Aux olympiades de la consommation de sucre, les Canadiens se hisseraient en 10e place sur 80 pays quant à sa consommation de boissons sucrées en 2015

Aux olympiades de la consommation de sucre, les Canadiens se hisseraient en 10e place sur 80 pays quant à sa consommation de boissons sucrées en 2015
Photo Credit: Photo Credit: iStock

« Adieu fontaine de boissons sucrées à volonté! » – Coalition Poids

Share

Une loi adoptée en France l’an dernier interdisant les fontaines de boissons sucrées en libre-service entre en vigueur aujourd’hui. Cette loi adoptée dans le cadre de la Loi de la modernisation du système de santé est perçue comme étant une « excellente initiative qui envoie un message clair sur la surconsommation de boissons sucrées » par la Coalition québécoise sur la problématique du poids.

Imiter la France

Corrine Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids
Corrine Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids © Corrine Voyer

La directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids, Corrine Voyer, attire l’attention du public sur le fait que l’offre à volonté de boissons sucrées dans les restaurants banalise le fait de boire de grands volumes de sucre. Pourtant d’un point de vue de la santé, les risques sont importants et très souvent tragiques.

Les coûts sociaux et humains de cette consommation à volonté atteignent des niveaux alarmants avec de graves problèmes comme le cancer, le diabète, l’obésité, la carie dentaire, entre autres maladies.

Quelques données sur le problème laissent percevoir une situation suffisamment préoccupante pour entraîner une réaction, suivant le modèle français, affirme Mme Voyer.

Au Québec, un adolescent sur quatre et un adulte sur cinq en boivent tous les jours. Le marketing de l’industrie, y compris l’offre de boissons à volonté, contribue au problème. Selon un sondage Ipsos mené en février 2014, près d’un adulte sur trois rapporte se resservir, au moins une fois, quand les restaurants offrent les boissons sucrées à volonté. Prendre un deuxième verre de sucre, même sur une base occasionnelle, constitue une consommation excessive. On parle d’au moins 14 cuillères à thé de sucre dans un verre moyen. C’est énorme !

 Écoutez

Différentes boissons avec une haute teneur en sucre.
Différentes boissons avec une haute teneur en sucre. © ICI Radio-Canada

Données sur le monde et sur le Canada

 À l’échelle mondiale, la proportion de maladies chroniques reliées aux boissons sucrées est plus importante chez les jeunes que chez les vieux.

Les boissons sucrées sont à l’origine d’environ 184 000 décès chaque année à travers le monde, dont 133 000 attribuables au diabète, 45 000 aux maladies cardiovasculaires et 6450 au cancer.

Le Canada se trouve au 10e rang sur 80 pays quant à sa consommation de boissons sucrées en 2015, selon une étude menée par la Chaire internationale sur le risque cardiométabolique de l’Université Laval.

Au Canada, l’obésité touche une personne sur trois et coûte à elle seule 7 milliards de dollars par année en soins de santé.

Taxer les boissons sucrées pour investir dans la prévention

Corrine Voyer estime que la France « fait preuve d’innovation et prend le taureau par les cornes pour réduire la problématique de l’obésité ». Comme dans ce pays, au Canada et au Québec, il faut « agir avant que la situation ne soit irréversible ».

Comme l’avait déjà proposé l’OMS ou l’Institut national de santé publique du Québec, Mme Voyer recommande l’instauration d’une taxe sur les boissons sucrées comme dans l’Hexagone, où cette taxe est en vigueur depuis cinq ans.

Elle suggère que les revenus de cette taxation soient réinvestis dans la prévention de la consommation excessive de boissons sucrées pour notamment financer les fontaines d’eau ou les cafétérias, ou pour contribuer à réduire les prix des légumes et des fruits. C’est un modèle efficace qui a eu des effets positifs dans certains pays comme le Mexique, a relevé Mme Voyer.

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*