cannabis avant de prendre le volant. Ce type de test ne permet pas cependant de détecter le niveau d’intoxication, mais uniquement la présence de drogue dans le système d’un individu.

Cette première étape de dépistage est donc suivie, au poste de police, d’un test d’intoxication plus poussé de l’urine ou du sang du conducteur.

Gregg Thomson, de l’organisme Les mères contre l’alcool au volant, pense que le Canada devrait profiter de cette technologie déjà utilisée en Europe.

Les États de Washington et du Colorado aux États-Unis ont fixé la limite de THC dans le sang des conducteurs à 5 nanogrammes par millilitre de sang.

Un test salivaire pour détecter la présence de drogue développé par l’entreprise allemande Securetec qui sera mis à l’essai sur le terrain par la GRC.
Un des tests salivaires pour détecter la présence de drogue et qui est développé par l’entreprise allemande Securetec sera mis à l’essai sur le terrain par la GRC. © Radio-Canada

RCI avec la contribution d’Alain Gravel, Sopĥie-André Blondin, Louis Blouin, Isaac Gauthier, Line Boily, Jean-Pierre Girard et Claude Bernatchez de Radio-Canada

Sur le même thème

Tests de drogue en emploi – Commission des droits de la personne du Québec 

Le Canada pourrait combattre la drogue au volant au moyen de tests de salive – Radio-Canada 

Dépistage de drogue : l’industrie minière réclame des tests – Radio-Canada 

Share
Catégories : Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Insécurité au travail par rapport à la décriminalisation de la marijuana au Canada
  1. Avatar GILLES TALBOT dit :

    S V P a faire parvenir a votre député pour etre certain que Trudeau et compagnie lisent un peut les rapports sur la Mari SVP Toute les survey en anglais Aussi Dit lui que si il y a des possibilités dans ses recommandations d’empirer les risque je vais former un comité et le poursuivre Il n’a pas droit aux CRIME plus que moi La multitude de rapports venant de partout il n’et pas et ses députées et lui a etre mal informé ou manquer d’informations

    • Avatar GILLES TALBOT dit :

      Ma menace est faite et sérieuse sur les changement sur la vente et distribution de la MARI (POT) Légalisé ou facilité la distribution ou vente est un Crime