Justin Trudeau Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Justin Trudeau Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Plaintes officielles contre le premier ministre Trudeau pour son refus de parler anglais au Québec

Share

Plaintes officielles contre le premier ministre Trudeau pour son refus de parler anglais au Québec

Justin Trudeau Photo : Radio-Canada/ICI Estrie/Carl Marchand
Justin Trudeau Photo : Radio-Canada/ICI Estrie/Carl Marchand

Trois plaintes citoyennes formelles ont été déposées auprès du commissaire aux langues officielles du Canada après que le premier ministre Justin Trudeau eut préféré répondre en français seulement mardi à des questions qui lui étaient adressées en anglais.

M. Trudeau répondait alors aux questions de citoyens de la région de Sherbrooke. Et bien que plusieurs d’entre eux lui aient parlé en anglais, le premier ministre, lui, a toujours opté pour le français. Une femme l’a notamment interpellé sur l’accès aux services en anglais dans sa région et elle n’aurait apparemment pas compris la réponse livrée uniquement en français par M. Trudeau.

Le porte-parole du Commissariat aux langues officielles, Nelson Kalil, a confirmé à CBC que ces trois plaintes ont été reçues dans la soirée de mercredi.

Et si c’était à refaire?

Interrogé sur ce sujet en conférence de presse mercredi, au moment où la nouvelle de son unilinguisme à Sherbrooke s’était répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, le premier ministre a admis qu’il aurait pu répondre en anglais. « Effectivement, j’aurais peut-être pu répondre en partie en anglais et en partie en français. Sur réflexion, ça aurait été une bonne chose à faire », a alors convenu le premier ministre.

Le premier ministre a toutefois indiqué qu’il avait fait la chose inverse à Peterborough, en Ontario, vendredi dernier. Il avait reçu une question en français d’une femme à laquelle il avait répondu en anglais. Il indique que cette décision là n’avait fait sourciller personne. Cette femme de Peterborough lui avait demandé pourquoi la capitale, Ottawa, refusait de se déclarer officiellement bilingue.

« Quand j’étais à Peterborough, il y a quelques jours, j’ai pris une question en français et j’y ai répondu en anglais », a alors dit le premier ministre, en anglais.

« La rencontre [de mardi] était en français. J’étais heureux de répondre à des questions en anglais. J’ai été surpris, pour être franc, qu’il y en ait autant », a-t-il ajouté.

Je comprends l’importance de parler français, de défendre la langue française au Québec, et c’est ce que je vais continuer de faire, tout en respectant les droits des minorités linguistiques partout au pays. « Les prochaines fois, je vais m’assurer d’amener un peu plus de bilinguisme », a déclaré le premier ministre mercredi.

Réactions diverses et divergentes

Geoffrey Chambers

Geoffrey Chambers

Un groupe de défense des droits des anglophones, le Québec Community Groups Network, ne semble pas avoir été satisfait des explications de M. Trudeau. Il demande des excuses au premier ministre.

« Nous sommes consternés, déçus et particulièrement ébranlés du fait que le premier ministre a fait la sourde oreille », a soutenu Geoffrey Chambers, vice-président de l’organisme, qui réclame une rencontre avec le premier ministre.

En entrevue avec La Presse canadienne, le président du Mouvement impératif français, Jean-Paul Perreault,  s’est dit pour sa part « étonné » de la controverse.

« Quand un premier ministre répond à une question, il s’adresse à tout le monde, pas seulement à celui qui a posé la question. La réponse appartient au public. Hier, il était en territoire québécois. La question lui a été posée en anglais et il a répondu à tout le monde en français », a-t-il fait remarquer.

Regardez le reportage de Radio-Canada – Trudeau défend sa vision du bilinguisme 

RCI avec les informations de François Messier de Radio-Canada et de La Presse canadienne

Sur le même thème

Trudeau admet qu’il aurait pu parler en anglais – Radio-Canada 

Trois plaintes contre Trudeau pour une rencontre citoyenne seulement en français – Radio-Canada 

Plus de 600 personnes pour rencontrer Justin Trudeau à Sherbrooke – Radio-Canada 

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Plaintes officielles contre le premier ministre Trudeau pour son refus de parler anglais au Québec
  1. Avatar Daniel Baillairgé dit :

    Je regretterais amèrement si les plaintes formulées étaient écoutées. Tout comme à Peterborough le premier ministre Trudeau a respecté le caractère distinct du Québec et en se faisant, il respecte le Québec, province du Canada le Québec. Cette dame de Sherbrooke, province de Québec devrait être en mesure, pour le moins, de comprendre le français et j’ajouterais que les services en anglais devraient être dans les la même proportion que les services en français de l’Ontario, où la proportion de la langue francophone est sensiblement équivalente à la contrepartie québécoise. JE ME SOUVIENS, alors que je servais dans les Forces armées, de rencontres obligatoires sur la réforme de la paie. Les conférences ont été données uniquement en anglais ce qui n’a pas résulté à ce que 400 soldats affiliés au Royal 22e Régiment on dû recevoir l’information importante « traduite » de leur superviseur, sans pouvoir poser les questions qui les touchaient directement. Ceci est un exemple parmi tant d’autres. Et voilà qu’enfin un premier ministre, probablement le premier de l’histoire, s’efforce de bâtir un Canada uni et on lui coupe l’herbe sous les pieds. En Ontario, un tel fait ne provoque aucune vague parce que les franco-ontariens sont tous bilingues parce que c’est la langue de la province. Les québécois anglophones doivent en faire autant parce que le français est la langue de la province. C’est une question de respect et d’équité.

    • Avatar Serge Lamarche dit :

      Je suis d’accord mais… restreindre le français au Québec et devoir endurer les anglais partout ailleurs est limité. Je suis pour un Canada complètement bilingue i.e. avec du français partout. Il y a de très nombreux francophones partout au pays.