Jeune cambodgien handicapé par une mine antipersonnel

Jeune cambodgien handicapé par une mine antipersonnel
Photo Credit: Peter Charlesworth

À 20 ans de ses balbutiements, le Traité d’Ottawa continue d’être essentiel

Share

En 2017, on commémorera le 20e anniversaire de la signature de la Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction aussi connue comme le « Traité d’Ottawa »

En guise de célébration avant le temps, ce 27 et 28 octobre a lieu à Toronto la « Conférence sur le processus d’Ottawa – 20 ans plus tard » organisée, entre autres, par la Fondation des Mines terrestres du Canada. Outre le ministre canadien des affaires étrangères, Stéphane Dion, cette conférence comptera sur la présence d’organismes tels qu’Handicap International Canada qui joue un rôle essentiel sur le terrain et ce, depuis les débuts du traité sur les mines antipersonnel. 

Radio Canada International a eu l’opportunité de converser avec Jérôme Bobin, directeur général d’Handicap international CanadaIl partage ses observations concernant les changements perceptibles sur le terrain 20 ans après les premiers balbutiements de la convention. Regardez et écoutez :

L’implication d’Handicap International

Cet organisme de bienfaisance a toujours été une figure de proue en ce qui concerne l’aide aux victimes des mines terrestres à travers le monde.  Dans cet extrait de notre entrevue, Jérôme Bobin explique le rôle qu’a joué cette instance caritative dans l’effort mondial contre les mines ces 20 dernières années. Écoutez (1:31) : 

Écoutez

L’un des pays où Handicap International a été le plus présent c’est la Colombie. Selon l’Observatoire des Mines, il s’agit du 2e pays au monde en ce qui concerne le nombre de victimes de mines, juste derrière l’Afghanistan. 50 années de guerre civile ont engendré la contamination de 31 des 32 départements du pays et généré des milliers de victimes de mines antipersonnel. Entre 1990 et 2013, plus de 10 000 victimes ont ainsi été recensées. Près de la moitié étaient des civils et 26% des enfants.

Luz Dari Landazury Segura dans la Bibliothèque du Parlement canadien à Ottawa avec la députée libérale Karine Gould.
Luz Dari Landazury Segura dans la Bibliothèque du Parlement canadien à Ottawa avec la députée libérale Karine Gould. © Handicap International

Cette semaine, dans le cadre de la  « Conférence sur le processus d’Ottawa – 20 ans plus tard » à Toronto, une survivante colombienne de mine antipersonnel est en visite au Canada. Il s’agit de Luz Dari Landazury Segura, mère de 4 enfants. Luz a bénéficié de l’appui d’Handicap international à travers un projet de 4 ans financé par Affaires Mondiales Canada à hauteur de 2,8 millions de dollars. Dans ce dernier extrait, Jerôme Bobin raconte le parcours de cette vaillante femme et le travail qu’elle réalise aujourd’hui au sein d’Handicap international (1:55) :

Écoutez

Pour entendre l’entrevue (en espagnol) de notre collègue Pablo Gómez Barrios avec Luz Dari Landazury suivez ce lien.

Un peu d'histoire...
La Convention sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction ou le « Traité d'Ottawa » a a donné comme résultat un grand nombre d'initiatives nationales, régionales et mondiales pour s'attaquer à ce fardeau. Mais cet accord multilatéral a aussi été le résultat d'un long processus que l'on connaît sous le nom de « processus d'Ottawa », dont le gouvernement canadien a été l'initiateur. 

En octobre 1996, lors de la séance de clôture d'une Conférence internationale stratégique des États soutenant une interdiction, le ministre canadien des affaires étrangères de l'époque, Lloyd Axworthy, avait invité les États à revenir à Ottawa en décembre 1997 pour y signer un traité d'interdiction totale des mines antipersonnel, donnant naissance ainsi à une mobilisation internationale sans précédent.  

 

Share
Catégories : International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*