Petite-fille d'immigrants ukrainiens, Chrystia Freeland a été promue aux Affaires étrangères dans le cadre du remaniement ministériel survenu mardi à Ottawa.

Petite-fille d'immigrants ukrainiens, Chrystia Freeland a été promue par Justin Trudeau aux Affaires étrangères dans le cadre du remaniement ministériel survenu mardi à Ottawa.
Photo Credit: (Sean Kilpatrick / Canadian Press)

La nouvelle ministre canadienne des Affaires étrangères restera frappée d’une interdiction de voyage en Russie 

Share

Le poste de ministre des Affaires étrangères figure parmi un peu plus d’une douzaine de postes qui ont été inscrits, en mars 2014, sur la liste noire du Kremlin en guise de représailles aux sanctions que le Canada a imposées après l’annexion de la Crimée par la Russie.

Dans un article publié un peu plus tôt, mercredi, l’agence de presse gouvernementale russe Sputnik faisait savoir cependant que le gouvernement Poutine pourrait retirer Chrystia Freeland de cette liste en échange d’un retrait de ces sanctions.

La nouvelle ministre et chef de file de la diplomatie canadienne restera assujettie pour le moment à cette interdiction. Ottawa affirme qu’il n’est en effet pas question de retirer les sanctions canadiennes contre la Russie en échange de la levée de l’interdiction de voyage dont fait l’objet la ministre des Affaires étrangères, a tranché son bureau.

« Aucune levée de sanctions contre la Russie n’est prévue », a signalé mercredi dans un courriel une porte-parole de la nouvelle diplomate en chef du Canada.

Les signes d’apaisement envoyés par le Kremlin

Le retrait des sanctions est un jeu de réciprocité, une «  réponse miroir », selon ce qu’aurait confié une source du ministère russe des Affaires étrangères à l’agence d’État RIA Novosti, affiliée à Sputnik.

La même source aurait affirmé que la présence de la nouvelle ministre canadienne des Affaires étrangères sur la fameuse liste n’empêcherait toutefois pas les représentants russes d’entrer en contact avec elle dans des forums internationaux.

Cette Canadienne capable d’un face-à-face avec Trump et Poutine – 6:25

La ministre canadienne affirme qu’un quiproquo est impossible

Le bureau de la numéro deux du gouvernement Trudeau a offert une fin de non-recevoir à cette proposition de troc de la part de la Russie, mercredi, tranchant qu’il « n’y a pas de quid proquo quant aux agressions et actions illégales de la Russie ».

Chrystia Freeland a réagi peu après sa nomination en écrivant sur Twitter que c’était un « honneu r» de se retrouver sur « la liste de sanctions de (Vladimir) Poutine » en compagnie de certains collègues parlementaires, dont l’ancien président des Communes Andrew Scheer et l’ex-député libéral Irwin Cotler.

Questionnée sur le défi que pourrait représenter son statut de persona non grata après la cérémonie d’assermentation, elle a insisté sur l’importance de dialoguer avec toutes les nations du monde, y compris la Russie.

L’ancienne journaliste économique, qui a été chef de bureau à Moscou pour le Financial Times pendant quatre ans, a par le fait même insisté sur sa profonde connaissance du pays et sur son amour de la langue et de la culture russes.

« J’ai l’impression qu’avec mon expérience en Russie, je suis bien placée pour participer au travail de notre gouvernement là-bas », a fait valoir la politicienne de 48 ans dans le foyer de la Chambre des communes.

Mais cette interdiction de séjour en Russie ne pourrait-elle pas lui mettre des bâtons dans les roues à titre de ministre des Affaires étrangères? « C’est une question pour Moscou », a lancé Chrystia Freeland.

RCI avec La Presse canadienne

Découvrez : 
Nouvelle ministre des Affaires étrangères pour gérer les points d’interrogation Trump et Poutine – RCI

Sur le même thème

Remaniement ministériel à Ottawa : les Affaires étrangères changent de titulaire – RCI

Freeland’s promotion a ‘very, very bold move’ in Canada-Russia relations – CBC

Foreign Affairs Minister Freeland rejects Russian offer to lift travel ban – Globe and Mail

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*