Du bois d’oeuvre canadien.

Du bois d’oeuvre canadien.
Photo Credit: PC / PC/Jacques Boissinot

Bois d’œuvre : les forestiers canadiens contre une possible imposition de droits salés par les Américains

Share

À quelques semaines de l’installation du nouveau président désigné des États-Unis, Donald Trump, à la Maison-Blanche, les membres du secteur forestier canadien se mobilisent pour faire face à une éventuelle imposition de droits sur le bois d’œuvre qui pourraient atteindre des sommets écrasants. C’est ainsi qu’ils se sont réunis dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour faire le point sur ce marché avec les États-Unis.

L’arrivée de Donald Trump au pouvoir annonce d’importants chamboulements dans le commerce international. Il a donné le ton de ce que sera sa présidence sur différents aspects de ce commerce qui retiennent particulièrement l’attention au Canada qui exporte une part importante de ses biens et services chez son voisin du sud.

En ce qui concerne spécifiquement le bois d’oeuvre canadien, ce sont 15 milliards de dollars de chiffres d’affaires annuels avec les États-Unis, des activités dans une vingtaine de communautés et près de 60 000 emplois qui sont directement ou indirectement reliés à ce secteur.

Il y avait une entente qui a pris fin au mois d’octobre 2015 et il fallait en négocier une nouvelle. Les négociations avec les producteurs américains ont été infructueuses et ces derniers ont déposé une pétition le 25 novembre 2016 pour imposer des droits compensatoires, soit des droits antidumping.

Le bois d’oeuvre continue d’être source de mésentente entre le Canada et les États-Unis.
Le bois d’oeuvre continue d’être source de mésentente entre le Canada et les États-Unis. © iStock
Renaud Gagné, du directeur du syndicat d’Unifor pour le Québec, le SCEP
Renaud Gagné, du directeur du syndicat d’Unifor pour le Québec, le SCEP © Radio-Canada

Renaud Gagné, le directeur du syndicat d’Unifor qui regroupe entre autres des travailleurs du secteur de la forêt et de la transformation du bois pour le Québec, a peur que cette imposition de droits atteigne jusqu’à 25 %. Cela serait catastrophique pour les exportateurs canadiens qui se mobilisent depuis plusieurs mois pour susciter des actions concrètes des paliers de gouvernements au Canada dans le but de soutenir cette industrie.

M. Gagné souligne que les travailleurs et travailleuses seront gravement touchés si rien n’est envisagé pour contrer les effets du protectionnisme affiché par le président désigné des États-Unis.

Dans le milieu forestier, l’on redoute notamment des pertes d’emplois massifs. Dans la lettre que le syndicat est sur le point d’adresser au premier ministre Justin Trudeau, l’on peut retrouver des doléances qui avaient déjà été formulées par le Fonds de solidarité (FTQ) :

  • La mise en place d’un programme spécial d’assurance-emploi pour protéger les salariés qui vont être touchés lors des fermetures;
  • L’accès à des garanties de prêts pour les entreprises;
  • Une campagne de promotion du régime forestier québécois;
  • Un plan d’action pour contrer l’industrie américaine, en faisant des démarches aux États-Unis.

C’est en prenant de telles mesures que les forestiers du Canada, qui sont déjà très affaiblis par les crises financières et immobilières de 2008, pourront survivre à ce qui s’apparente à une véritable guerre commerciale avec son voisin du sud, a affirmé Renaud Gagné.

Des employés d’une usine de bois d’oeuvre
Des employés d’une usine de bois d’oeuvre © ICI Radio-Canada
Écoutez

À lire aussi 

Bois d’oeuvre : Conflit commercial avec les États-Unis?

Bois d’oeuvre Canada/Etats-Unis, 5ième guerre en vue

Conflit du bois d’œuvre : Québec fait pression sur Ottawa

Share
Catégories : Économie, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*