Les douze candidats à la direction du Parti conservateur du Canada débattent.

Les candidats à la direction du Parti conservateur du Canada débattent.
Photo Credit: La Presse canadienne/Andrew Vaughan

La langue française est écorchée pendant le débat du Parti conservateur du Canada à Québec

Share

Les 13 candidats dans la course à la direction du Parti conservateur se sont affrontés dans un débat uniquement en français dans la ville de Québec. Les échanges manquaient souvent de spontanéité, parce que plusieurs candidats se limitaient à lire des réponses rédigées en français.

Plusieurs candidats ne maîtrisent en effet pas du tout la langue française, notamment Kellie Leitch, Deepak Obhrai, Brad Trost et Lisa Raitt.

Une source citée dans le quotidien Le Devoir mardi craignait pourtant que le parti ne triche pour éviter de perdre la face, en donnant les questions à l’avance aux candidats unilingues.

Plus tard en journée hier, le directeur des communications du PCC, Cory Hann, avait donné l’assurance que les candidats ne sauraient pas les questions à l’avance, mais seulement les thèmes généraux du débat.

Le nouveau chef conservateur sera élu le 27 mai.

Kevin O’Leary, en tête selon les sondages, brillait par son absence

Kevin O’Leary souhaiterait répéter en politique canadienne l’exploit de Donald Trump.
Kevin O’Leary souhaiterait répéter en politique canadienne l’exploit de Donald Trump. © CBC

Le grand absent du débat d’hier à Québec était l’unilingue anglais et richissime homme d’affaires Kevin O’Leary, qui devrait se lancer dans la course pas plus tard que mercredi à Toronto, selon des informations obtenues par CBC.

Il aurait ainsi évité d’annoncer sa candidature avant aujourd’hui afin de ne pas avoir à participer au débat en français.

Sur Twitter, M. O’Leary a toutefois commenté le débat, déplorant entre autres qu’on n’y aborde pas beaucoup le thème de la création d’emplois.

L’arrivée dans l’arène de ce néophyte en politique, bien connu du public et qui n’a pas la langue dans sa poche, changera assurément la donne dans cette course. Avant même qu’il se porte candidat, certains de ses adversaires l’avaient montré du doigt. L’ex-ministre Lisa Raitt est allée jusqu’à créer un site web pour bloquer sa candidature.

Selon un récent sondage réalisé par la firme Abacus, les chances de l’unilingue anglais de devenir chef de son parti sont très élevées. Avec 18 % d’opinions favorables, il devance Maxime Bernier et Lisa Raitt (9 %), Michael Chong (7 %), Kellie Leitch (6 %) et Andrew Scheer (5 %).

Kevin O’Leary peut-il devenir premier ministre du Canada sans parler français?

Ce multimillionnaire et vedette de la téléréalité canadienne qui cultive de petits côtés populistes à la « Donald Trump » peut-il diriger un pays officiellement bilingue depuis 50 ans s’il ne parle pas la langue de 9 millions de ses habitants? Des membres de son propre parti et adversaires potentiels dans la course affirment que non.

Kevin O’Leary a déjà déclaré qu’il ne lui semblait pas essentiel de s’exprimer en français pour comprendre les enjeux du Québec et que, de toute façon, « les Québécois de 18 à 35 ans sont presque tous bilingues ».

Kevin O’Leary mérite-t-il de devenir premier ministre? – 5:41

RCI avec Radio-Canada, CBC et La Presse canadienne

Sur le même thème

Un débat en français laborieux pour certains candidats à la direction du PCC – Radio-Canada 

Kevin O’Leary tentera de prendre la tête du Parti conservateur – Radio-Canada 

Kevin O’Leary to enter Conservative leadership race today – CBC 

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*