Une voiture de la Police provinciale de l’Ontario

Une voiture de la Police provinciale de l’Ontario
Photo Credit: Radio-Canada / Danny Globerman

La police de l’Ontario mieux outillée pour intervenir en cas d’incident avec les Autochtones?

Share

En Ontario, il existe un Cadre de référence pour la préparation des services policiers en cas d’incident critique concernant les Autochtones. Ce Cadre vient d’être publié par la police provinciale qui a profité de la passerelle de cette publication pour dresser le rapport 2015 du cadre qui existe depuis plus de 15 ans.

Ce Cadre, qui a été mis en place en 1999 et révisé en 2005, est un véritable guide pratique pour les policiers de l’Ontario.

C’est grâce à lui que ces policiers peuvent agir de manière judicieuse et éclairée, lors de leurs interventions auprès des populations, autochtones ou non, pour résoudre les conflits et gérer différentes crises.

C’est un Cadre qui met l’accent sur la souplesse dans les interventions, le dialogue et la communication et qui a réduit à son maximum l’usage de la force comme moyen de dissuasion.

Cette approche est susceptible d’encourager les interventions dans un climat apaisé, de préserver la paix tout en favorisant le respect de la loi d’une manière neutre et en protégeant les droits des différentes parties.

Le commissaire de la Police provinciale de l’Ontario, Vince Hawkes
Le commissaire de la Police provinciale de l’Ontario, Vince Hawkes © CBC

Pour contribuer à l’esprit de réconciliation, nous invitons les résidents de l’Ontario et les membres de ses communautés autochtones à lire le rapport annuel et le Cadre de référence lui-même. Nous espérons ainsi favoriser la discussion sur nos motifs tout en montrant, d’une nouvelle façon, que la Police provinciale cherche à assurer la sécurité des communautés. 

Commissaire J.V.N. (Vince) HAWKES, Police provinciale de l’Ontario

Un rapport annuel sur la mise en œuvre du Cadre régulièrement publié sur le site Internet de la Police provinciale peut être une source d’inspiration ailleurs au pays. Il donne des exemples concrets sur la manière dont le Cadre a été appliqué et il présente un résumé de certaines des meilleures pratiques appliquées pour résoudre des conflits concernant les Autochtones.

C’est ainsi que le rapport 2015 souligne le fait que le Cadre a été appliqué à 118 « incidents critiques » impliquant des Autochtones lors de manifestations.

Les membres de la Police provinciale ont accueilli chaleureusement le Cadre de référence, et ils le mettent en œuvre depuis une décennie. Le Cadre continue à bien servir notre organisation ainsi qu’à améliorer nos relations et nos dialogues (déjà positifs) avec les partenaires et les chefs de nos différentes communautés autochtones. 

Surintendant Paul MACKEY, commandant, Bureau des services policiers des Autochtones, Police provinciale de l’Ontario

La communauté autochtone de Kashechewan, dans le nord de l’Ontario
La communauté autochtone de Kashechewan, dans le nord de l’Ontario © CANADIAN PRESS/HO

Une politique opérationnelle qui ne facilite aucune action en justice

Les relations entre les Autochtones et les policiers au Canada ont souvent été très tendues.

Dans certaines provinces, dont au Québec, différents incidents entre des policiers et des Autochtones ont été rapportés, notamment des allégations d’abus sexuels de la part des policiers.

Il y a eu également au pays des assassinats et des disparitions de femmes autochtones, sans que les circonstances puissent être élucidées.

Les Autochtones ont une présence importante dans les pénitenciers : 24 % des détenus sont autochtones, ce qui représente une hausse considérable par rapport aux 5 % qu’ils étaient il y a 20 ans.

Ils sont en effet incarcérés pour des peines minimales, pour des infractions reliées aux drogues, alcools et autres sévices sexuels.

Manifestation pour les femmes autochtones disparues ou assassinées.
Manifestants lors du blocus des voies ferrée de Via et de la route Wyman près de Shannonville en Ontario, le 19 mars 2014, demandant justice pour les femmes autochtones disparues ou assassinées. © PC/Lars Hagberg /Presse Canadienne

Aujourd’hui, au Canada, il est plus que jamais question de réconciliation. Et le gouvernement fédéral affiche une réelle volonté en ce sens en mettant en place différentes initiatives.

Le Cadre de référence de la police ontarienne repose sur l’engagement envers les communautés autochtones. Il met de l’avant la transparence et les saines relations.

C’est pourquoi les membres de la police provinciale sont régulièrement formés pour être capables de bien l’assimiler et de le mettre en application convenablement lors des interventions.

D’un autre côté, les communautés sont aussi sensibilisées sur l’importance d’entretenir avec les policiers une relation de confiance, de respect et de compréhension mutuelle.

Le Cadre qui s’applique aux incidents et événements opérationnels définis comme étant des « événements  majeurs » ou des « incidents critiques », précise qu’en cas de conflit, il ne faut ménager aucun effort  pour comprendre les enjeux et protéger les droits des particuliers, surtout des Autochtones, conformément aux lois fédérales et provinciales.

C’est ainsi qu’il met l’accent sur la paix comme moyen pour réduire au maximum la violence, en recommandant aux policiers d’agir de manière réfléchie et mesurée, lors d’incidents avec les Autochtones. Ces incidents  sont souvent complexes et ils se distinguent des autres conflits, en raison de différents facteurs historiques et culturels.

À lire aussi

Présence record d’Autochtones dans les pénitenciers canadiens

L’enquête publique sur les Autochtones bien accueillie par l’APN

Share
Catégories : Autochtones, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*