Des premiers répondant interviennent lors d’une surdose à Vancouver.

Des premiers répondant interviennent lors d’une surdose à Vancouver.
Photo Credit: CBC

Les surdoses de fentanyl font des ravages en Colombie-Britannique

Share

La ville de Vancouver et la Colombie-Britannique sont confrontées à une crise sanitaire inédite, causée par les surdoses de fentanyl : 128 morts en novembre dont 13 en une seule nuit, un record absolu pour la province.

Face à la popularité du fentanyl, la Colombie-Britannique a déclaré l’urgence sanitaire. L’opiacé ultra-puissant et bon marché vendu, 2 dollars la pilule, remplace désormais l’héroïne et dame le pion à la plupart des stupéfiants vendus sous le manteau.

Downtown Eastside, le quartier le plus pauvre de Vancouver, concentre plus des deux tiers des cas de surdose au fentanyl de la ville et l’hôpital St. Paul’s a traité plus de 6.000 cas de surdoses cette année, affirme Dr. Nadia Fairbairn, clinicienne-scientifique et médecin de la toxicomanie dans cet hôpital. Dans un passé pas si lointain, l’établissement ne recensait que quelques cas par jour.

Le fentanyl a la réputation d’être l’une des drogues les plus meurtrières.
Le fentanyl a la réputation d’être l’une des drogues les plus meurtrières. © CBC

L’épicentre

Downtown Eastside a longtemps accueilli des personnes pauvres ou en détresse, notamment dans des hôtels bon marché. Petit à petit, les consommateurs de drogue ont investi le quartier, comme nombre de personnes atteintes de maladies mentales lorsque la province a fermé ses plus grands établissements psychiatriques sans fournir d’alternative.

Selon Neil Arao, responsable d’Insite, un site d’injection sous surveillance, au moins 1.200 habitants du quartier ont été diagnostiqués avec une maladie mentale et une addiction. Les chiffres officiels sur le phénomène sont difficiles à obtenir.

Le quartier du Downtown Eastside à Vancouver.
Le quartier du Downtown Eastside à Vancouver est l’un des plus importants lieux de consommation du fentanyl © Radio-Canada

Métropole de la côte pacifique du Canada, réputée pour sa douceur de vivre, Vancouver a vu ses infrastructures de traitement se saturer en un clin d’œil. Et les centres de désintoxication ont des listes d’attente de plusieurs semaines.

Selon une enquête réalisée par le quotidien Globe and Mail, la majorité des laboratoires clandestins démantelés depuis 2013 se situaient dans l’ouest du Canada, où les taux de morts par surdose aux opiacés sont parmi les plus élevés du pays.

Les autorités ne savent plus où donner de la tête

D’ailleurs, les surdoses sont devenues la première cause de mortalité accidentelle au Canada, devant les décès liés aux armes à feu et les accidents de voiture.

Jane Philpott, ministre fédérale de la Santé
Jane Philpott, ministre fédérale de la Santé est préoccupée par les ravages que cause le fentanyl au Canada © PC/Sean Kilpatrick

Pour limiter l’arrivée du fentanyl au Canada, Ottawa a récemment annoncé son intention de coopérer avec la Chine, d’où proviennent la plupart des opiacés synthétiques bon marché. Mais sur internet, des vendeurs chinois proposent d’envoyer directement des colis discrets contenant du fentanyl par la poste, rendant la tâche des autorités douanières d’autant plus difficile.

Alors, que faire? Les solutions évoquées vont de la dépénalisation des drogues dures à la prescription d’héroïne, en passant par davantage de centres de réhabilitation. Mais à long terme, la réduction du nombre de consommateurs est indispensable, soulignent les experts, et les traitements doivent s’attaquer avant tout aux causes de l’addiction.

(Avec l’AFP)

Mesures canadiennes pour lutter contre les opioïdes

  • Mieux informer les Canadiens sur les risques liés aux opioïdes : nouveaux autocollants de mise en garde, fiches d’information destinées aux patients, examen des pratiques exemplaires
  • Soutenir l’amélioration des pratiques d’ordonnance : promotion de programmes de surveillance pharmaceutique, examen des dossiers pharmaceutiques, échange d’information avec les autorités provinciales et territoriales, service d’ordonnances électroniques d’Inforoute Santé du Canada
  • Réduire la facilité d’accès aux opioïdes inutiles : contre-indications pour les opioïdes homologués, ordonnance requise pour les produits contenant de faibles doses de codéine, plans de gestion des risques obligatoires pour certains opioïdes
  • Soutenir l’amélioration des traitements proposés aux patients : amélioration et accélération de l’accès à la naloxone, accélération de l’examen des analgésiques non opioïdes, revue des exigences particulières pour la méthadone
  • Améliorer l’ensemble des données probantes : discussion réunissant les spécialistes du domaine sur comment améliorer la collecte de données et l’ensemble des données probantes au Canada

(Source:Santé Canada)

Lire aussi

Le Canada s’en prend à la vente libre de six produits chimiques dans sa guerre au trafic du fentanyl

Le fentanyl, une drogue dangereuse dans la mire du Canada

Morphine, fentanyl, W18, les dangers vont croissant au Canada

Share
Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Les surdoses de fentanyl font des ravages en Colombie-Britannique»
  1. Avatar Gilles Talbot dit :

    A tout ceux qui ont consommé du POT Posé la QUESTION?